Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Coup de pompe sur le muscadet

    Un vigneron expérimenté Un vigneron expérimenté - © d‘après image © Ouest-France

    On n’y comprend plus rien avec le muscadet : un jour il y a surproduction et il faut l’arracher, un autre, un vigneron du muscadet Sèvre-et-Maine se plaint qu’on lui arrache nuitamment 2 500 ceps qu’il venait de planter. On comprend pourquoi il y a dans la région cette habitude de siffler son verre rapidement. Ça doit être de peur que les directives changent subitement. Heureusement, naissent des initiatives, comme les Muscadétours.

    Du 5 au 7 octobre prochain, vont en effet se dérouler sous ce nom et dans un concept très Voyage à Nantes dans le vignoble des balades touristiques, du théâtre, des concerts, des dégustations, des séances de gastronomie, "initiations des sens au muscadet", des randonnées… L’initiative, légitime, du "syndicat mixte du Schéma de cohérence territoriale (cohérence que l’on parvient à garder après plusieurs verres) et du pays du vignoble nantais" qui a le droit de faire son travail de promotion, n’appelle pas de commentaire. L’ancienne fête du muscadet de Mouzillon dont on m’a raconté des épisodes dignes d’un Singe en hiver de Blondin, ou de pages de Michel Lebrun, est derrière nous, chutée endormie dans le fossé. Finie la picole graveleuse et le pinard des vieux à casquettes qui rentrent en Citroën GS avec leur chien à la place du mort en zigzaguant à 20 à l’heure au milieu de la vicinale : le muscadet, c’est désormais in, branché, glamour, arty. Il est vrai que Jean-Marc Ayrault l’a imposé dès son arrivée à Matignon, et c’est même sans doute la raison de l’explosion libidinesque actuelle de l’équipe gouvernementale.

    les muscadetours Bref, pourquoi pas les Muscadétours… Ce qui me fait ricaner, c’est la campagne de communication qui ornait les magazines culturels du coin. Lorsqu’on a vu apparaître le visuel ci-contre, on s’est dit de prime abord : "Oh la mâche ! Ils sortent un muscadet OGM goût raspberry vitaminé et un autre tonic kiwi !" Et puis on a vu les feuilles de vigne et on s’est dit que non, le message reste bien que ce vin issu du cépage melon de Bretagne reste parfait pour accompagner les fruits de mer. On s’est aussi souvenu avoir lu un excellent article dans La Lettre à Lulu qui racontait à quel point le muscadet avait "un problème de positionnement" : désormais on saura où il se trouve.

    Mais tout de même, ces couleurs framboise et kiwi caca d’oie, ça nous rappelle la campagne publicitaire pour le lancement de l’Ipod, en janvier 2004. C’était il y a plus de huit ans : n’allez pas me dire après que le muscadet n’est pas un vin de garde. Il y a donc là une évidente panne d’imagination, du moins un beau pompage. Reconnaissons une idée originale : la feuille de vigne pour symboliser le vin. Quant au choix des couleurs, c’est pareil : la mode en est légèrement passée depuis et je me souviens même d’une notule de l’époque qui m’avait fait pleurer de rire et de mauvais goût sur un catalogue de fringues de gosses: "N’hésitez pas à faire passer vos enfants du kaki à l’anis".

    publicite ipod

    En fait, je vais vous raconter ce qu’il s’est passé à la réunion, même si je n’y étais pas : il y avait autour de la table les représentants du vignoble et la délégation de l’agence de pub. Les commanditaires, qui viennent du pinard et savent ce qu’il en est des consignes, ont posé comme cahier des charges : "le vieux à casquette et les pochetronnades pathétiques de Mouzillon avec le forfait boisson explosé, c’est fini. On assiste maintenant à une gentrification de la région. Les bobos parisiens immigrent en masse. La région est en plein boom et modernisation. Alors pour les Muscadétours, on va cibler l’urbain 20 / 30 ans, aisé, funky, en couple sans enfant. Le muscadet doit avoir une image jeune. Le muscadet, c’est nature, bonbon fluo et hypersexe-tendresse."

    Le graphiste, se frottant une barbe de trois jours soigneusement entretenue pour l’image artiste, a alors rompu le silence gêné en demandant s’il y avait un budget pour des photos. Les messieurs en noir et la blonde en tailleur qui fait le suivi des budgets ont répondu : "Non… comprenez… les temps sont durs… déjà qu’on arrache des plants…".

    Le graphiste déprimé est alors rentré au bureau, en ville. Il a demandé à la stagiaire master pro, une Ligérienne un peu baba, mais aux cernes sous les yeux, et aux vêtements défraîchis après deux ans sans salaire, qui collait des étiquettes sur des enveloppes et qui porte parfois une casquette pour venir en vélo : "Dis-moi, tu en as déjà bu, toi, de ce truc-là… ?" Il a regardé ses notes. "Du… du mus… du muscadet ? C’est bon, ça ?" La fille a haussé les épaules sans répondre. C’est alors que devant son ordinateur orné de figurines déclinées de manga et de World of Warcraft, il a vu traîner son vieil Ipod.

     

    Le graphiste a souri en allumant son scanner et en cliquant sur son logiciel Illustrator. Il va te torcher ça vite fait, puis après, il ira glander à la cafet’ de l’agence s’envoyer un Redbull myrtille. Car la créa, ça demande de carburer. C’est un métier, autant que le vignoble, sachez-le, vous, qu’êtes de la campagne, et pas de la publicitaire.

     

    Légende de la photo de Une : D’après ce vigneron expérimenté, c’est sous la feuille de vigne que se trouve le cœur de cible.

    Francis Mizio - Journaliste
    Francis Mizio - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Commentaires  

     
    0 #3 Thibaut Angelvy - Journaliste, webmaster et rédaction en chef 23-10-2012 12:12
    @Lulu : merci pour l'alerte, le lien est corrigé !
    Cordialement
    Signaler à l’administrateur
     
     
    0 #2 Lulu 23-10-2012 11:33
    Bonjour,

    Merci de nous avoir cité dans l'article. Malheureusement, il semble que le lien ne fonctionne pas (pour cause, semble-t-il, de point superflu à la fin de l'adresse). Pour lire "Guerre de position. Muscadet, un pinard de campagne", il faut aller là : www.lalettrealulu.com/.../

    Salulutations !
    Signaler à l’administrateur
     
     
    0 #1 Christophe Certain 28-09-2012 05:51
    hi hi hi ! C'est exactement ça, à part que le graphiste a sans doute acheté le visuel 6€ en vectoriel sur foto**a. Une rapide recherche sur "couple" fait ressortir l'image 19053109 qui paraît bien avoir servi de modèle, au moins pour la fille, et pour l'ambiance colorée il a ressorti un projet refusé par un client il y a 4 ou 5 ans...
    On a les agences de pub qu'on mérite...
    Signaler à l’administrateur
     

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...