Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Sans papiers, la fête est moins folle

    affiche concert avec ou sans papiersCette année, pas de fête du Travail. Ou alors 52, si l'on regarde le verre à moitié vide ou à moitié plein. En effet, comme tout le monde l'avait déjà repéré l'an passé, le 1er mai 2011 tombe un dimanche. C'est chiant, parce que l'intérêt de la fête du Travail, c'est justement de ne pas travailler. Paradoxal, mais c'est comme ça. Sinon, ça serait la fête cinq jours sur sept (pour la majorité), et là ça serait le bordel. Et il faut pas : très dangereux. Comme disaient Font et Val, à une époque où ils étaient intéressants l'un et l'autre : "je suis pour la liberté, mais dans l'ordre."

    D'un autre côté – par là –, c'est aussi la fête du Travail tous les jours de la semaine pour plus de 4 millions de personnes en France, qui n'en ont pas, du travail, et donc peuvent arroser ça chaque matin en se levant (de leur lit, pour ceux qui en ont encore, ou de leurs cartons, en attendant qu'une tente Quechua se libère). Comme quoi, les choses sont mal faites, avec d'un côté des gens qui bossent et qui n'en profitent qu'un jour par an, et une minorité, "somme toute", qui fait rien qu'à se la couler douce.

    affiche Et puis, il y a les autres – des vrais tordus – qui ont du travail, mais qui n'ont pas le droit d'en avoir, sous prétexte qu'ils n'ont pas de papiers. Du coup, ils n'ont aucun droit, ce qui permet de les exploiter plus facilement, les obligeant même à vivre cachés. Vous conviendrez – enfin j'espère – qu'eux aussi ne sont pas franchement… à la fête. C'est pourquoi, la veille du 1er mai, l'Union syndicale de Loire-Atlantique organise "La Fête avec ou sans-papiers", dès 16 h, à La Carrière de Saint-Herblain. Au programme : animations, concerts (Sergent Garcia, Ma Valise, et plein d'autres...), théâtre, débats… Histoire d'étouffer, au moins le temps d'une journée (mais c'est déjà çà), les échos nauséabonds – car xénophobes, racistes, populistes, électoraux, sécuritaires… complétez à votre guise – qui font rien qu'à mugir dans nos campagnes.

    Allez, pour mettre tout le monde d'accord, direction le lendemain à Clisson, pour assister au premier salon du travail au noir; qui a pourtant fait voir rouge aux tuniques bleues. L'organisateur, membre du célèbre Fonacon – front d'opposition à la nouvelle année – a en effet été entendu à la gendarmerie. Une garde-à-vue doublée d'une menace (abandonnée depuis) de trois ans de prison, de 45 000 € d'amende. Eh oui, face au black, l'Urssaf et l'inspection du Travail rient jaune. Et si tout ça n'était qu'un problème de vocabulaire : c'est vrai que "travail au noir" est plutôt connoté. Parlons plutôt de "réseaux", c'est dans l'air du temps. Alors pour travailler, acheter, manger, financer, bouger… si on remettait les compteurs à réseau ?

     

    L'événement sur Facebook : www.facebook.com/event.php?eid=131689486900171

    Réserver en ligne : www.acener.asso.fr/default.asp?mode=billetterie&crit1=202&id=7336

    Olivier Retail - Journaliste et rédaction en chef
    Olivier Retail - Journaliste et rédaction en chef

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...