C'est vous qui le dites ! #6

Création artistique : pourquoi, pour qui et dans quel monde ?

Tribune de Gilles Binet - Cie Schpouki Rolls Tribune de Gilles Binet - Cie Schpouki Rolls

Compagnie de spectacle vivant, nous nous posons depuis toujours la question du développement durable dans nos pratiques artistiques. Une préoccupation dont le milieu culturel s’est emparé depuis quelque temps avec des avancées notables : réflexion sur l’utilisation des énergies (électricité, pétrole, etc.), contrôle des consommations (papier, CD, gobelets, etc.), gestion des déchets… Cette approche, liée à une logique de production, doit être complétée par un questionnement multiple sur le sens de la présence artistique dans notre monde, dans nos mondes. (par Gilles Binet de la Cie Schpouki Rolls)

h

Questionner le sens de la création

Les productions artistiques sont désormais perçues presque exclusivement comme un loisir et un outil de tranquillité sociale, une distraction, voire une animation. Nous sommes perdus entre l’appartenance à des groupes sociaux et un individualisme forcené et suicidaire (satisfaction immédiate de besoins individuels). De nombreuses questions sur le rôle de la culture nous assaillent alors :

- qu’est-ce qui m’est nécessaire dans ce que j’appelle la culture ?
- ce qu’elle crée (nourriture) vaut-il ce qu’elle produit (déchets) ?

- l’expression artistique est-elle utile au groupe et /ou à l’individu ? Qu’est-ce que mes actes changent  autour de moi ?

- pour qui, pourquoi et comment les œuvres existent-elles (la plupart des créations sont jouées moins de 5 fois et jetées ensuite définitivement) ?

Ces questions, dont la liste pourrait être longue, n’ont pas de réponses simples. Nous en parlons depuis toujours et certains considèrent ce débat comme une perte de temps. Pourtant, là comme ailleurs, nous devons être et agir en conscience si nous ne voulons pas devenir fous. Nous pouvons penser et agir durablement en partant sur des bases simples et en utilisant de nouvelles méthodes.

Reconsidérer ses positions

Schpouki Rolls invite son public dans  Le Cercle

Gilles BINET - Cie Schpouki Rolls

Les acteurs sont à portée de main et les spectateurs au coude à coude.... Cercle, création de la compagnie Schpouki Rolls, se compose de courtes séquences acrobatico-théâtrales dans un espace scénique matérialisé par un cerceau que le public est invité à tenir dans ses mains.

Un spectacle symbolique de la volonté de partage de Valérie Grandmougin et Gilles Binet. Croisant le cirque, la danse et le théâtre, ils rayonnent depuis Morlaix et se produisent aussi bien dans la rue que dans des salles.

www.schpouki.com

Nous devons reconsidérer nos façons de créer, de consommer, de nous déplacer, de communiquer : s’exprimer pour partager plutôt que pour imposer, créer pour "exister avec" plutôt que pour dominer, écouter plutôt que penser à répondre, laisser sa place à chacun plutôt que se bagarrer.

Nous devons ainsi réfléchir sur notre statut d’artiste:

- suis-je un grand créateur qui se prend pour Dieu et fait ce qu’il veut ?

- la création est-elle l’outil de tous ?

- l’artiste (starisé) doit-il se situer au-dessus des autres, et pourquoi ?

- la boîte noire du théâtre est-elle le meilleur résonateur de l’expression artistique ?

Mais aussi s’interroger en tant que spectateur :

- suis-je passif devant une œuvre ?

- La création, fondamentalement liée au sacré,  n’a-t-elle pas perdu son rôle d’ouverture  spirituelle pour devenir un bien de consommation comme la télévision ?

Mobiliser l’intelligence collective

Forum Culture et développement durable

 

Les 23 et 24 novembre, le forum "Comment, ensemble, mettre la culture au cœur du développement durable ? a rassemblé à Guichen (35) près de 80 participants venus principalement de Bretagne, mais aussi de Basse-Normandie et des Pays de la Loire. Organisé par Spectacle vivant en Bretagne, il a permis d'explorer une cinquantaine de thèmes ponctués d'ateliers artistiques.

Textes, photos et vidéos sur ces deux journées seront bientôt disponibles à cette adresse.

Nous pensons que l’expression artistique de chacun, professionnel ou amateur, peut être un outil majeur de notre santé mentale en tant qu’individu et groupe vivants. Les méthodes qui mobilisent l’intelligence collective (techniques de coopération et de communication non violente, forums ouverts, réflexion sur la gouvernance, etc.) nous semblent des moyens efficaces d’y parvenir. Ils donnent la parole à tous et cassent la dictature de l’intelligence et de l’érudition. Ils rompent avec l’esprit de compétition permanent, favorisent l’écoute, le respect et la collaboration. Ces fondamentaux sont au cœur de notre démarche artistique, c’est dans cet esprit que nous avons participé récemment à un forum Culture et développement durable à Guichen (cf. encadré).

Mais me direz-vous, et dans le réel, dans votre métier, que faites-vous ?

Concrètement

Sans masquer les contradictions liées à notre statut social d’artiste et les compromis parfois nécessaires aux exigences du marché, nous avons :

- depuis toujours développé des projets qui interrogent les rapports des humains entre eux, avec les autres êtres vivants, et avec les éléments. Depuis 15 ans, notre travail met ainsi au centre de ses propos des engagements humanistes et environnementaux.

- nous réduisons progressivement et depuis longtemps déjà l’utilisation de matériel dans nos créations. Cela permet d’aller à l’essentiel et de n’utiliser un accessoire que s’il est indispensable.

- nous sommes engagés dans un questionnement acteur /spectateur, avec la volonté de casser le rapport de consommation de l’œuvre et l’idéalisation de l’artiste.

- nous faisons des créations in situ qui voient le jour pour et avec les personnes et les lieux où elles s’inscrivent.

- nous emmenons nos publics à la découverte de patrimoine naturel.

- nous favorisons le partage d’émotions via des rituels artistiques.

- nos propositions impliquent des positions politiques et philosophiques marquées.

Enfin, pour finir par l’essentiel, nous sommes en quête d’avancées comme celle que nous avons pu connaître récemment à Guichen, grâce aux méthodes d’intelligence collaborative. Nous pouvons créer et offrir mieux, mais cela passe par les rencontres.

Le rôle de l’artiste est d’être un passeur, juste un passeur.

 

Parce que les bonnes idées se partagent…

… et parce que nous croyons qu'il faut toujours favoriser le partage des idées, Terri(s)toires ouvre ses pages aux prises de parole des acteurs des territoires. Notre rubrique "C'est vous qui le dites !" est une chronique où nous souhaitons accueillir les points de vue les plus divers, ceux de simples particuliers et ceux d'experts patentés, parlant en leur nom propre ou pour le compte d'une organisation, d'une association ou d'un groupe… pour en tout cas provoquer le débat.

Parmi les thématiques que nous privilégions, il y a celles qui intéressent la communauté des "Terri(s)toriens" : les initiatives sociétales de tous ordres, les modes de vie, et la culture dans son sens le plus large. Nous choisissons cependant de ne pas limiter les sujets potentiels, car c'est bien la nouveauté ou l'originalité des analyses, des opinions et des points de vue qui nous intéresse… et qui intéressera les lecteurs de Terri(s)toires.

La rédaction se réserve le droit d'agréer les propositions qui lui seront faites. Pour proposer un texte, il suffit de nous contacter sur redaction@terristoires.info.

 

Gilles Binet de la compagnie Schpouki Rolls Gilles Binet

Cie Schpouki Rolls

 


Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Commentaires  

 
0 #1 LoJo 02-12-2011 06:49
bien ! :-) :-) :-)
Signaler à l’administrateur
 

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...