Robert, un homme à fable

Le Tour de France Quand l'Homme quitta le nomadisme pour la Vendée ou la Loire-Atlantique, contrées moins hostiles aux terres fertiles et aux clubs de plages abondants, il se trouva soudain face à un nouveau rival jadis compagnon de chasse exemplaire, le loup. Robert Malardeau décida de tout plaquer pour reprendre le chemin de ses peurs enfantines. Voyage initiatique au cœur de légendes séculaires, portrait de Robert, l'homme qui danse avec les clous.

- J'ai toujours cherché le frisson. Tout jeune, je ne tenais pas en place. Je suis né à Saint-Philbert-de Grand-Lieu, à quinze ans j'étais déjà à La Garnache. Et ce fut l'appel des grands espaces, Chavagnes, Rocheservière, Vieillevigne. Je me suis posé à Commequiers à quinze ans et demi, je suis rentré dans les clous, comme on dit, j'ai été embauché comme charpentier. À trente-cinq ans, j'ai eu un déclic, j'étais locataire d'une ancienne station-service en ruine, ma femme venait de se tirer avec mon meilleur ami et j'entrais dans ma troisième année de chômage. Je me suis dit : "Robert, c'est maintenant ou sinon tu vas t'embourgeoiser". J'ai tout plaqué et je suis parti à sa recherche.

- Vous voulez parler du loup ?

- Exactement, le loup de Challans.

- Comment saviez-vous qu'il y avait un loup à Challans ?

- J'avais lu dans un vieux bouquin qu'il y avait des loups dans le Mercantour. Des loups et des cyclistes. Vous voyez ce que je veux dire ?

- Le Tour de France ?

- Parfaitement, le loup se serait glissé dans la caravane du Tour de France. Et puis, vous savez, on l'avait implanté chez nous, avant de le déplanter.

- Comment est-il, le loup de Challans ?

- Il est blanc, mais il n'est pas connu. Son vrai nom est Cannis Lupus Citadinus parce qu'il vit exclusivement dans les rues piétonnes.

- Et personne ne le voit ?

- Non, il se fond dans le paysage. Si vous n'y faites pas attention, on dirait un berger belge ou un…

- Un berger hongrois ?

- Non, il a les cheveux trop courts.

- Et si on va à Challans maintenant, on peut le voir ?

- Ouh la… Il y a des heures pour ça, j'ai pas passé ma vie à le traquer pour tout gâcher sur une erreur de débutant. On ne peut le voir qu'à deux moments très précis : la nuit ou le jour.

- Donc pas entre chien et loup ?

- Vous avez du talent, vous.

- Je sais, et pourtant j'étais destiné à une carrière sportive, au début. Je courrais le 800 m en 2'10

- J' me rends pas compte...

- C'est très… essoufflant… vous mettez des lunettes ?

- Chut !

- Ce sont des lunettes spéciales ?

- Oui, avec ces lunettes je le vois de loin, et taisez-vous bon sang !

- C'est des lunettes infrarouges ?

- Non, des lunettes de vue, je suis myope. Il va sortir pour se nourrir, c'est son heure.

- Il mange quoi, le loup de Challans ?

- Des p'tits garennes.

- Ah bon, comme les oiseaux ?

Zit - Chroniqueur
Zit - Chroniqueur

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...