Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    La biodanse expliquée pas à pas

    Le festival de biodanse de Valence Le festival de biodanse de Valence - © CC BY-SA 3.0- WikiEspejo

    Vous hésitiez, pour vous bouger enfin, être à la mode et rencontrer du monde, entre vous mettre à la salsa portoricaine ou au Lindy Hop, à la kizomba ou au twerk (530 calories en 55 minutes), voire carrément au jooking... quand on vous rétorque : "Mon pauvre ami, toutes ces danses connotent so janvier 2016 ! C'est même davantage daté que la Bolly Aérobic Aqua Zumba® Sentao ! Le truc d'aujourd'hui, c'est la biodanse !". Grâce à notre fiche Trendy words, ayez l’air de savoir ce qu'est la biodanza®, "danza de la vida", sans vous prendre les pieds dans le tapis.

    1- La Biodanza®, qu’est-ce ?

    Le festival de biodanse de Valence

     

    Outre être une marque déposée, à l'instar de la déjà ringarde zumba®, la biodanza® est une forme de danse de groupe, sinon de multitude, inventée dans les années soixante par un anthropologue chilien, Rolando Toro Araneda. Elle est animée par des professeurs nommés "facilitateurs", formés durant trois ans, qui dispensent un peu n'importe quelle musique – du folklore asiate, du Bach, de la variété latina comme du Sting ou, véridique, du Céline Dion – et quand même un peu des consignes.

    On y danse pieds nus, en ronde en se tenant par la main, en se faisant énormément de câlins tendres, en gesticulant selon sa fantaisie, en souriant, en écartant les bras, en levant les yeux au ciel, en exécutant parfois des mouvement de tai-chi, et en payant en moyenne la séance entre 20 et 40 euros. La biodanse déferle toujours plus en France, et depuis quelques années dans l'Ouest où l'on compte déjà une quarantaine de cours, stages, en salles ou en centres "biocentriques". Elle connaît en outre depuis plusieurs années ses festivals locaux ou mondiaux comme en Espagne ou au Mexique.

    2- La biodanse, ça balance quoi ?

    Il s'agit de développement personnel, à savoir, nous dit-on : "créer du lien avec l'autre, laisser s'épancher sa créativité, son désir, son affectivité, sa sensualité, se sentir en transcendance". Et, à en croire les vidéos, c'est également l'occasion de finir ses vieux pantalons et T-shirts informes. Le côté bio (c'est à-dire "la vie" en grec, comme en rayon de coopérative) permet d'exclure les côtés techniques : il s'agit de faire des pas en avant, en arrière, en haut, en bas, de marcher, en somme, ou de s'agiter comme dans une vaste fête de fin de soirée, et puis de trouver dans le même temps, comme dans toute danse, quoi faire de ses satanés bras.

    La capacité de l'être humain à inventer des danses pour se bouger ou pour séduire est infinie depuis des siècles : de salons, vintage (du West Coast swing à l'étrange Voguing,...), rock, musette, folkloriques, dérivées des street dances ou du hip-hop (le Yeet, le dabbing,...), africaines, caribéennes ou guyanaises, latino-américaines, chaudes devant (Macarena, lambada, Sensual move...), chaudes derrière, chaudes partout...

    Les récentes inventions gesticulatoires, toujours un peu aérobic, promues avec force buzz et publicités, piochent allégrement dans toutes les précédentes danses. Elles sont d'ambitions sportives pour les pratiquants, et financières pour les clubs – comme l'est l'empire Zumba® et ses produits dérivés. La biodanse, qui sonne plutôt new age (comme on ne dit plus), remâche tout elle aussi, sans toutefois être sexualisée ni sportive, ni obsédée par l'argent (les "facilitateurs" ne gagneraient pas très bien leur vie, mais ils ont la banane : le principe doit bien être actif).

    La biodanza® se veut dans l'esprit holistique des poèmes de l'école qualifiable de la "gnangnantitude" écrits par son inventeur qui a ce regard doux des gens qui ne veulent pas d'argent, mais déposent tout de même des marques. Il n'est même pas utile de savoir danser pour s'adonner à la danza de la vida, et si vous avez une mauvaise circulation côté rythme dans le sang, ça le fera tout de même. Quoiqu'il en soit, comme toutes les danses, elle est systématiquement d'après la presse 1- soit à la mode - 2 soit de retour à la mode.

    3- La Biodanse, est-ce pour vous ?

    • Vous venez de suivre un stage de psychomotricité, de ramper dans le cabinet de votre thérapeute dans le but d'améliorer vos relations aux femmes, aux hommes, à votre famille, à vos voisins, à votre patron, à vos clients... et cela a été vain ; vous vagissez toujours. 
NON.
      Essayez toujours, mais il est possible que même les rondes et les câlins de la biodanse n'y puissent rien. De plus, baver rend le parquet glissant et c'est dangereux pour vos sœurs et frères humains. Essayez toujours le Fat Dat Lip (voir ci-dessous) à tout hasard, mais sans résultat garanti.


     

    • Vous êtes de santé fragile, avez certes du poids à perdre, mais êtes peu endurant ? Le Sh’Bam, une danse fitness néo-zélandaise, "véritable sport killer de calories qui entraîne une dépense de 600 calories/heure" (on ignore si le nom de cette danse vient du bruit fait en tombant raide au sol) ou, pire, l'Afrovibe, risquent de vous faire évacuer par hélicoptère : alors OUI, la biodanse est pour vous.
      Il suffit de marcher dans la foule tel un jour de soldes, mais sans ses paquets... La biodanza® est par moments moins nerveuse que la kizomba de salon qui, paraît-il, "pourrait parfois donner envie de s'endormir". Si vous vous sentez honteux de votre manque de goût pour l'effort, n'hésitez pas à lancer un débat au vestiaire sur courbatures et transcendance : les biodanseurs vous souriront, compréhensifs, car ce n'est pas grave si vous êtes différent. Voire, c'est même peut-être mieux.

    Le Sh'Bam

     

    • La sexualité déchaînée et le frottement plus qu'intense ne vous intéressent pas – vous cherchez surtout à vous faire des amis pour un petit Scrabble® ? De plus, à cause des semblables raisons physiques que précédemment, vous ne réussirez jamais la danse du ventilateur, le booty mapooka, ou le twerk ? (danses réservées de toute façon aux femmes stéatopyges ; je vous laisse chercher sur le web). Quant au crazy daggering jamaïcain (voir ci-dessous, mais de grâce éloignez les enfants de l'écran avant de lancer la lecture) qui inquiète les médecins pour être la cause de ruptures de pénis, vous ne l'envisagez pas à deux mois de la plage ? Alors OUI : la biodanza® est pour vous.
      La seule chose que vous risquez de vous casser au milieu de ces gens, si vous n'êtes pas rapidement entré en communion avec l'Humanité, l'Univers, le Sens de la vie, l'infini et au-delà, c'est sans doute les pieds.

    Le crazy daggering


     

    4 - Notre avis

    À ESSAYER pour son côté punk ! En effet, une danse qui ne semble pas chercher à faire du fric – c'est louche ; une danse qui nous veut du bien – c'est suspect. Mais aussi une danse entre personnes qui ne sont ni en compétition côté body mode, ni en quête de performance physique, ni en drague effrénée, mais pour être ensemble et heureux : c'est carrément de la sédition. La Biodanza® serait-elle un social pogo mou ? Voire... Il y a peut-être là des vertus à découvrir.

    En outre, en tout cas vu de l'Ouest de la France où ne se déroule jamais très loin un fest-noz, notons que la biodanza®, malgré ses aspects de Bisounours lecteur de Paulo Coelho sous cacheton inhibiteur de la recapture de sérotonine, est, pour le coup, dans le strict respect de la personne humaine. J'en veux pour preuve qu'il n'y a jamais de joueurs de bombarde.

    Francis Mizio - Journaliste
    Francis Mizio - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...