Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Cette année nos vœux iront à...

    Ne vous fiez pas à son air patelin Ne vous fiez pas à son air patelin - © (d’après ©DR)

    On conviendra que ce n’est guère original en cette période que d’adresser des vœux. Aussi cette chronique volontiers innovante ne va en délivrer cette année qu’au plus méritant de la région. Passage en revue du palmarès et révélation du gagnant...

    Nous aurions pu présenter nos vœux à nos seuls lecteurs, qui endurent cette chronique.

    Nous aurions pu présenter nos vœux de jackpot in extremis façon STX aux salariés d’Honeywell (Calvados), d’ArcelorMittal (Basse-Indre), des Jouets Jemini (Sarthe), de Thomson (Angers), d’Alcatel (Orvault), de Micmo Gitanes (Machecoul), aux anciennes ouvrières de Lejaby qui recommencent à gonfler le torse en se reconvertissant dans le soutien-gorge de luxe… et à tant d’autres accablés d’aujourd’hui et de demain dont les noms constellent la carte publiée par Ouest France le 28 décembre dernier.

    Nous aurions pu souhaiter des rebonds et de l’espoir, sinon de l’apaisement, aux agriculteurs suicidaires, aux automobilistes nantais, à la filière volaille, aux vignerons de muscadet, à l’ostréiculture, aux producteurs de lait et au département Info&Com de l’université de Nantes.

    Nous aurions pu souhaiter aux opposants à NDDL un permis de s’ébattre en ce qui pourrait devenir un véritable espace païen artistique touristique et attractif tel le festival Burning Man dans le désert du Nevada, et aux proaéroports une piste de sortie honorable.

     

    Nous aurions pu souhaiter du peps à la compagnie Royal de Luxe, qui semble être fatiguée, mais que l’on n’espère pas devenir fatigante, puisque engagée contre Coca-Cola pour plagiat de marionnettes géantes. Nous aurions pu présenter toutes sortes de vœux à toutes sortes de gens qui le méritent ou en ont besoin. Mais voilà : en ces temps de crise il faut économiser jusqu’à sa peine.

     

    Nous ne présenterons donc nos vœux qu’au cas le plus inquiétant observé dans l’Ouest ces derniers mois : celui de M. Éric Touron, maire de Distré, près de Saumur. Nous lui souhaitons de se désembourber de l’affaire qui l’occupe : à savoir, la dévastation de sa commune par six castors. Six mammifères à queue plate comme une démarche au tribunal administratif. Car il faut comprendre M. le maire de Distré : le castor est responsable de montée des eaux et de sa mauvaise humeur, il accumule les branchages et les griefs à son encontre. Le castor est un sauvageon des beaux lieux, et vous pouvez toujours essayer de le repousser au karcher, l’eau, il aime ça.

    Oui, il faut soutenir M. Touron dans sa volonté de destruction de l’habitat du castor fiber. Celui-ci est fourbe, cauteleux. Le castor est un ennemi de l’homme, des sentiers, et des plans d’occupation des sols. Qu’on se le figure : le castor, qui est tout de même bête à ronger du bois, est absurdement obsédé par son inepte boulot de castor. Il ne réfléchit pas un instant. Il coupe, il taille, il entasse. Il voit un arbre, cet abruti ? Allez, vas-y, va que je te le tranche et te l’empile, comme ça, et que je te tapote le bazar de branchages et de boue avec mes pattes griffues et d’un coup de galette caudale ; et que je grignote et que je te crée des inondations dantesques en colmatant les siphons. Et toujours en rigolant, exaspérant et arrogant comme sait l’être un castor. Le castor dont l’ambition est visible aux dents qui rayent jusqu’au plancher des conseils municipaux consensuels n’est que germe de zizanie.

    Mais il y a pis : si le castor n’était qu’imbécile, cela pourrait être supportable, mais on le sait être en outre très dangereux. Qui n’a pas vu pléthore de cartoons de Tex Avery ou de ce genre dans lesquels le castor, tout en casquette et salopette, affiche un sourire perfide ; signe qu’il mijote un dessein infernal pour nous rendre la vie intenable ? Je me souviens ainsi avoir vu un jour un film où le castor coince son ennemi pour le coiffer d’une bouilloire et ensuite enfoncer un bâton de dynamite allumée dans le tuyau. Qui voudrait voir des promeneurs, des agriculteurs, sinon, on en frémit, M. le maire même, les cheveux dressés, carbonisés ? Osons le clamer : le terrorisme du castor touchant l’officier municipal atteindrait la République elle-même. Cédons un pouce de berge et nous finirons tous noyés par l’invasion castor, pataugeant, suffoquant dans les eaux devenues amères de notre bien-pensante écolo-animalière.

    Tous nos vœux de réussite à M. le maire de Distré, donc, qui ose se mouiller en faisant barrage aux castors. Car un jour Distré, demain le Maine-et-Loire, bientôt la France ! Oui, M. Touron doit bénéficier de notre soutien : car le jour où il brandira, le visage noirci et fumant, l’arrêté du tribunal administratif devant les six castors se rongeant les sangs, gageons qu’il éprouvera un grand moment de solitude. N’en déplaise aux castors, ce n’est pas parce qu’on est déterminé qu’on n’est pas de bois.



    Image de Une : d’après ©DR www.toutlecine.com

    Francis Mizio - Journaliste
    Francis Mizio - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Commentaires  

     
    0 #1 coolos 10-01-2013 04:26
    étonnant :D :D :D :D :D
    Signaler à l’administrateur
     

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...