Solutions pour histoires d'eau

Pointe de l'île de Nantes Toutes les villes de bord de fleuve connaissent ce phénomène étrange : un curieux tropisme attire régulièrement certains de leurs habitants au bord de l’eau, et ils s’y noient. Sur l’île de Nantes, quai des Antilles, au fameux Hangar à bananes, cette curieuse tradition bat son plein avec application depuis des années.

Régulièrement sortant d’établissements de limonade (plus autres substances), après quelques verres de trop, d’aucuns passent à l’eau et boivent la tasse. On en retrouve de vivants, de morts, au bout de quelques heures ou quelques mois, tôt ou trop tard, c’est selon, mais toujours détrempés. Parfois, on dépêche moult sauveteurs –canots, chiens, plongeurs, hélicoptères- dès qu’un individu pompette a tourné au coin de la rue*, pour le voir réapparaître le lendemain après une bonne nuit de sommeil dans des fourrés et des vapeurs d’alcool. On fait de la prévention fébrile, on est sur ses gardes, on frémit, on réagit au quart de poil. Ne jetez pas un caillou en Loire : un type vous braille aussitôt dans le dos du haut de son hélicoptère "qu’ils arrivent". C’est fâcheux pour nos amis pompiers de permanence, qui préféreraient sans doute, le samedi soir, plutôt draguer la Ligérienne que la Loire, et en boîte plutôt qu’en canot. Et pour le contribuable qui se voit imputé sur ses liquidités. Enfin, il y a les proches et les familles qui n’en rient pas, et certes pas à la lecture de cette chronique.

Soucieux de contribuer à la résolution de cette situation, nous proposerons deux premières suggestions :

- Les débits de boissons savent concocter de charmants cocktails fluorescents. Pourquoi ne pas imaginer qu’ils rajoutent un produit qui rende le buveur lumineux ? Il serait plus facilement repérable dans les flots. Autre avantage : plus il boira, plus il éclairera autour de lui (et indiquera ainsi l’ampleur de son taux d’alcoolémie pour les premiers soins) et permettra de repérer ceux qui sont tombés en ayant bu des tisanes et autre pisse-mémé, comme certains le jurent obstinément.

- Le quai des Antilles, orné des Anneaux de Buren, serait pour la génération élevée à la console de jeu vidéo un appel à imiter Sonic, le hérisson qui collecte, justement, des anneaux. Si les fêtards sortent de night club aussi ébouriffés que lui, ce sont toutefois des pelles ou des gamelles qu’ils ramassent, avant de s’apercevoir qu’ils n’ont pas de vie supplémentaire. Pourquoi ne pas transformer cette œuvre d’Estuaire en un ingénieux système de bouées géantes ? Au moindre plouf, un cercle lumineux tombe et se gonfle auprès du malheureux. Celui-ci pourra attendre tranquillement l’embauche matinale des sauveteurs.

Nombre d’autres solutions peuvent certainement être imaginées dans le respect des traditions et usages des populations locales ; celles-ci n’ayant hélas pas toujours conscience que la gueule de bois n’a jamais permis de flotter.

* Ouest France, 3/10/11.

 

Image de Sonic

Photo de Une : À la proue de l’île de Nantes, le promeneur bucolique et matinal entend parfois plouffer les clients du Hangar à bananes. (d’après une image courtesy of @pirmil)

Francis Mizio - Journaliste
Francis Mizio - Journaliste

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Commentaires  

 
0 #2 Pilote 12-11-2011 22:13
:lol: Génial , monsieur !
Signaler à l’administrateur
 
 
0 #1 Mitch Buchannon 10-11-2011 09:02
L'ambroisie du samedi soir fluorescente est une initiative lumineuse, brillante je dirais même.

Cependant, les chauffeurs de bus nocturnes doivent aussi s'y mettre s'ils veulent justifier leur statut de pilotes de Luciole.
Signaler à l’administrateur
 

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...