Si tu veux, j'éteins ?

Lumière à éteindre - Terri(s)toires

Votre moitié s'endort très vite et vous ne savez pas comment lire sans la déranger. Vous avez tout tenté, de la lampe frontale au t-shirt sur l'abat-jour, en vain. Alors vous ne lisez plus.

Prenons le problème à la base, et posons -nous deux questions :

1- Comment un oiseau volerait-il si ses deux ailes étaient du même côté ?

2- Vais-je finir un mois sans être à découvert durant ma vie de salarié ?

Ces deux questions posées, demandons-nous maintenant comment lire sans déranger l'autre. Un très bon article de Luminaire de France nous explique que le problème vient d'une distorsion entre des besoins secondaires (lire, écrire, manger du Toblerone) et ce besoin vital de dormir. Il faut trouver l'équilibre, l'harmonie*. C'est jouable… si vous vous couchez vers 17 h. Vous pourrez ainsi lire tranquillement tout ce que vous voulez, et notamment tout ce que vous n'avez plus le temps de lire à cause de vos besognes prolétariennes quotidiennes. Ne spéculez pas sur la retraite de réversion de votre compagne qui absorbera à peine l'envolée du prix de la baguette en 2040, quand vous aurez le temps de lire !

Agissez maintenant, ne travaillez plus, mettez-vous à table vers 15 h 30 devant pas de journal télévisé ; ensuite regardez tranquillement le début de pas de film jusqu'à 16 h 30. 17 h, jetez un œil sur pas de météo pour ne pas savoir le temps qu'il fera demain (de toute façon, il fait toujours 13° à Perpignan), et mettez-vous tranquillement au lit avec des tonnes de bouquins. Lorsque votre compagne viendra s'écrouler à vos côtés, esquintée par une journée ouvrière, par les mots de Baudelaire, dites-lui : “Il faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise, Mais enivrez-vous…” Vous éteindrez la lumière en même temps qu'elle, la tête constellée de poèmes. Elle vous dira que les pneus de la voiture sont lisses, que le frigo est vide, qu'il faut payer l'électricité avant qu'ils ne la coupent, mais que c'est beau, très beau.

 

* Harmonie : ensemble de gens sympas faisant de la musique après le boulot, avec des instruments plus ou moins pourris. Exemple : l'harmonie de Cugand (qui a sans doute perdu un peu de sa superbe depuis le départ de Léon, le saxophoniste baryton parti vivre avec Colette à Rocheservière).

Zit - Chroniqueur
Zit - Chroniqueur

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...