Actualités :

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Nos partenaires

    

    À Nantes, Marcel Machin ressuscite les chantiers de Chantenay

    les Fêtes EnChantenay de Marcel Machin les Fêtes EnChantenay de Marcel Machin - © Émilie Le Clerc

    Depuis presque trois ans, l'association Marcel Machin agite un petit coin du quartier nantais de Chantenay, les chantiers de l'Esclain. Maniant l'art et l'artisanat, ses bénévoles y organisent des événements culturels. Objectif : raconter de petites histoires dans un lieu forgé par l'histoire.

    Sur l'île, il y a les Machines. Sur la rive d'en face, il y a le Machin. L'association Marcel Machin s'est installée depuis près de trois ans sur le site des anciens chantiers Dubigeon, fermés en 1987. Le souvenir de cette entreprise de construction navale est resté vivace. En particulier sur la pointe ouest de l'île de Nantes avec, entre autres preuves d'hommage au passé, l'immense bâtiment des "ateliers et chantiers". Mais on oublie souvent l'autre site Dubigeon, à Chantenay. Chargé de la même histoire, il est autrement plus confidentiel. Il y a pourtant là, sur ce qu'on appelle aujourd'hui les chantiers de l'Esclain, un patrimoine tout aussi riche. C'est en tout cas l'avis de l'association Marcel Machin et de son président, Pascal Noiret.

    "Nous avons pour but de revaloriser ce lieu insolite et singulier à travers l'art et l'artisanat", explique le bijoutier venu installer ses locaux ici en 2008. Un événement qui regroupait concerts et marché de créateurs a d'abord incarné cette idée en 2011 et 2013. "Nous étions plusieurs créateurs, et nous avions ras-le-bol des petits marchés très passables niveau organisation et ambiance. Au même moment, deux amies architectes, Julie et Émilie, souhaitaient lancer un projet événementiel aux chantiers de l'Esclain", raconte d'un débit rapide celui qui a grandi à la Butte-Sainte-Anne, toute proche.

    Projection d'imaginaires sur lieu réel

    L'atelier du bijoutier.Ainsi naît le marché EnChantenay, événement lancé en 2011 et reconduit l'année suivante. Un projet cohérent pour une association qui s'appelle encore à l'époque "Créateurs de l'Ouest". Jusqu'à ce que l'envie de valoriser le lieu prenne le pas sur celle de faire vitrine. "On a très vite eu l'étiquette "marché de créateurs" alors que nous voulions que ce soit plus que ça, avec des concerts, des animations. Les gens venaient sans voir l'histoire qu'on essayait de raconter autour", déplore le bijoutier.

    Du coup, cette année, disparition du marché. Et l'équipe a mis le cap sur l'imaginaire. L'association organisait le 17 mai les Fêtes EnChantenay, un événement centré sur un personnage de fiction dont le récit personnel se confond avec l'histoire des chantiers de l'Esclain. L'objectif du week-end était de construire un bateau pour cet homme mystérieux, Marcel Machin. Et toujours en faisant appel à l'art et l'artisanat. Un sculpteur, Gaëtan Pichot, a créé la proue de son bateau ; Pascal Noiret a fabriqué son ancre ; un coutelier a livré commande à Marcel. Tout le week-end, le public a pu assister à des performances : du théâtre pour enfant, un spectacle de marionnettes, un trapéziste...

    Histoire et histoires en chantiers

    Chateau d'eau Marcel Machin, Nantes

    Si l'imaginaire se déploie aussi bien dans ce lieu, c'est qu'une ambiance naturelle y fait le lit de la rêverie. Et même en l'absence de créateurs et de concerts.

    Pour le croire, il faut voir le local de travail de Pascal Noiret. Un château d'eau, façon Warner Bros, planté comme un vigile à l'entrée du chantier (cf. image ci-contre et vidéo). "Le bâtiment date des années vingt, et il a une vraie histoire. Les ouvriers grimpaient en haut pour les appels à la grève, il a aussi servi d'infirmerie, et même de geôle pour un ouvrier en 1968. Comme symbole de Chantenay, c'est pas mal ! En tout cas, j'ai le désir de le voir classé monument industriel", s'enthousiasme le trentenaire.

    À force de passer plusieurs heures par jour à travailler dans ce lieu, Pascal s'y est attaché. Au château d'eau, et aux chantiers de l'Esclain, dans une plus large mesure. "C'est un endroit qui pourrait être menacé par l'extension du tissu urbain nantais. Dommage, car c'est un des rares lieux vraiment alternatifs de Nantes. Il y a Royal de Luxe pas loin, un collectif d'architectes, des studios photo, un fabricant de lunettes, un collectif d'artistes recycleurs...", énumère Pascal Noiret. Un voisinage qui s'implique de plus en plus dans les événements de Marcel Machin, qui deviennent de vraies petites fêtes de quartier. Et à n'en pas douter, cette diversité stimule encore plus l'imaginaire du lieu.

     

    Pour en savoir plus : http://marcelmachin.wordpress.com



    Le bijoutier a choisi le patrimoine comme écrin

    Vidéo de l'Inventaire général du patrimoine culturel des Pays de la Loire

     

     

    Benjamin Belliot-Niget - Journaliste
    Benjamin Belliot-Niget - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...