Culture dans les Côtes d'Armor

Les cafés-concerts boivent la tasse

Café concert le pixie Café concert le pixie

Les cinq cafés-concerts associatifs des Côtes d'Armor sont amers : le conseil général cesse de les subventionner. Pour une économie annuelle de… 15 000 €. Une décision liée au désengagement de l'État et à la réforme territoriale. Les grands événements, eux, continueront d'être aidés. Deux poids, deux mesures, s'insurgent les caf'conc’, qui lancent une pétition.

Des concerts de 3 à 10 €, toute l’année, même l’hiver. Découvrir Anaïs, Pauline Croze ou Loïc Lantoine tout en sirotant une blonde à prix bar. De la culture de qualité tout près de chez soi à Saint-Brieuc, Lannion, Binic ou Trégastel, un petit bonheur qu’un coup de serpe dans les subventions du conseil général des Côtes d’Armor vient menacer : les cinq cafés-concerts associatifs du département n’auront désormais plus un sou de la collectivité. Le motif ? La Réforme générale des politiques publiques (RGPP) et les transferts de charges non compensées de l’État aux conseils généraux.

Outil de communication ou culture de proximité ?

café concert le pixieUn choix "imposé par le gouvernement", selon Christian Provost, vice-président du conseil général, chargé de la culture. Mais pas vraiment annoncé aux intéressés : “il n'y a eu aucune information officielle”, s'étonne Yvain Lemattre, du Pixie, à Lannion. “Nous l'avons appris au fur et à mesure des refus de nos demandes de subventions. On a demandé un rendez-vous à Christian Provost et à Claudy Lebreton, le président du conseil général ; on attend toujours.”

Alors que le budget 2010 du Département réduit de 10 % l'enveloppe allouée à la culture, passant de 14 à 12,5 millions d'euros, les cafés-concerts associatifs s'attendaient cependant à une baisse de leur aide d'un montant total de 15 000 €… Mais pas à leur suppression pure et simple. “15 000 €, ce sont des cacahuètes, mais cela représente pour nous 71 concerts, 180 artistes et 2 000 heures de travail rémunérées”, s'insurge Yvain Lemattre. “Si on compare ces chiffres avec une salle de concert, c'est l'équivalent de trois saisons.”

“Il y a une certaine injustice”, renchérit Laurent Cacheux, de la Gueule du Loup, à Lanloup. “La baisse de nos subventions est totale alors que d'autres ont vu leur soutien maintenu, voire augmenté”. Comme Art Rock, le festival de musique pop de Saint-Brieuc. “Est-ce que le conseil général veut un outil de communication du Département ou une culture proche des gens ?”, interroge Yvain Lemattre. “Les événements destinés à la population locale sont méprisés, alors que nous sommes les seuls à faire une programmation d'hiver”, ajoute Laurent Cacheux. “On fait vivre culturellement le pays et on se retrouve aujourd'hui dans la panade.”

Des ouvriers de la scène, pas des cadres culturels

Deux des cinq salles concernées, le Toucouleur à Trégastel et le Piccadilly à Saint-Brieuc, ont déjà annoncé l'arrêt des concerts. Les autres vont diminuer le nombre de soirées, et augmenter les tarifs. Laurent Cacheux prévoit quand même de maintenir son festival de jazz, L'appel du loup, du 21 au 25 juillet, mais en élargissant la programmation à la soul et à la fanfare, et avec des moyens plus limités. “Les économies de bout de chandelle du conseil général vont avoir une influence radicale pour tous les petits artistes, qui trouvaient chez nous un tremplin pour leur carrière”, souligne le responsable du Pixie. “Nous sommes les ouvriers de la scène, pas des cadres culturels.”

Histoire de "peser dans la balance" et de ne pas faire cavalier seul, les cinq caf'conc’ et plusieurs lieux culturels aux financements amputés (La Passerelle à Saint-Brieuc, Le Carré magique à Lannion, le Champ-au-Roy à Guingamp, les écoles de musique) s'apprêtent à lancer une pétition commune. Claudy Lebreton l'aurait sûrement signée, mais l'année dernière ! En janvier 2009, le président du conseil général déclarait dans le magazine du Département : “Je veux aussi dire qu'il y a un budget auquel je ne toucherai pas, c'est celui de la culture.”

Culture Bar-Bars : une fondation privée publique

Le collectif nantais Culture Bar-Bars prépare, avec le ministère de la Culture, une fondation destinée à soutenir financièrement les cafés-concerts pour payer les cotisations sociales des musiciens. Son président, Cédric Praud, interrogé par Presse-Océan, a indiqué que le financement serait composé pour deux tiers de fonds privés et pour un tiers de fonds publics. “En France, six régions, dont celle des Pays de la Loire, ont donné leur accord et sont partantes pour soutenir le projet”. Pour les caf’conc’, cela permettrait de diviser par deux les coûts d’un spectacle. Cédric Praud espère voir cette fondation créée d’ici la fin de l’année.

www.bar-bars.com

 

lepixie.info

danslagueuleduloup.free.fr

 

photos : concerts au Pixie, à Lannion, l'un des 5 cafés-conc' de Côtes d'Armor concernés par la fin des subventions.

Raphaël Baldos - Journaliste
Raphaël Baldos - Journaliste

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...