La guerre des pixels géants

Post-it war L'entreprise contre-attaque. Next, le magazine de Libération, s'en fait d'ailleurs l'écho dans son numéro d'octobre : la post-it war a en effet atteint les bureaux de la Défense. À coups de carrés multicolores et autocollants, devenus des pixels géants, les employés d'Ubisoft rivalisent d'imagination avec ceux de la BNP, affichant sur leurs fenêtres Titis, dragons, Mario Bros et autres personnages sortis tout droit de leurs cerveaux encravatés.

Et Nantes n'a pas été épargnée par l'avancée de cette offensive. Boulevard de la Prairie aux Ducs, c'est le Centre de formation de l'imprimerie et des industries graphiques qui a relevé le gant, comme l'attestent les photos ci-dessous. Un défi particulièrement audacieux dans la mesure où ce sont les Machines de l'Île et la toute nouvelle Fabrique, hauts lieux de la création artistique nantaise désormais adossés, qui lui font face. Du coup, les pixels géants parviendront-ils, culturellement, à se hisser sur le dos de l'Éléphant ou s'élever vers la lumière de Stéréolux ? La suite dans le retour, commercialement réussi, du post-it !

 

Post-it war à Nantes

Post-it war à Nantes2

 

Photo de Une : www.postitwar.com

Olivier Retail - Journaliste et rédaction en chef
Olivier Retail - Journaliste et rédaction en chef

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...