Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Ma première course au centre du monde

    L'Atlantique depuis la côte vendéenne. L'Atlantique depuis la côte vendéenne.

    Elle a une boîte à gâteaux rose dans la main, un rose flou comme le bleu de ses cheveux. Elle me dit qu'elle cherche son parapluie et qu'il est là, devant, avec quelqu'un. Elle ne me regarde pas dans les yeux, mais dans l'épaule. Je suis là depuis trois quarts d'heure pour être au cinquième rang. Je la laisse passer. Comment refuser quelque chose à quelqu'un qui tient une boîte à gâteaux ? Récit subjectif de l'arrivée de François Gabart, vainqueur du 7e Vendée Globe.

     

    On a de la chance, il ne pleut plus. Je regarde les nuques sponsorisées devant moi : Quechua, Helly Hansen, Aigle, Adidas … Ils ont dit 13 h, puis 13 h 30 ; certains téléphonent pour savoir ce que dit la télé, d'autres savent que ça sera 15 h, peut-être 16. Au bout d'une heure, se produit l'effet de l'ascenseur bloqué, on commence à parler avec les gens qui partagent nos deux m². Je passe l'étape des présentations et lance à mon voisin : "Je crois que c'est foutu pour votre galette de 16 h à Cholet, votre femme avait raison !" Il me sourit, on est presque intimes depuis le temps qu'on se frotte et qu'on se respire dans le cou. "Ma femme a souvent raison, mais parfois j'ai tort !" O.K., ce voisin-là, je le garde.

     

    Un mec arrive avec un pied télescopique et se plante au milieu de la foule. Il pose un appareil photo dessus et commence à le faire monter vers le ciel. C'est dingue, l'appareil est bien à quatre mètres de haut et le type gère tout avec une petite télécommande. Je crois que je m'emmerde tellement que tout m'intéresse. Ça fait deux heures et demie qu'on est là, des centaines, des milliers, sans faire le moindre pas. Si quelqu'un se mettait à étendre du linge devant nous, il aurait son quart d'heure de gloire. Mais non, rien, il n'y a absolument rien à regarder, et comme on fait tous à peu près la même taille, dans mon coin, à part le mec qui est arrivé cette nuit pour être au premier rang, on n'a plus qu'à se concentrer sur nos pompes. Mon voisin de droite me montre une banane. Bon… Il dit : "Cette banane n'a aucun goût ! Encore une qui a poussé sous serre en Islande, c'est sûr !" Il veut qu'on parle d'écologie ou de mondialisation, je ne sais pas, en tout cas j'ai pas envie. Je lui réponds que le plus difficile, dans la culture sous cerf, c'est qu'il ne bouge pas le temps que ça pousse. Fin de la discussion.

     

    Une vieille dame édentée n'en peut plus et demande à la petite fille devant moi comment elle s'appelle. Je lui réponds que moi c'est Olivier. Fin de la discussion. Il arrive ! L'animateur prend le micro et s'adresse à la foule : " Mesdames et messieurs, IL ARRIVE ! Ça commence à guincher sur les vedettes". La petite fille demande à son papa (mon voisin de droite) ce que veut dire "guincher sur les vedettes" ; je lui réponds que ça veut dire danser sur des gens célèbres, en faisant un clin d’œil au père. Après le cerf, c'était trop.

     

    Il entre dans le chenal, il a 29 ans, ça fait deux cents fois que l'animateur nous dit qu'il a 29 ans, moi je trouve qu'il en fait 31. Au loin, je vois le mât. Il approche, il a eu son bac S avec mention très bien. Je vois le mât de plus en plus grand, il est là, juste derrière les vedettes, à 30 mètres de moi. Il adore faire des tableaux Excel. 78 jours, plus fort que Phileas Fogg. Je vois le mât - il est immense -, la fumée, les vedettes. Il a fini deuxième à la solitaire du Figaro, il a gagné la WOW Cap Istanbul en 2010. Je ne savais même pas qu'il y avait une WOW Cap Istanbul ! 29 ans, la fumée, le mât, les vedettes. C 'est fini.

    Je peux rentrer chez moi pour voir le reste du bateau à la télé.

    Zit - Chroniqueur
    Zit - Chroniqueur

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...