La vie, les mots, Michel Luneau

Michel Luneau, Pour l'amour des mots

Estomaqué, littéralement. Un coup à l’estomac, vraiment. Je tombe sur un petit livre d’"aphorimes", signé Pour l’amour des mots par Michel Luneau.

Cent quarante pages incroyables de pertinence et de beauté, d’humour et d’amour, de légèreté et de gravité. Mille aphorismes, donc, tout de poésie éclatante, qui, chacun, cogne le lecteur au cœur et corps, traitant la mort, la vie, le sexe et l’amour, Dieu ou le diable avec une désinvolture profonde qui fait du bien. Un exemple : "Contre-rut : note taboue des ténors de l’orgasme".

Entre sentences, proverbes ou peut-être haïkus, c’est une revigorante procession de pensées subtiles et belles que ce petit ouvrage édité par l’éditeur nantais joca seria. Sans paraître y toucher, mais en ne faisant que cela finalement, Michel Luneau nous parle à l’âme et à l’oreille. Écrivain et poète élégant comme personne, Michel Luneau mérite la plus large audience. Pour l’amour des mots mérite d’être lu et relu, déclamé et mâchonné, proféré et chuchoté, articulé et bafouillé, affirmé et proclamé…

Comment vous en persuader ? En choisissant une page au hasard, la 88, pour y voler quatre fulgurances :

 

Si je me pardonne à moi ce que je ne vous pardonne pas à vous,

c'est que j’ai à me supporter 24 heures sur 24.

***

Fétu, que fais-tu dans la futaie ?

***

La mort a acheté toute la vie en viager.

***

Curieusement, personne ne tient à être le premier venu.


À propos de Michel Luneau, un jour, on rappellera combien il a fait pour l’art contemporain, entre autres à la tête du fameux domaine de la Rairie, à Pont Saint-Martin, malheureusement en "fin de partie". Il est vrai que l’initiative privée en matière d’art contemporain est si peu accompagnée par la puissance publique. Il existe quelques traces de cette belle aventure sur le web, et sur le papier (La Rairie dans tout son État, livre de Michel Luneau en 2003 chez Verticales) qu’il faut aller fréquenter. Il existe aussi des mots de Michel Luneau qu’il faut garder en mémoire vive : "Gardons l'œil ouvert, l'œil libre, critique exigeant, étranger avant sa naissance au monde naturel. L'œuvre d'art nous détourne de la réalité objective et nous entraîne littéralement hors de nous. De ces chocs successifs, naissent des remises en cause sans lesquelles il n'y a pas de culture".

 

 

Pour l’amour des mots, Michel Luneau, éditions joca seria, 12€

Philippe Le Boulanger - Journaliste et rédaction en chef
Philippe Le Boulanger - Journaliste et rédaction en chef

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Commentaires  

 
0 #1 Sophie 27-09-2010 14:55
... et moi, chaque nuit je rêve que je me réveille
Signaler à l’administrateur
 

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...