L'art

une oeuvre d'art atypique"C'est une exocréation ! Une œuvre hors de tout code artistique et influence esthétique. Singulière et déjà référente."

John Fildernberg,

Critique d'art de la revue Art et Mérite

 

Le petit monde de l'art contemporain est en ébullition. Un créateur, hier encore inconnu, bouscule la douce ataraxie des maîtres du genre. Il plante son œuvre profane dans la cour sacrée des artistes élus faisant souffler un vent de panique sur les cotes Akoun.

C'est par sa justesse insolente que cette œuvre nous touche. Profondément ancrée dans son temps, elle matérialise l'indigence intellectuelle d'une société à l'agonie. Ses lignes de force et la superposition des matières exacerbent l'exiguïté du lieu qui n'est autre que notre espace conscient malmené et chloroformé. La verticalité assumée de l'œuvre rend l'ensemble instable et équilibré, dichotomie entre un imaginaire libéré et une autocensure omniprésente. Son minimalisme et ses structures simples nous ramènent aux plus grandes réalisations de Donald Judd, Robert Morris ou encore Sol LeWitt.

L'artiste, encore abasourdi par cet engouement aussi soudain qu'excessif, déjà convoité par le MoMA et le musée Guggenheim, préfère rester anonyme. Il a simplement déclaré: "Moi je cherchais de quoi appuyer sur mon parquet le temps que la colle prenne, alors j'ai mis tout ce qui me tombait sous la main. Et pour clore le bouquet, je peux plus passer dans mon couloir pour aller pisser sans croiser des photographes ! J'espère que tout ça va bien se dégoupiller" L'humilité des plus grands qui savent, lorsqu'ils frôlent la perfection, combien la route est encore longue… pour aller pisser.

Zit - Chroniqueur
Zit - Chroniqueur

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...