Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…


    Les tops de Terri(s)toires
    Les tops de Terri(s)toires Artistes locaux, endroits flippants, jolies plages, lieux aux noms insolites...  La rédaction de Terri(s)toires explore les territoires de l'Ouest à la recherche de perles, et dresse des…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Le Corbusier en Sarthe

    Le temps des fermes "radieuses" !

    Quinzaine radieuse à Piacé en Sarthe Quinzaine radieuse à Piacé en Sarthe

    Penser la ville de demain ! Avec l’urbanisation toujours plus concentrationnaire des modes de vie, cette préoccupation d’architecte est des plus universellement récurrentes. Mais se soucie-t-on avec le même intense questionnement du visage des campagnes de demain ? D’ailleurs, s’en est-on seulement jamais soucié ? Pour le savoir, suivons la départementale qui déroule son bitume du Mans vers Alençon…

    À mi-chemin, la route traverse une commune dont les façades alignées s’étirent de chaque côté de l’infertile sillon qu’elle dessine. Nous sommes arrivés à Piacé, sur les terres grasses d’une utopie initiée dans les années trente par un de ses habitants, Norbert Bézard, et mise en forme par Le Corbusier, le fameux architecte de la Cité radieuse (www.fondationlecorbusier.fr).

    Une utopie délaissée depuis près de 80 ans et qui, chose déjà rare à l’époque, concevait la ferme et le village de demain.

    Cette utopie d’hier, donc de toujours, l’association "Piacé le radieux, Bézard - Le Corbusier", créée au printemps 2008 par Nicolas Hérisson, travaille à la sortir de l’oubli en l’exposant au public, du 12 au 27 juin, durant la très protéiforme et singulière deuxième édition de "la Quinzaine radieuse".

    Le paysan et l’architecte

    quinzaine radieuse à Piacé en SartheAprès des études parisiennes à l’École nationale des arts décoratifs, un passage par la Camargue, Nicolas Hérisson est revenu vivre à Piacé. "Mon père m’avait parlé d’un projet de Le Corbusier concernant la commune". Information en poche, il s’enquiert de mener l’enquête plus avant. En mairie tout d’abord : mais aucune trace du projet ! C’est dans les huit volumes de "L’œuvre complète de Le Corbusier", ainsi qu’à la fondation Le Corbusier, qu’il trouve textes, photos et lettres. Une correspondance entretenue pendant des années par l’architecte avec un certain Norbert Bézard.

    Sarthois né en 1896, arrivé à Piacé, à la fin des années vingt comme apprenti boulanger, "Norbert Bézard est un militant de la cause agricole". Activiste de l’amélioration des conditions de vie et de travail de la classe paysanne, il prendra pour cela jusqu’à l’initiative d’écrire, au début des années trente, à l’un des assistants de Le Corbusier pour demander à l’architecte de penser l’habitat rural de l’avenir. Bézard enverra même au "Corbu" les premiers croquis de sa ferme idéale.

    L’architecte s’attellera à la tâche, proposant "la Ferme radieuse" avant de mettre en forme une plus vaste ambition collective : "le Village coopératif". "Il n’y avait nulle volonté de collectivisation dans cela, chaque paysan étant propriétaire de sa ferme. Le Village cherchait aussi à faciliter le désenclavement des villes en proposant des logements équipés de l’eau courante, de douches".

    Le projet, bien qu’exposé à Paris durant "L’Exposition internationale des arts et techniques" de 1937, demeurera sous forme de dessins et maquettes. Il n’aboutira pas. Mais une amitié lie désormais les deux hommes. Ainsi Le Corbusier aidera-t-il Norbert Bézard à trouver un atelier sur Paris quand, sur la fin de sa vie, ce dernier décidera de devenir peintre et céramiste.

    Radieuse quinzaine

    quinzaine radieuse à Piacé en SartheBézard, ayant exercé bien des métiers, également syndicaliste, orateur, érudit paysan, apparaît comme "un touche-à-tout assez génial". Sans doute l’éclectisme du programme* que propose au public la deuxième édition de "La Quinzaine radieuse" retransmet-il à sa façon cette multitude de facettes de ce paysan et de l’architecte. Exposition des maquettes du projet, du parcours de ses deux initiateurs, mais aussi conférence, projection, performances et expositions d’œuvres d’artistes contemporains vont illustrer les trois axes autour desquels se structure, sans s’y limiter pour autant, la manifestation : architecture, art, design.

    Le village entier est concerné. Non seulement parce que des agriculteurs et habitants sont membres de l’association, que d’autres apportent une aide pratique, que les écoliers de la commune se transforment en visiteurs, mais aussi parce que de multiples lieux sont investis. L’église est rouverte à l’occasion d’une conférence, le presbytère et son jardin deviennent des lieux d’expositions, le café et l’ancienne boucherie abritent des œuvres et un atelier, le moulin centralise en ses murs les documents et maquettes du projet tandis que sa cour et sa grange exposeront d’autres œuvres.

    En somme, "La Quinzaine radieuse" de Piacé, à défaut de faire vivre ses 350 habitants dans une architecture nouvelle et futuriste, est une façon vivifiante de faire renaître de sa dormance l’esprit coopératif cher aux deux amis visionnaires du siècle dernier.

     

    * À lire sur www.piaceleradieux.com

     

    Voir aussi l'article consacré à l'exposition sur le site de la Région des Pays de la Loire

    Dominique Ragneau - Homo Sapiens
    Dominique Ragneau - Homo Sapiens

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...