Le corail

Des lumièresJ'hésitais entre des fleurs, un livre sur la cuisine méditerranéenne et une horloge. J'ai pris un aquarium. On n'a pas trouvé mieux pour faire tenir l'eau dans l'air. Je ne voulais pas de poisson, c'est l'eau que j'aime regarder. Le vendeur m'a parlé de corail et ça m'a rappelé les gros trains orange et gris de mon enfance. J'ai pris du corail.

 

J'ai posé l'aquarium au milieu de ma chambre, donnant ainsi une fonction à cette pièce inutile, je n'y vais jamais. En général, je dors sur le canapé de la cuisine, sur le fauteuil en velours rouge devant la cheminée de la salle de bain, ou dans mes toilettes. J'ai une préférence pour mes toilettes. Inspirée de la salle des croisades du château de Versailles, c'est une pièce majestueuse où l'on s'enivre de parfums subtils, d'une décoration sobre et soignée et d'une vue imprenable sur un petit jardin anglais. Je dis qu'il est anglais parce que ça fait chic, mais je pense que mon jardin est bourguignon, comme moi et comme la plupart des jardins de Montceau-les-Mines. On vient de loin pour passer une soirée dans mes toilettes. J'ai aussi une chambre d'amis que nous avons convenu de laisser chez eux où elle sert plus qu'ici.

 

De temps en temps, je remets de l'eau du robinet dans mon aquarium, je crois que ça fait du bien au corail qui avait le teint jaune et me semblait un peu mou. Il a rapidement perdu sa couleur, mais a durci. Autour de l'aquarium, tout a aussi changé. J'ai trouvé du travail, j'ai rencontré Chloé, une infirmière de Montchanin, le soleil est entré dans la maison, mes plantes ont commencé à pousser, je crois même que j'ai grandi… Le vieillissement n'est pas un processus cellulaire irréversible, c'est juste un oubli de soi. Avant Chloé, je rapetissais, aujourd'hui je sais que les vaches peuvent voler, qu'il y a un interrupteur pour allumer ou éteindre le soleil rangé dans une petite boîte en fer, je sais que la nuit, des lutins maniaques sortent pour peigner l'herbe du jardin, je sais que les cerises n'aiment pas être enfermées dans du chocolat avec de la liqueur… Je sais tout ça. D'ailleurs je l'ai toujours su, je l'avais juste oublié.

 

Je ne me suis jamais senti aussi bien. Pourtant, la nuit dernière, une terrible angoisse m'a réveillé. Et si tout ça était dû au corail ? Si ce truc agissait sur moi, sur ma vie. Et si il mourait ? Ça mange quoi du corail ? Ça vit combien de temps ?… C'est quoi du corail ? J'ai passé la nuit sur internet. J'ai d'abord découvert son nom : cerveau. J'ai donc commencé à me documenter sur le cerveau et là, je me suis trouvé face à l'infini. 100 milliards de cellules nerveuses, autant qu'il y a d'étoiles dans la galaxie ! Le cerveau contrôle tout et, humblement, je dois bien faire partie de "tout". Au réveil j'ai tout raconté à Chloé, nous sommes allés dans la chambre et je lui ai montré l'aquarium. Des algues vertes ondulaient comme de longs cils au-dessus du caillou délavé. J'ai dit : "c'est le corail cerveau". Elle a posé sa main sur ma poitrine et a dit : "nous y mettrons un hippocampe, il y fera sa maison".

Zit - Chroniqueur
Zit - Chroniqueur

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...