Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Imaginons la région en 2040

    Recherche d’ombre à Nantes en 2040 Recherche d’ombre à Nantes en 2040 - © d'après image DR

    La Région a lancé un concours de nouvelles dont la date de clôture avait lieu le 30 octobre dernier. Il s’agissait d’écrire une fiction mettant en scène notre conception de la région en 2040. Afin de laisser une moindre chance à tous les candidats, le génie qui tient cette chronique n’y a pas participé. Mais voici les scénarios auxquels le jury a échappé.

     

    Préalable nécessaire : La science-fiction - qui est d’ailleurs bientôt à l’honneur avec le formidable festival des Utopiales -, d’autant plus si elle est sociétale, est une littérature d’hypothèses. Il suffit de prendre un travers du présent – car la S.F. ne fait que parler du présent - et de l’amplifier dans une éprouvette littéraire pour voir ce que cela donne. Si par exemple une usine de chaises débauche dans le coin, le job consistera à écrire une histoire dans un monde en pénurie de chaises. On imaginera alors le titre des éditos du clone de M. François-Régis Hutin dans Ouest-France : "En 2040, malgré la crise, la région reste debout".

    En second point, il convient de rappeler que la S.F. est par essence dystopique (le contraire d’utopique), car elle sert à dénoncer, faire réfléchir, solariser des travers du présent pour faire jaillir du sens et des avertissements. Espérons que les organisateurs du concours de nouvelles s’en sont souvenus, parce qu’ils risquent de se cogner une palanquée d’histoires qui se déroulent sous des ciels chargés de pluies acides venues de la raffinerie de Donges. Le but de l’opération de communication étant certainement de dessiner, comme l’a écrit l’auteur de S.F. Van Vogt, "des lendemains qui scintillent", on leur souhaite un paquet de candidats bisounours à dépouiller, sinon ils vont souffrir. Pour notre part, nous nous attacherons à respecter le genre de la dystopie. Voici quelques exemples de scénarios à partir des pistes proposées :

     

    Transports : Cybère Plougastel est conducteur du tram-train luminique de Ouest-Métropole qui relie Nantes à Saint-Nazaire en 2 minutes 30. Quand soudain la montée brusque de l’océan annoncée dès 2012 dans une indifférence coupable se déclenche à la hauteur de la Bernerie. N’écoutant que son courage, Cybère distribue des paires de bottes aux usagers. Hélas, les rames n’ont été dotées que des pieds gauches à cause d’une erreur administrative. L’opposition déclenche une polémique pour irresponsabilité et ostracisme.

    Sujet "transports" alternatifs : Gaïa Legaennec travaille depuis 20 ans à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes où elle entretient des espaces verts reconstitués. Son job était cool, sauf depuis peu : les corps des opposants mourant de vieillesse ne cessent de chuter des arbres où ils vivaient depuis une trentaine d’années. Gaïa saura-t-elle faire face à ce surcroît de travail qui lui envoie des souvenirs d’une époque révolue ?

     

    Santé : Un audit dévoile les causes de surmortalité au CHU de l’île de Nantes. En fait, il y aurait trop d’accès autour de l’établissement : le pont transbordeur, le pont levant, le pont fixe et même le tunnel et le téléphérique qui entrent en résonance aux heures de pointe créent trop de vibrations et dérèglent les machines qui font "ping" dans les blocs opératoires. Par ailleurs, les lits à roulettes auraient tendance à dériver dans les chambres, arrachant les tuyaux d’oxygène et les perfusions.

     

    Travail : Le débat sur la restauration de l’esclavage est désormais un lointain mauvais souvenir depuis que la loi a été votée. Le muguet, la mâche, la fraise et autres productions maraîchères sont récoltées par des saisonniers qui ont enfin un vrai statut. Pourtant l’un d’entre eux s’échappe et fonde une colonie sur les bords de mer. Un néo-quilombo serait né près de La Baule, menaçant les habitants milliardaires retranchés derrière des forteresses en titane. Un certain Yann Spartac se dit prêt à en découdre…

     

    Alimentation et agriculture : L’industrie laitière, le vignoble, la mâche, la culture de la tomate et celle de l’échalote, l’élevage ovin et le poulet ont enfin réussi à faire aboutir leur projet anti-crise avec la création d’un organisme OGM étonnant qui répond aux besoins de concentration industrielle et à ceux de compression des coûts : le vachmachéchatomatopoulmoutmugmus simplex, généré par l’IRT Jules Verne et les start-up de biotechnologie est capable de produire de tout ce qui est régional pour peu qu’on lui enfonce le bon tuyau au bon endroit. Hélas, un spécimen s’échappe de la bioferme expérimentale. Un courageux Ligérien parviendra-t-il à l’intercepter avant qu’il ne s’accouple à l’éléphant bionique des Machines de Nantes, au risque de répandre ses gènes dans la nature et sur les touristes ?

     

    Famille : L’augmentation de la population régionale de 900 000 habitants en 2040 ne va pas sans poser de problèmes. Le bord de mer étant saturé, les familles de la région Ouest prennent désormais leurs vacances à Paris-Plage. Quand soudain une grappe d’entre elles chute d’un quai dans la Seine lors d’une bousculade sous un brumisateur géant… On parle alors, en dédommagement, de rattacher Paris à la Bretagne.

     

    Engagement : En 2040, la région, toujours en phase avec son époque, a voté majoritairement aux élections pour le Parti Pirate. Les premières décisions font grincer certains des dents : hacking des radars, libération de données publiques tels les résultats d’appels d’offre pour les grands chantiers, et même les statistiques crédibles du Voyage à Nantes…

    On le voit, en 2040 ce sera en fait un peu aujourd’hui, mais juste un peu plus.

    Francis Mizio - Journaliste
    Francis Mizio - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...