Normandie : il va falloir gratter plus

Joueur de loto calvadosien. Joueur de loto calvadosien. - © d'après photo Werner Herzog

Le constat tombé fin août a fait le tour des médias français : si vous voulez faire fortune, il faut impérativement habiter le Calvados ou ses parages normands et jouer au loto type Euro Millions. Trois Calvadosiens ont en effet raflé 246 millions d’euros* en un an, battant l’Europe en hauteur de gains par densité d’habitants. Le comité départemental du tourisme en a fait un argument promotionnel sur l’air du Lucky Calvados. Il paraît depuis qu’on se bouscule en traversant le pont du Havre pour aller jouer en terre de chanceux. Les mises y auraient augmenté de 15 à 20 %. Pis : on parle même d’Anglais, les yeux injectés de sang, qui se jettent sur les grilles à Ouistreham après avoir surgi du ferry. D’ailleurs, n’est-ce pas un couple d’Anglais qui a raflé la super cagnotte, nous tondant le blé sous le pied ? Perfide a le fion !

Eldorado était donc en Normandie ; les Espagnols s’étaient trompés, qui le cherchaient en Amérique latine, où il y a pourtant bien plus de moustiques que sur Caen. Eldorado, on l’imaginait telle une jungle pleine de singes et d’Indiens cruels à sarbacane, hanté par des soldats en armure, épuisés, aux yeux fous de fièvre aurifère tel Klaus Kinski dans Aguirre, la colère de dieu… Eh bien non ! Eldorado, l’aurait-on cru ? ce sont des vaches rousses, blanches et noires / sur lesquelles tombe la pluie / et les cerisiers blancs made in Normandie / une mare avec des canards / des pommiers dans la prairie / etc. Et puis, autre indice : le jardin des Hespérides n’était-il pas couvert de pommes d’or ? Gageons qu’elles étaient du pays d’Auge, calva appellation géographique contrôlée à l’éthylotest. Voici qui prouve notre légitimité. Voici qui bouscule toute l’histoire, laquelle bégaie avec le retour en nos terres de ces joueurs anglais déboulant en armures de Guillaume le concurrent sur notre propre loto.

Levez-vous, Normands ! Allons-nous une deuxième fois nous faire dépouiller par les hordes pilleuses de Guillaume le bâtard ? Il est temps de rejouer la bataille décisive en allant faire la queue au tabac PMU de Val-ès-Dune. Remplissons nos grilles en poussant les cris de ralliement vikings Thor Aïe et Diex Aye Dam entendus le 10 août dernier… il y a 965 ans !

À moi Bellengreville, Chicheboville, Poussy-la-Campagne, Cesny-aux-vignes, et les autres !  Rallions-nous au comptoir devant un panaché blanc, et cochons les cases d’un geste aussi inspiré que guerrier ! Il n’y a aucune raison pour que les trous normands ne soient pas, eux aussi, pétés de thunes ! Boutons l’Anglois hors de France sans craindre la confusion historique et le barbecue orléanais ! Défendons notre gente dame aristocrate dite des Jeux, bien Française de surcroît. Grattons les Solitaires, les Bingo Live, les Illiko, les Happy Flowers, les Maxibulles, 1000 Carats, Astro et Banco… Si tout le monde se met à frénétiquement miser ou gratter ses morpions, alors non seulement l’Anglais perdra, mais nous gagnerons !

Bon... pour en faire quoi, me direz-vous ? Eh bien pour ne rien changer à notre vie, c’est-à-dire continuer d’aller chercher le pain et le camembert, mais en Porsche ou Ferrari, avant de s’offrir un petit gratouillo-game au tabac du coin pour ne pas perdre la main. Car il paraît, en effet, qu’ils ne modifient en rien leur train-train, ces grands gagnants. J’imagine que ceux qui restent anonymes devaient être déjà riches. Ou Anglais.

 

* Sans compter d’autres récents empochages normands : un jackpot de 105 000 € au casino de Trouville et un gratt-gratt à 200 000 europatates près de Caen, comme le rapporte de façon bien drôle (et comme en en rajoutant pour se faire du mal) Jean-Luc Loury, de Ouest-France, le 29 août dernier.

 

Photo de Une : Joueur de loto calvadosien venant d’être payé en monnaie de singe à cause de l’Anglais. (d‘après image tirée de « Aguirre, la colère de Dieu », de Werner Herzog)

Francis Mizio - Journaliste
Francis Mizio - Journaliste

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Commentaires  

 
0 #2 Mizio 30-09-2012 23:19
Gasp, elle est belle celle-ci en effet. Où suis-je allé chercher cela ? :oops:
Signaler à l’administrateur
 
 
+2 #1 Christian 12-09-2012 17:02
« Boutons l’Anglois hors de France sans craindre […] le barbecue orléanais ! »
Villon se serait donc trompé : « Et Jeanne, la bonne Lorraine / Qu'Anglais brûlèrent à Rouen » ;-)
Signaler à l’administrateur
 

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...