Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    People

    Paco Rabanne : de Morlaix à la station Mir

    Paco Rabanne. Paco Rabanne. - © Carolina Astaburuaga

    Enfant grandi à Morlaix, Paco Rabanne est devenu dans les années soixante un grand couturier parisien. Mais force est de reconnaître qu'avec lui, on a depuis perdu le fil...

    Paco Rabanne, né Francisco Rabaneda y Cuervo1, est né le 18 février 1934 à Pasaia (pays basque). Lorsque son père, colonel dans les forces républicaines, est fusillé par les franquistes, en 1939, c'est à Morlaix (Finistère) qu'il trouve refuge avec sa mère et passe une partie de son enfance. Pourquoi Morlaix et non pas à Saligos (Hautes-Pyrénées), en message subliminal de vengeance tel que l'insinue la devise de Morlaix "s'ils te mordent, mords-les"2 envers les assassins de son père ? On ne saura jamais.

    S'il y en a un pour inaugurer cette galerie de portraits de people "Carrément à l'Ouest", c'est bien le Paco. Après avoir créé des robes en cottes de mailles ou en rhodoïd dans les années soixante, lesquelles ont marqué l'univers de la mode, il nous a en effet prédit, tant sur le tard que le crâne, la chute de la station Mir en 1999 – et depuis ne cesse de confier ses expériences paranormales dans des revues spécialisées ciblant des personnes aux yeux rouges et au débit de voix ralenti.

    Méfaits de l'air breton ?

    Comment ce génie de la mode a-t-il pu finir par tourner Cassandre cosmique ? On ose ici quelques théories qui demandent, certes, à être recoupées :

    • Il y a peut-être à Morlaix un excès d'iode qui lui est monté tardivement à la tête. Des études épidémiologiques seraient dans ce cas urgentes, car Marylise Lebranchu, ministre de la Réforme de l’État jusqu'en juin dernier, fut maire de Morlaix, puis élue de 1995 à 2007. Bien des pratiques administratives étranges pourraient alors trouver soudain leur explication.

    • Paco a peut-être discuté dans les rues de Morlaix avec un bambin qui est devenu le spationaute Jean-Loup Chrétien (né à Morlaix en 1938) ? Qu'a pu dire Jean-Loup de traumatisant au futur styliste ? Qu'il connaîtra un jour son éclipse, lui, Paco, comme la Lune ?

    • Rabanne a peut-être goûté des space cookies ou des candies qui font fuzzz dans un jardin d'enfants avec la petite Brigitte Fontaine (née à Morlaix en 1939), qui telle la station Mir, ne nous est toujours pas redescendue complète.

    L'important, c'est l'importable

    Les débuts de Paco Rabanne, ceux qui l'ont mis en orbite avant qu'il n'accuse de curieux frottements au contact de notre atmosphère, sont exemplaires : études d'architecture (1951 à 1963), travaux tôt pour Charles Jourdan, lauréat de la Biennale de Paris avec une sculpture habitable, créateur d'accessoires pour Balenciaga, Nina Ricci, Pierre Cardin, Courrèges, Givenchy et d'autres, il lance sa première Collection Manifeste en 1966 : "12 Robes Importables en matériaux contemporains"3.

    Paco fait ensuite vite et abondamment dans le riveté, la plume d'autruche, l'aluminium, le papier, le cuir fluorescent, la fourrure tricotée, voire une robe en plaqué or incrustée de diamants – qui devait gratter quelque peu – pour la chanteuse Françoise Hardy. En tout cas, à l'époque du sous-pull en acrylique, il y avait quelque chose de certain, chez Rabanne : rien ne prêtait à bouloches.

    Si Paco que ça

    Et zyva c'est parti jusque dans les années quatre-vingt-dix où Paco y préfigure à lui seul et plus de 20 ans auparavant la braderie des Ecossolies de Nantes avec son peuple d'ex des beaux-arts, mués en artistes de la récup' : "il intègre dans ses collections du tissu effrangé, lacéré ou retissé, il transforme les mouchoirs de Cholet, les foulards en robes ou les chaussettes en manches de pull-overs".4 Sans omettre les parfums, le prêt-à-porter, l'usage de tissus luminescents de papiers métallisés, de daim ajouré ou tressé de métal, des chaises, des costumes de théâtre pour Jean-Michel Ribes ou des tenues de scène pour Mylène Farmer (qui n'avait qu'un désir, seriné : pourvu qu'elles soient douces).

    Paco crée tous azimuts jusqu'à son Invictus en 2013 ; lequel n'est pas le film de Clint Eastwood (2009), ni le poème préféré de Mandela écrit par William Ernest Henley lorsqu'il est amputé en 1875, mais prosaïquement son dernier parfum, promu par un clip publicitaire abdominal et hétéro friendly.

    Et Morlaix ? Paco semble l'avoir oubliée : lui qui affirme avoir été maîtresse de Louis XV dans une vie précédente, qui prétend avoir bu des coups avec Jésus sinon sa mère la Vierge ou son putatif Père le Dieu – et même des extraterrestres – ne dit hélas jamais si tout cela s'est déroulé à Morlaix. Pourtant, les Morlaisiens possèdent un des plus beaux escaliers du monde5 : voilà qui aurait dû donner envie de revenir à un type aussi perché que lui.

     

    1 Rabaneda y cuervo : "tranche et corbeau", d'où sans doute le pseudo. On peut comprendre.

    2 http://fr.wikipedia.org/wiki/Morlaix#Devise

    3 "Importables" à l'époque ne signifiait pas qu'on pouvait les faire venir de Chine.

    4 Ô toi, Wikipédia, encore merci, merci, merci.

    5 www.letelegramme.fr/morbihan/morlaix-un-escalier-parmi-les-plus-beaux-du-monde-21-10-2014-10393837.php


    Crédit photo : Carolina Astaburuaga - Creative Commons

    Francis Mizio - Journaliste
    Francis Mizio - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...