Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    People

    Portrait de Jean-Yves Le Drian en fromage breton

    J-Y Le Drian, la classe armoricaine J-Y Le Drian, la classe armoricaine - © US Department of Defense / Glenn Fawcett

    Depuis quelques semaines, il n'y en a que pour Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, qui fait l'unanimité à droite comme à gauche. Le voici candidat à la présidence de la Région Bretagne pour sauver le PS, tout en posant un problème au président Hollande. Scoop : tout était écrit depuis longtemps. il suffit de se fier à l'étymologie bretonne (et on peut rassurer le président).

    On va vous la faire rapide sur le personnage. Voici tout ce qu'il faut retenir de Jean-Yves Le Drian : blablabla, blablabli... formidable ! Par là, on entend que cet homme qui, certes, a un CV à faire pâlir n'importe qui au service de ses concitoyens, de la mairie de Lorient aux plus hautes fonctions ministérielles, est depuis quelques semaines dans les médias présenté comme une sorte de Saint Jude, patron des causes perdues et des cas désespérés (il a créé jadis des clubs de réflexion pour aider le PS à on ne sait plus quoi qui a été loupé), ou de Louis Pasteur (auto-immune, il semble avoir trouvé un vaccin contre tous les maux qui rongent actuellement les politiques), ou de Steve Jobs (il vend des avions Mistral et rapporte un max de thunes), ou de Gandhi (il a pris la défense de militants bretons du FLB en 1980), ou de Colonel Marcel Bigeard (les militaires l'adooorent, car ils ont eu des boni grâce au Mali), avec une touche de Louise Michel (têtu, il reste à gauche même au risque de se retrouver extradé en Morbihan ce qui, de Paris, équivaut à la Nouvelle-Calédonie) et de Saint Label-Breizh adoré des Bretons pour avoir voulu réunifier (de façon controversée) la Bretagne avec la Loire Atlantique.

    Une telle unanimité sur sa carrière, sa personnalité, sa probité, son sens du service public ou sa capacité à rapporter des pépettes à Marianne... c'est à un point qu'on se demande, à l'aune des affaires de l'époque, si Jean-Yves Le Drian est toujours en politique pour accumuler tant de vertus — et s'il ne va pas falloir le garder à la Faculté dans du formol et un bocal pour conserves de la marque Le Parfait, pour le montrer aux experts en tératologie.

    Mais voici que Jean-Yves Le Drian pose problème : il vient de candidater en Région Bretagne pour éviter au PS de se prendre une rouste aux prochaines élections régionales. Ce faisant, il chatouille la volonté de François Hollande de s'opposer au cumul des mandats. Problème, oui : on a besoin de lui au gouvernement – les gens qui bossent au lieu de se la jouer perso en couacant à donf' y sont peu nombreux –, on a besoin de lui pour aider le PS à garder la Bretagne, mais on ne peut revenir sur la règle de non-cumul de mandats votée en 2010. Nombre de politiques de droite comme de gauche, voire des ministres, ont donné l'exemple ces derniers temps – de gré ou de force –, en passant par François Hollande qui, lui-même, a dû choisir une compagne plutôt qu'une autre et cesser ses aller-retours en scooter (ce que ne pourra de toute façon pas faire Le Drian sur l'axe Paris-Vannes). Bref, Le Drian, formidable, mais Le Drian sur son statut Facebook où il est en couple avec Hollande pourra bientôt afficher "C'est compliqué".

    En fait, tout était déjà écrit. Il suffit de se plonger en deep étymologie, avec une touche lacanienne. D'après un impressionnant site de généalogie, Le Drian, nom porté dans le Morbihan, serait en effet une variante de Drean, "surnom ou nom de personne qui semble provenir de la racine drech (beau, remarquable). Certains y voient cependant un autre terme breton avec le sens d'épine." Jean-Yves Le Drian serait donc beau et remarquable, mais il peut gêner dans le godillot arpenteur de campagne. C'est bien le cas.

    Va donc falloir passer le mot à François Hollande, qui porte pour sa part, d'après le même site de généalogie, un nom désignant quelqu'un venant de l'autre pays du fromage. Hollande qui fut président de conseil général, mais de la Corrèze jusqu'en 2012... Région où l'on trouve un bon chèvre, la truffe de Vendatour, du nom de cette région qui fut jadis le Bas-Limousin. L'épine et la truffe : on dirait bien un titre de livre écrit jadis par François Mitterrand. Voici sans doute pourquoi on fait tout un fromage sur Hollande et Le Drian.

    Gageons du coup que Jean-Yves Le Drian fera un bon trappiste de Campéneac (près de Ploërmel, Morbihan), une des trois spécialités du "désert fromager" breton. Et comme Le Drian, les trappistes sont connus pour leur discrétion. Celui de Campénéac est à croûte orangée, doux et crémeux. Même si Le Drian appliquera le non-cumul des mandats, qu'Hollande se rassure donc a priori : impossible que ce soit râpé.

    Francis Mizio - Journaliste
    Francis Mizio - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...