Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Vacances en Bretagne et Pays de la Loire : survivez malin !

    Attention au kraken ! (d'après © DR) Attention au kraken ! (d'après © DR)

    L'été, les "marronniers" de la presse fleurissent plus que jamais... Et comme chaque année, Ouest-France va nous dispenser des conseils de prévention santé/sécurité pour connaître des vacances durables, tout en restant vivant... À notre tour de vous inculquer quelques éléments de prudence !

    Dans le Grand Ouest, le nombre de fléaux qui nous attend, et qui guette nos amis les touristes venus nous enrichir -enfin !- avec leur pognon, est considérable. On en serait tenté de rester chez soi cloîtré s'il n'y avait pas le péril des cambriolages estivaux menés par des bandes de gamins de plus en plus jeunes -ce qui les fait paraître, cela dit en passant, d'autant plus teigneux. Voici une liste des risques que vous encourez ; liste que l'on veut la plus exhaustive possible, comprenant nos conseils prévention appropriés en tout domaine. Merci Terri(s)toires !

     

    - Additions salées

    Tous les gens qui habitent sur le bord de mer vous le diront : un phénomène étrange se produit dans leurs villes et villages : les prix explosent en été -ce qui leur donne l'envie de fuir, par exemple dans une autre région où les prix ont aussi déjà explosé. Comment s'en prémunir ? Le meilleur moyen est d'avoir stocké des pâtes, du sucre, de la farine, des conserves et de l'eau minérale tout au long de l'année, puis de venir séjourner avec une remorque (voir remorque). En cas de restes, cela vous servira pour la prochaine fin du monde (il y en a tous les ans ; rien à craindre pour les dates de péremption).

     

    - Arnaques

    Si sur la plage un grand Black arrive et vous explique qu'il est le fils d'un colonel du Mozambique qui a caché son trésor de guerre et qu'il est prêt à vous en donner une partie si vous l'aidez à le rapatrier, ou qu'il veut vous donner sa fortune, car il est au stade terminal du cancer du côlon, dites-lui qu'il vous a déjà envoyé un courriel, et allez plutôt acheter une glace, même amibienne et non validée par le service de répression des fraudes.

     

    - Bris (de membres)

    Vous aimez les sports extrêmes, alors que vous ne pratiquez rien d'autre de l'année ? La meilleure solution serait de vous procurer, pour passer des vacances en toute sécurité, ces équipements que l’État fournit aux policiers-scarabées qui de temps à autre prennent d'assaut Notre-Dame-des-Landes. Pour éviter de vous faire coincer par un anti-aéroport, collez-vous par précaution un autocollant jaune ZAD PARTOUT sur la poitrine.

     

    - Bris de vitres (voiture)

    Vous avez laissé votre maillot de bain Hugo Boss sur la banquette arrière et vous vous étonnez après d'être victime d'un vol à la roulotte ? Préférez plutôt le côté nord de la plage de Pen Bron, et restez textile ! La pratique du naturisme peut avoir ce type d'inconvénients, car avec la recrudescence des vols, on peut vite se retrouver à poil.

     

    - Cancer de la peau :

    Attention à ne pas attraper le mélanome cutané, à trop vous laisser griller au soleil ! En sus, cela risque de vous faire ressembler, avec ce teint marron foncé, à une gérante de boutique de fringues de Pornic ou à un traiteur normand à la retraite ! Exposez-vous raisonnablement, et sans porter vos bijoux en or, même s'ils sont mis en valeur sur ce qui vous reste de derme avant la desquamation ! (voir aussi vols)

     

    - Chutes de pierre

    Ne vous promenez pas sous les falaises, mais plutôt au-dessus. D'ailleurs, on y voit mieux les belles naturistes (mais ne faites pas dégringoler de rochers sur elles !).

     

    - Chute d'organes

    Le tourisme du 3e âge se développe toujours plus, et vous êtes nombreux à souffrir de ce problème. Un conseil simple : évitez les chemins défoncés à la campagne et les rues pavées en ville, toujours prompts à accélérer le processus. Portez aussi des bottes de pèche en rivière, celles aux jambières larges : elles peuvent stopper le produit de la descente en attendant l'arrivée des secours.

     

    - Coup de chaleur (insolation)

    Selon le site mgc-prevention.fr, "en cas de canicule, le coup de chaleur est un risque grave. Il se repère par un ou plusieurs des symptômes suivants : agitation inhabituelle, peau chaude, rougeurs, maux de tête, diarrhées, nausées, soif intense. Il peut aller jusqu’à la perte de connaissance.
 Dans ce cas-là, prévenir les secours (le 15), car la personne peut être en danger de mort. N’oublions pas que les sportifs ou les promeneurs y sont aussi sensibles que les personnes âgées ou les nourrissons.". Le cas d'école (style : un danger en cache un autre) : si vous êtes resté deux heures en plein cagnard au pied de la tour Bretagne de Nantes pour aller prendre un verre dans le "Nid", bar bondé du dernier étage qui a la particularité de paraître décati en étant neuf, vous trouverez peut-être de quoi vous rafraîchir au bar, mais voilà : autre danger... voir ci-dessus le mot addition.

     

    - Coup de froid

    Vous, vous avez pris vos vacances en juin. Changez de dates l'année prochaine.

     

    - Coup de frein (carambolage)

    Au lieu de signaler sur votre smartphone qu'il y a un hérisson écrasé sur la route, regardez la route.

     

    - Coup de marteau

    Vous êtes campeur et n'êtes pas parvenu à planter vos sardines sans vous taper sur les doigts ? Cessez plutôt de camper ! D'ailleurs l'hôtellerie de la région ne cesse de vous le dire ! En sus, on a besoin de taxes de séjour pour justifier les dépenses d'Estuaire et du Voyage à Nantes.

     

    - Coup de rosé (de gros rouge, de petit jaune, de grand blanc...)

    On se fait vite surprendre à l'apéro, surtout lorsqu'il commence à 10 h le matin et enchaîne sur celui qui débute à 16 h -et puis au soleil, ça tape dur. Buvez modérément ! Le bon conseil pour rester hydraté : servez avec des glaçons !

     

    - Coup de soleil

    Ça fait mal derrière les genoux, sur les épaules et le nez. Utilisez de la crème solaire indice protection 255 (qui correspond soit à l'indice 20-, soit à l'indice 57+ selon les marques) et restez à l'ombre qui a un indice 43 (34 et 71 selon l'arbre ou le parasol).

     

    - Dénonciation (pour abandon)

    Comment ne pas se faire repérer en abandonnant sa belle-mère "alzheimerisée" ou son chien sur le bord de la route ? Au lieu de les attacher solidement (perte de temps inutile ; risque d'être dénoncé), laissez-les simplement s'éloigner lors d'une pause pipi ! (Les cas de belle-mère revenue des mois après au domicile en se guidant à l'instinct et aux pôles magnétiques terrestres sont rarissimes).

     

    - Déshydratation

    Voir : coup de rosé.

     

    - Diarrhée, tourista

    Ce n'est pas gênant si vous n'êtes pas en excursion, pas à la plage, pas au restaurant, pas au camping (courir avec des claquettes aux toilettes à l'autre bout du camp, bonjour), pas à l'hôtel (il peut y avoir une taxe supplémentaire ; c'est la crise pour tout le monde et une chasse d'eau, ça coûte), pas en gîte (vous avez signé un état des lieux), pas en vélo, pas couché, pas assis. Bref : aucune inquiétude.

     

    - Entorses

    Vous pratiquez la marche à pied et les collectivités qui "investissent pour votre avenir" n'ont pas bouché tous les nids de poule ? Sachez qu'une entorse bien gérée devant le tribunal administratif peut vous rapporter quelques années plus tard de quoi vous offrir des vacances dans des lieux idylliques et sécurisés, eux au moins. Mais ne cherchez pas pour autant à provoquer les entorses : ces fourbes des assurances missionnent des experts assermentés à qui on ne la fait pas.

     

    - Escarres

    L'itinéraire "La Loire à vélo" est à la mode et en plein boom : équipez-vous d'une bonne selle siliconée ou faites l'itinéraire en voiture (et klaxonnez ces fichus cyclistes qui ne font rien qu'à boucher le sentier).

     

    - Fièvre encéphalique des marais de Brière

    Regardez ce documentaire de France 2 sur les chasseurs briérons et vous n'aurez de toute façon plus envie de vous y promener.

     

    - Mycoses

    Toujours, elles nous intéressent ! Combattez-les lors de jeux conviviaux et estivaux - voire pisse (chaude-).

     

    - Moules (piégées)

    Pire fléau que l'invasive moule tigrée, les moules piégées dans certains établissements de Nantes et des côtes vendéenne et bretonne peuvent vous faire passer un été humide, voire déliquescent. Renseignez-vous avant d'en commander : sont-elles chinoises ? Venues à pied ? Conservées au soleil dans la cour ?, etc. Et toujours les bons réflexes : regardez les ongles de la serveuse.

     

    - Nausée (en voiture)

    Identifiez qui a pété, et virez-le.

     

    - Noyade

    Ne vous baignez jamais.

     

    - Ophtalmies, conjonctivites

    Portez des lunettes de soleil et ne conduisez pas à 130 km/h la tête à la fenêtre ! Une ophtalmie peut être dangereuse si par exemple vous ne voyez pas la couleur des drapeaux de baignade à la plage -et alors vous vous noyez à moins que vous n'ayez suivi le conseil précédent.

     

    - Oubli (de lire cette chronique) :

    Trop tard, vous allez mourir piqué noyé intoxiqué dévalisé dans d'atroces souffrances. Désolé.

     

    - Oubli (des enfants dans la voiture)

    C'est puni par la loi, comme l'excès de vitesse. Il faut savoir que la cuisson d'enfants à l'étouffée en voiture fermée sous le soleil est aggravée au pénal en cas d'alcoolémie (voir coup de rosé). Une solution : la colonie de vacances, et c'est réglé ; ils ne vont pas nous gonfler, tout de même.

     

    - Piqûre de guêpe, de frelon (dont asiatique), de moustique, de rappel (radars)

    Vous pouvez toujours vous gratter, comme on dit.

     

    - Piqûre de méduse

    Un secouriste-CRS préconisait l'an dernier dans Ouest-France d'uriner sur la partie du corps blessée : procurez-vous son numéro de téléphone avant de partir, il semblait très serviable.

     

    - Pisse (chaude-)

    Êtes-vous certain de l'hygiène de votre partenaire ? Les amours de vacances peuvent se révéler dangereuses (Sida, MST, vénérien et véné tout le tremblement...) Outre les préservatifs, toujours recommandables, un conseil malin : pourquoi ne pas profiter d'une bataille de T-shirts mouillés pour discrètement javelliser l'autre ? Deux précautions valent mieux qu'une !

     

    - Remorque (qui se détache)

    "Faut choisir : soit vous payez votre bouffe plus chère, soit vous prenez des risques routiers" (*extrait du communiqué de la fédération de l’Épicerie et de la distribution agro-alimentaire du Grand Ouest).

     

    - Vols (de voiture, de papiers, de carte de crédit...)

    Faites du vélo sur l'itinéraire "La Loire à vélo" (voir aussi escarres) et portez un sac banane ; il y en a de très élégants, quoique rares, c'est vrai, certes, même si cela connote quelque peu.

     

    Cette liste est sans doute hélas bien incomplète... Que les survivants qui auraient d'autres conseils à nous donner pour l'année prochaine nous écrivent : la mutualisation des infos est importante si l'on veut adopter de bons principes de précaution !

    Et puis oui, bonnes vacances ! Allez, détendez-vous !

    Francis Mizio - Journaliste
    Francis Mizio - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...