Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Buzz Mediatik à Angers : cinq bougies et une soirée Musiques Connectées

    Buzz Mediatik à Angers. Buzz Mediatik à Angers. - © La Fabrique Rouge

    BMK (concentré de Buzz Mediatik) organisait, jeudi 3 avril, une soirée Musiques connectées au Chabada (Angers). Rompues à la communication électronique, les filles du cru au rayonnement national avaient invité tout leur carnet d’adresses. Retour sur une soirée anniversaire où les porteuses du projet ont soufflé, en catimini, les cinq bougies d’existence de l'association d'accompagnement d'artistes.

    Comme cela arrive parfois, et pour mieux appuyer là où ça fait du bien, commençons par la fin. Le plateau proposait en dessert Elena, DJ angevine qui trace son chemin depuis deux ans sur les scènes d’ici et d’ailleurs avec une rencontre balisée house minimale et funky, et on ne sait quoi de tribal. La présence d’Elena n’était pas fortuite, puisqu’elle est la présidente de l’association Buzz Mediatik qui accompagne des artistes dans leurs relations presse depuis 2009. On regrettera quelque peu l’approche louange de son mix ; on saluera la performance d’avoir fait danser le peu de spectateurs restés après le second groupe.Elena en live. Pas facile de jouer devant une salle presque vide, pas facile de succéder aux délirants et populaires Andreas et Nicolas.

    Une histoire de singe

    Dans la grande tradition d’une chanson française foutraque, Andreas et Nicolas défriseraient n’importe qui. Ici, peu importe le vin pourvu qu’on ait l’ivresse. Des titres de 30 secondes, d’autres interrompus à tout moment et pour n’importe quel prétexte, des compositions qui parlent de pipi et de caca, un discours qui fricote allègrement avec le machisme, et, bien sûr, beaucoup de cul (pardon, de sexe).

    En résumé, Andreas et Nicolas se définissent comme la rencontre entre la chanson du dimanche et Elmer Foot Beat. Vous vous souvenez de "Daniela" ? Ben voilà ! Vous avez Andreas et Nicolas. Les casquettes moins alternatives, peut-être, mais des masques d’Iron Man et autant de bazar sur scène avec un batteur affublé, pendant une heure (régime printanier parfait), d’une tunique en moumoute version Donkey Kong.

    La révélation Catfish

    Les membres de Catfish, Damien et Amandine, peu à l’aise devant l’objectif mais géniaux sur scène.

    Malgré mon approche dubitative, mais étant donné le succès des Nantais au Chabada, il est fort probable que vous rencontriez les drilles sur la route des festivals estivaux. Mais d’autres se déclinent en duo, comme Amandine et Damien. Après huit années de background musical, les deux Jurassiens ont formé Catfish, appellation hommage au standard "Catfish Blues", une formation tendue de deux batteries dépouillées qui se font la conversation autour d’un triptyque Rock-Blues-Garage.

    À les écouter ciseler leur art, l’auditeur pense bien entendu à The Kills. Ici, ça rentre plus dans le lard, mais de façon subtile, voire made in Louisiane. L’un apporte de la rudesse au slide et l’harmonica ; la miss qui a du coffre jongle avec la révolte et l’apaisement. C’est propre dans le grain, bien joué, bien présenté, et leur brin de timidité fait le reste.

    Les deux "poissons-chats" proposaient ici quelques extraits de leur nouvel album, Muddy Shivers, à sortir dans quelques jours, et qui devrait, en toute logique méritée, les propulser au top. Dans les semaines à venir, ils vont écumer la France, et peut-être même l’Europe, puisqu’ils joueront au fameux Paléo Festival (Suisse). Jeudi soir, certains regrettaient d’être arrivés en retard au concert. Ils pourront se rattraper grâce à la com’ des filles de BMK. BMK qui accueille aussi dans son book Cafetera Roja (trip-hop, hip-hop), Dive Inn (électro-pop), Milamarina (de l’électro à la harpe) ou encore Benjamin Piat (chanson).

    Petite devenue grande

    La patronne de Buzz Mediatik, alias BMK, c’est Marina !Sur scène, personne n’oublie de rendre hommage à Marina, la "chef", et Chloé, la petite dernière de la structure d'attachées de presse BMK qui fête ce soir son anniversaire. Deux salariées pour cinq années de développement (23 groupes au compteur), dans un contexte actuel souffreteux, la santé des filles en défriserait certains.

    Il est loin le temps où Marina délaissa les piercings pour monter faire ses armes à Paris. Aidée de ses collaborateurs d’un soir, la jeune femme qui a aussi travaillé pour l’édition (voir l’ouvrage Certifié(e)s Hip-Hop) n’avait pas à rougir de son petit score (200 tickets vendus). Car dans la salle, la mayonnaise a pris entre les nombreux amis présents et la promotion sporadique autour de purs produits angevins*, quelques huiles professionnelles en goguette, deux groupes sympathiques, mais que tout opposait...

    Les spectateurs étaient aussi connectés grâce au numérique : en parallèle des concerts, plusieurs animations et exposants valorisaient l'utilisation des nouvelles technologies au service de la musique. Une des animations numériques de la soirée Musiques Connectées : la diffusion en direct de vos tweetsCoups de cœur pour le collectif Lagosta (voir encadré) et l’association L’Igloo (qu’on ne présente plus) qui exposait ses bornes interactives dédiées à l’actualité culturelle (concerts, disques, etc.) : un concept nouveau de communication qu'on devrait voir fleurir ici et là dans les semaines à venir.

    * La soirée Musiques connectées, c’était aussi différentes structures associatives (ou autres), essentiellement angevines, venues soutenir la petite logistique de BMK à l’organisation de son anniversaire. Afin de n’oublier personne, étaient présentes, ce soir-là, au-delà des institutionnels Chabada et Ville d’Angers : Ul3sons – réseau (bien pratique) de bénévoles, l'association Igloo, Fishbrain pour de la sérigraphie sur T-Shirt, le collectif Lagosta et ses thés surprenants (voir encadré), les dessins de La Fabrique rouge (qui est aussi une agence de com’), la Vinylerie (ex-Kiteaz) qui fabrique des galettes au format 66 et 95 tours (vous avez bien lu), la plateforme Evergig (de Paris) qui diffuse vos captations smartphones en direct, et le webzine qui monte Indiemusic.


    Lagosta et son thé Catfish

    Les thés Lagosta, des mélanges originaux et subtils pour un voyage au cœur du patrimoine.De la soirée Musiques connectées, on retiendra tout spécialement la présence du collectif Lagosta qui propose de faire découvrir le territoire grâce à des mélanges de thés. Des créations spéciales sont associées à des monuments, à des événements. C’est ainsi que, ce 3 avril, Lagosta avait créé le thé Catfish : sur une base de thé vert et blanc, les alchimistes ont associé la violette et la framboise. À l’occasion de la sortie du nouveau disque du groupe, Lagosta propose par ailleurs un emballage qui a l’originalité de contenir une puce NFC. Si votre mobile est compatible, en l’approchant du support, il se connectera tout seul et, comme par magie, Catfish résonnera…

     

     

    Reynald Dal Barco

     




    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...