Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Danser sous la pluie

    Danser sous la pluie Danser sous la pluie - © Maud Veith

    L'hiver on joue aux cartes en attendant l'été, l'été arrive et… on joue aux cartes en attendant l'été. Tassés dans un mobil-home au bord de la quatre voies qui mène à la mer, on regarde la pluie tomber en se disant que 900 euros, c'est rien dans une vie ! 40 m²... À l'époque de ma grand-mère, on élevait 5 enfants dans 40 m², on va bien pouvoir tenir une semaine. Le tout c'est d'avoir des idées, parce que si t'as rien à proposer aux drôles qui te regardent comme si c'était toi le responsable de ce temps pourri, t'es mort.

    Première nuit, première insomnie, je tape: "idées vacances sous la pluie avec les enfants" sur mon téléphone, et je tombe sur le site de Jean-Eudes Jovial, "démêleur d'ennuis de saison".

    Le lendemain, à 9 h, j'y suis. Au bout de deux bonnes heures, un Antillais arrive avec le sourire et des chaussures rouges. Je lui fais remarquer les heures d'ouverture sur la porte de sa boutique : 9 h - 12 h, 14 h - 19 h. Il me dit: “je sais, tous les commerçants ont ça sur leur porte, c'est insensé. En tout cas, moi, je n'y arrive pas ! Trop presé pa ka fé jou ouvré." Être pressé ne fait pas se lever le jour. Pas con.

     

    Il s'appelle Jean-Eudes Jovial, en hommage à un chanteur de zouk dont il passe le disque en boucle, Ouragan kréol. Moi, je porte mon tee-shirt de vacances d'Iron Maiden. On a déjà plein de points communs avec Jean-Eudes. Je ne sais pas si c'est le manque de sommeil ou l'odeur d'huile de coco, mais je dois m'allonger quelques minutes. Il s' assoit à côté de moi et  commence à me parler tout bas.

    - C'est la pluie qui t'amène, n'est-ce pas, z'oreille ?

    - Oui.

    - Je lis dans tes yeux toute la détresse de l'estivant saucé. Tu cherches une solution?

    - Oui.

    - Pani pwoblem, il te faut des idées, les gens ont besoin d'idées. Je vends ces idées.

    - Parfait, j'en veux, il m'en faut pour la semaine.

    - Ton budget ?

    - Presque rien, j'ai tout mis dans le mobil-home.

    - Bon… Pas d'idée neuve, alors. J'ai de bonnes idées pré-conçues pour 99 euros.

    - J'ai trente euros, pas un centime de plus, tant pis pour la soirée pizza.

    - Dans ce cas, je n'aurai que des idées post-conçues, quelle tristesse...

    - Des idées post-conçues ?

    - Ce sont des idées que tout le monde a déjà eues, de l'énième recyclage, sa pa chè.

    - C'est bon, je prends ça, de toute façon je n'ai pas le choix. Il faut que je rentre avec quelque chose pour les enfants.

    - Attends-toi à pas mal de déception. Safè cow.

    Lorsque je rentre, les enfants sont en pyjama et graissent les carreaux du mobil-home en suivant des doigts le chemin emprunté par les gouttes. Je pose la boîte dans un coin, l'ouvre, et me sers une bière le temps qu'elle diffuse. Je m'attends au pire quand la première idée entre dans ma tête, une idée simple, drôlement efficace. La seconde est aussi bonne et la troisième encore plus puissante. Là, je comprends qu'il s'est trompé d'écrin. Il est presque minuit, les enfants se sont endormis sur la banquette. Il fait jour dans le mobil-home, c'est la pleine lune ; je me couche le long du frigo en regardant tomber la pluie. Je m'endors sous un tonnerre d'applaudissements. Je suis le maître de la pluie, j'ai changé chaque goutte en avion en papier. Demain, nous irons danser sous la pluie.

    Zit - Chroniqueur
    Zit - Chroniqueur

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...