Ils sont partis par là...

L'équipe de Terri(s)toires Zou, feu, hop, go, yipi yeah, anda, allons-y, vamos, hit it, démarre, accrochez-vous, les femmes et les enfants d’abord, taxi suivez cette voiture, à l’abordage, après vous, je vous prie, pas de quartier, rendez-vous au tas de sable, mais où courez-vous donc ainsi ?, c’est vrai que quand ils chargent, on croirait qu’ils sont 1 000…

Bref, c’est parti, quoi. Terri(s)toires est lancé. Pas loin, certes (2,50 m pour la conférence de presse nantaise à l’étage en dessous, puis 100 km – rien de tel que l’entraînement – pour celle de Rennes), mais c’est déjà un record. Après des maux et des mots de crâne, le webzine existe bel et bien officiellement.

O.K., il était déjà en ligne depuis le 1er avril (au risque de noyer le poisson), mais chut, fallait pas le dire, ou du moins, juste dans l’oreille de son voisin (celui qui est sympa, pas le raciste). Vous voulez un scoop ? Maintenant qu’on y est, on peut bien l’avouer : on comptait inaugurer ce média plus tôt, dès novembre… 2009.

On aura donc pris le temps, à l’image de la slow info qu’on va glisser ici. Pris le temps de langer le marmot pour qu’il soit benèze et de lui trouver des bonnes fées : des journalistes, chroniqueurs,   correctrice prêts à tenter l’aventure de cette nouvelle ruée vers l’Ouest, des partenaires de l’économie sociale et solidaire, des nouvelles technologies, des médias, de la culture, prêts à écouter, relayer, partager, coproduire, des collectivités prêtes à créer un emploi-tremplin, des potes de la première heure prêts à se monter en asso et à cliquer sur “J’aime”…

Un grand merci, donc, pour les soutiens et les encouragements… qui, j’en ai bien peur, vont croissant. Et c’est bon, surtout à l’heure du café. Mais que l’on se rassure, notre ambition reste humaine, simple, proche… Durable ? Soit. Pas question, par exemple, de vouloir reléguer WikiLeaks à la 50e page de Google avec des révélations sur ce que fait l’ambassadrice pendant les soirées de son mari.

D’ailleurs, lors de notre petite sauterie à nous (sans rochers plaqués or, mais avec un buffet végétarien et de la bière locale), nous n’avons réuni que 0,00000147 % de la population mondiale ! Mais attention, que des belles personnes ! Qui donnent envie d’aller en voir d’autres pour vous raconter des histoires sur les / leurs / nos territoires. Et ça, ça vaut bien plus que les 60 milliards de dollars estimés pour Facebook.

 

PS : vous me ferez penser, un de ces quatre, à vous causer de la version papier de Terri(s)toires. Car le projet reste bien un bimédia. Et j’ose à peine vous dire qu’on vise un numéro 1 à la fin de l’année… Ça risque encore de faire des hi(s)toires.

 

Retrouvez ci-dessous quelques instantanés de la soirée de lancement organisée le 27 janvier à Rezé. L’occasion de remercier (oui je sais, encore !) la Barakason, Méli Mélo, La Brasserie du Bouffay, La Motte aux Cochons, La Trompette d’Occasion, Boo Grass & The Tooth Ache, Replay Quartet, l’Atelier Sérigraphique… Jean Noubly ? Désolé.

 

 

Et une petite vidéo de TV Rezé (merci Walter !)...

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Olivier Retail - Journaliste et rédaction en chef
Olivier Retail - Journaliste et rédaction en chef

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...