Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    People

    Lorànt Deutsch : l'Alençon de la gloire

    Portrait de l'acteur, écrivain et historien Lorànt Deutsch. Portrait de l'acteur, écrivain et historien Lorànt Deutsch. - © Wikimedia Commons

    Gendre parfait, amateur d'histoire et de traits d'esprit à haut débit au point que l'on ne voudrait pas être coincé en face de lui lors d'un banquet de mariage, l'Alençonnais Lorànt Deutsch va avoir cette année un nouveau scooter, 40 ans le 27 octobre, et, zut, toujours des impôts à payer comme tout le monde. C'est l'occasion, en ce mois de janvier, de la lui souhaiter bonne.

    Dans une émission de Canal+ à la vulgarité atteignant un raffinement de rang aristocratique, le royaliste Thierry Ardisson recevait le 6 décembre dernier le royaliste orléaniste avoué Lorànt Deutsch en compagnie d'une princesse Erika et de Laurent Baffie, roturier qui fait profession d'être Le Roi des, et y excelle avec majesté1.

    L'increvable Lorànt Deutsch, qui venait de sortir tout plâtré de l'hôpital, révélant, à la suite d'un accident de scooter dans la nuit du 24 au 25 novembre, qu'il avait "une clavicule cassée, une main cassée, quatre côtes cassées, un décollement de la plèvre, un pneumothorax, et un rein comprimé" était, on ne s'en étonnera pas, commotionné. Très gonflé, même, puisque ce fut l'occasion de faire encore plus qu'à l'ordinaire la promotion de son dernier opus avec une énergie convaincante de survivant, sinon de pleurer comme il le fait obsessionnellement sur le taux d'imposition (70 %) qui frappe ses 4 millions d'euros de droits d'auteur issus de ses ouvrages précédents.2

    On le comprend : ils ont failli lui faire louper son achat de résidence à l'île de Ré ; île qui, on le sait, est déjà inabordable, car elle s'enfonce sous l'effet conjugué de l'érosion et du poids des people implantés. Le problème, souvent, avec le tressautant Laszlo Matekovics, dit Lorànt Deutsch, est qu'il n'évite pas plus "les petites banquettes de séparation entre les voies de bus et celles des voitures" que l'indécence, car on ne lui rappellera pas avec quoi sont payés les services publics de santé et autres hôpitaux à services d'urgence.

    Tubes catholiques

    Après avoir longtemps affiché un look très Portrait de l'artiste dit Le Désespéré de Gustave Courbet, l'hilare Lorànt Deutsch affiche désormais une coupe au casque de motocyclette, convenant mieux à son statut de gendre idéal féru d'histoire, même si celui-ci lui serre, on se met à soupçonner, un peu trop le crâne. À moins que ce ne soit la tête qui ait grossi. Toutefois, avant de verser dans l'écriture de best sellers contestés en 2012 pour leur version de l'Histoire3, et de découvrir avec une certaine candeur que l'écriture de celle-ci n'est jamais anodine4, l'écœuré Lorànt Deutsch, qui vient donc de rajouter les cascades à son impressionnant CV, était surtout connu comme acteur de télévision, de cinéma, de théâtre et de doublage.

    Une carrière, il est vrai plus qu'honorable "pour son jeune âge" , comme on aime à le rappeler à chaque fois, même si ça commence à faire. Des pubs Yop de sa jeunesse à la pièce de théâtre Amadeus de Peter Shaffer (où le très catholique Lorànt Deutsch a rencontré en 2005 sa charmante future épouse — depuis mère de ses trois enfants et passagère de scooter acrobatique — l'actrice Marie-Julie Baup), d'Assayas à Klapisch, de Zidi à Illan Duran Cohen, de Shakespeare à Oscar Wilde, de Labiche à Pinter, et on en passe, le suractif Lorànt Deutsch peut légitimement se targuer d'un professionnalisme aussi abondant que reconnu, même si bien davantage sur la scène qu'à l'écran.

    Canaris Comédie Club

    Ayant découvert la comédie au centre culturel de Sablé-sur-Sarthe où il a passé son enfance, l'épaté-constamment-par-lui-même Lorànt avait un moment frisé l'espoir d'être footballeur au FC Nantes : "J'étais tout petit quand j'ai commencé à jouer au foot. À 12 ans, j'ai été repéré dans mon club et j'ai reçu une proposition du FC Nantes. Je suis donc parti à Nantes dans le cadre de sport-études mais au bout de deux ans, on m'a dit que je n'étais pas fait pour cela ! C'est à cette époque que je me suis réellement tourné vers le théâtre. Je suis parti à Paris et j'ai suivi une copine à la MJC du 13e arrondissement. Là, j'ai pris véritablement goût à la comédie" (5). Que l'on songe à quoi il a échappé en évitant la carrière de footballeur : un taux d'impôts encore supérieur et des ménisques en vrac — quoiqu'on le sait maintenant, cela n'aurait pas été un problème grâce à son étonnant métabolisme à reconstitution rapide et spontanée qui lui permet de rebondir illico des lits d'hôpitaux sur les plateaux télé.

    On se dira, à la tonalité de ces lignes, mais pourquoi agace-t-il ?. On ne devrait en effet que devoir se flatter de voir un jeune homme sympa comme un-pote-qui-a-réussi-et-qui-est-resté-pas-bégueule, vivre de façon large et méritée de son talent, de ses passions, de ses efforts. Son argent, son succès sont loin d'être volés. Il bosse, et beaucoup. Il ne veut visiblement de mal à personne, et est sincère. Il a le droit de ses choix et opinions. Ben, alors quoi ? Ben, juste : tais-toi, Lorànt, tais-toi, je t'en prie... Cause moins, et regarde la route : tu vas encore déraper.

     

    1 À voir avec des pincettes ici : Lorànt Deutsch fait sa première télé depuis son terrible accident

    2 Ici, ou ailleurs : Lorànt Deutsch a payé 3,2 millions d'impôts

    3 Ici : Le nouveau livre de Lorànt Deutsch fait encore des histoires ; ou là, entre autres palanquées d'articles : Polémique sur "Métronome": Lorànt Deutsch se défend d'être "un idéologue"

    4 "J’ai découvert que l’histoire était un champ de bataille où chacun défend sa chapelle. Alors qu’au départ je crois qu’on se bat tous dans le même camp. Pour donner l’envie aux gens d’ouvrir des livres d’histoire."

    5 Sur La Cité des Artistes


    Crédit photo : Wikimedia Commons

    Francis Mizio - Journaliste
    Francis Mizio - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...