L'autre exode

enfant, mer M. Hollande parle d'imposer à 75 % les revenus au-delà d'un million d'euros, et l'on pense déjà à un exode massif des plus riches d'entre nous. Des carcasses fumantes d'Audi A8 et de Maserati sur les bas-côtés, des quignons de pain Poilâne et quelques tranches de jambon Serrano emportés à la va-vite au fond d'un sac Vuitton. Des camées écrasés sous les sabots de pur-sangs arabes terrifiés, une table de pique-nique improvisée au dos d'un Matisse, des fauteuils en cachemire, chanvre, soie et laine d'agneau éventrés, une liasse de billets servant à allumer un feu de camp devant les portes closes du Negresco. Des images insoutenables qui nous rappellent les pires heures de notre histoire. Immersion dans le quotidien de ceux qui doivent partir.

Un soir comme un autre dans une petite ville de la côte atlantique.

 

"Les enfants, si votre mère et moi vous avons demandé de rester ici après le dîner, c'est que nous venons de prendre une décision difficile. La situation n'est plus tenable. Comme vous le savez, c'est à votre arrière-grand-père, entrepreneur clairvoyant et inspiré, que nous devons la création de l'entreprise familiale. Votre grand-père sut ensuite prendre les bonnes décisions pour la faire prospérer, anticipant les mutations imminentes de notre métier et un durcissement de la concurrence. Aujourd'hui, j'ai l'honneur de poursuivre cette aventure commencée il y a près de 70 ans.

Mes enfants, maman et moi avons beaucoup réfléchi. Bien que très fiers d'avoir vu le jour sur le sol de cette région magnifique où nos familles ont grandi dans l'amour et les valeurs de la République, nous voilà contraints à l'exil.

M. Martineau, principal actionnaire du groupe Onraze, m'a fait part de son projet immobilier voté hier matin par la commune. Celui-ci comprend la construction d'un village sécurisé pour seniors avec 1 200 logements "haut de gamme" ainsi que des commerces et une clinique privée. Notre garage se trouve exactement sur l'une des trois entrées prévues pour ce village. Nous en avons longuement parlé avec M. Martineau et il m'a fait une offre correcte pour le rachat du garage, de l'atelier et du terrain derrière.

l'autre exode Je vais accepter cette offre. Cet argent nous permettra de repartir à zéro, il faut le prendre comme un nouveau départ, une nouvelle opportunité. Nous irons à Pontarlier où j'ai la possibilité de racheter une petite casse. Vous comprenez sans doute mieux à présent pourquoi je passais tant de temps sur internet ces derniers jours.

Savais-tu, Léo, que c'est à Pontarlier que l'on faisait la poudre chocolatée Nesquik ?

Edgar Faure lui-même fut maire de Pontarlier ! Il ne vous dit peut-être pas grand-chose, mais moi non plus. Et tenez-vous bien, j'ai cinq places pour le championnat de France de tarot !

Maxime, Léo, Lou, Claudine, la côte atlantique restera à jamais dans nos cœurs, mais il faut aller de l'avant et partir avant qu'il ne soit trop tard car, comme le dit si bien M. Martineau : "C'est ça, ou toi et ta famille vous allez vous faire foutre avec ton garage de merde, il nous faudra trois mois pour vous exproprier". Je me charge d'annoncer leurs licenciements à Farid et Damien. Je vous remercie pour votre soutien et votre énergie qui nous permettra de recommencer une nouvelle vie dans le Doubs. Mes enfants, ma chérie, je vous aime."

Zit - Chroniqueur
Zit - Chroniqueur

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...