Il n'a pas fini de se la jouet

Les jouets - ZistoiresElle baille devant la télé en tentant d'enfiler un pull qu'il faudra enlever parce qu'il est à l'envers, et surtout parce que c'est celui de son frère. Lui termine son match de 7 h 30 contre le Real de Madrid sur sa DS. De temps en temps, ils lèvent la tête pour regarder la pub et vous disent qu'ils veulent ça pour Noël. "Ça" c'est : Booster Dino King, Bakuboost, Pack Finger Skate. C'est Harumika (des chiens ! Avant, on jouait aux chiens, maintenant on joue à Harumika). C'est aussi Electromonstre Monster High, Slingers Starter Pack Star Wars ou la cabine du capitaine, mais celui-là, il doit être un peu chiant parce qu'on comprend.

 

Le seul truc intéressant dans tous ces jouets, c'est le mec qui les pond. Les cartes en carton Pokémon pourries à 13 € les 6, c'est lui ! Bon, O.K., il nous prend bien pour des cons, mais c'est la dernière fois ! Non non… après, il a sorti les cartes Yu-Gi-Oh, et là où ce mec est génial, c'est qu'on ne comprend rien. L'univers d'André Breton est vachement plus accessible que le monde de Yu-Gi-Oh.

 

 

En fait, tout a commencé en 1978 sur Récré A2 avec la diffusion du premier épisode de Goldorack. En gros, c'était l'histoire d'un mec qui rentrait dans un robot pour aller tuer des méchants envoyés par un type qui avait la tête qui s'ouvre en deux pour laisser sortir une petite femme très méchante qui vivait dedans. C'était super clair. Ensuite, on a glissé vers des trucs chelou comme Dragon Ball Z, un dessin animé qui rend accro tant la tension et le suspens des combats sont prenants. On a passé le stade des armes : les mecs s'envoient de l'énergie, ça fait très mal, mais ça ne décoiffe pas. Après le combat, ça finit toujours par un chauve qui parle avec une tortue et t'as rien compris.

 

Aujourd'hui, on est au top du dessin animé, il n'y a plus d'histoire, plus de scénar… ça s'appelle Beybled, t'as des collégiens qui jouent à la toupie dans un stade avec des spectres et des monstres et si tu demandes à tes enfants de t'expliquer l'histoire, ils te répondent que lui, il s'appelle Tyson et lui Kai. Le néant.

Voilà. À l'heure où j'écris tout ça, le mec est probablement sur un yacht au large des Grenadines. Dans une semaine, il enverra un mail à son patron avec une nouvelle idée. Comme d'habitude, son patron va lui demander s'il ne se fout pas un peu de sa gueule. Comme d'habitude, il va quand même investir beaucoup d'argent en publicité. Et comme d'habitude, ma fille mettra son pull à l'envers.

Zit - Chroniqueur
Zit - Chroniqueur

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...