Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…


Le FC Nantes
Le FC Nantes De la montée en première division avec la philosophie du beau jeu de José Arribas aux demi-finales de la…


Peau de peinture
Peau de peinture Paul, 30 ans, se retrouve au chômage. Entre deux verres au comptoir du bar de son quartier, il rencontre…




  • Les feuilletons à la Une


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…


    Les tops de Terri(s)toires
    Les tops de Terri(s)toires Artistes locaux, endroits flippants, jolies plages, lieux aux noms insolites...  La rédaction de Terri(s)toires explore les territoires de l'Ouest à la recherche de perles, et dresse des…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Montaigu : le collectif Icroacoa croit en une autre culture

    Quelques représentants des 500 membres du collectif Icroacoa Quelques représentants des 500 membres du collectif Icroacoa

    Depuis 1998, les associations d’Icroacoa organisent concerts et autres événements culturels dans la commune vendéenne de Montaigu. Elles sont aujourd’hui 25 à se réunir régulièrement dans la petite salle du Zinor, QG de ce collectif à la fois underground et ouvert grand sur l’extérieur.

    Une commune "aux antipodes d'une ville dortoir", peut-on lire sur le site officiel de la mairie de Montaigu. Ses quelques 5 000 habitants et son emplacement géographique idéal, à une trentaine de minutes de Nantes comme de la Roche-sur-Yon, laissent pourtant présager l’inverse. Mais non, le service communication de la mairie n’est pas de mauvaise foi : à y regarder de plus près, Montaigu épate bel et bien par son dynamisme, en particulier culturel.

    Cela se passe d’abord au Théâtre de Thalie, la scène officielle de la communauté de communes Terres de Montaigu. Une trentaine de spectacles de théâtre, musique et danse y sont donnés chaque saison, ainsi que Le Printemps du livre, événement littéraire présidé cette année par Bernard Werber. Mais la culture montécutaine ne se résume pas à cette façade, il est vrai impressionnante (un beau bâtiment moderne pouvant accueillir 480 spectateurs, toute de même).

    Une autre approche de la chose culturelle, toute aussi essentielle bien que moins visible – "underground", le mot est lâché – existe aussi à Montaigu. Elle est représentée par le collectif Icroacoa (prononcer "ils croient à quoi"), né en 1998, et ayant depuis plusieurs années élu domicile au Zinor, petite salle indépendante située dans une zone artisanale, à un kilomètre et des poussières du bourg.

    Ici se regroupent régulièrement les 25 associations du collectif, qui y organisent concerts (rock, pop, punk, reggae, dub, electro…), mais aussi tremplins pour un festival d’humour (les Hilairantes), événements jeune public ou encore animations autour de l’économie sociale et solidaire. Au total, pas moins d’une cinquantaine de manifestations par an (dont une partie hors-Zinor). Plusieurs membres du collectif, parmi les 500 adhérents qu’il compte, se sont confiés à nous sur leur vision d’Icroacoa, mais aussi de la culture à Montaigu.

     

     

    Collectif Icroacoa - Damien

    Damien, président d’Icroacoa

    "Que ça joue le plus possible"

    "Le collectif a été créé à la base pour revendiquer la mise en place d’un lieu d’expression sur la communauté de commune, il y a 20 ans. On avait failli bloquer le tour de France pour ça ! Ce lieu n’est pas venu de la volonté des élus. C’est un privé qui a acheté la salle, qui est devenue le Zinor il y a 5 ans. Les choses ont évolué depuis. Aujourd’hui, on est pris au sérieux : les élus viennent même à notre assemblée générale et boivent un verre avec nous (sourire).

    Dans la vie, je suis salarié agricole dans une exploitation de vente directe et musicien amateur. Au Zinor, nous ne sommes pas dans une dynamique de professionnalisation. Nous n'avons pas de licence d’entrepreneur de spectacle, ce qui nous permet de faire jouer aussi bien des musiciens professionnels que des amateurs. Or le statut d’amateur n’est pas reconnu en France, où l’on a tendance à constamment tout vouloir structurer. Nous, ce que nous voulons, c’est juste que ça joue le plus possible."

     

     

     

    Collectif Icroacoa - Charlene

    Charlène, Secrétaire de l’association Heyoka

    (concerts, fête de la musique, festival humoriste Les Hilairantes)

    "Une autre culture, différente de la culture officielle"

    "Icroacoa apporte beaucoup au niveau matériel, pour les réunions, les concerts au Zinor. Il y a tout un réseau autour des groupes de musique. Des ponts, des échanges se créent entre les associations. On s’entraide. Les gens sont des créatifs, qui ont des idées, donc ça apporte plein de projets derrière. Plus généralement, le collectif apporte une autre culture, différente de la culture officielle.

    À Montaigu, il se passe beaucoup de choses comparées à d’autres petites villes, notamment grâce au collectif qui programme des groupes souvent underground, qui ne passent pas dans les grosses salles. Ça apporte un dynamisme sur le territoire. Avant, c’était assez restreint. Il n’y avait que la salle de spectacle de la communauté de communes et les événements sportifs. Icroacoa apporte tout le reste."

     

     

     

    Collectif Icroacoa - Valentin et Florentin

    Valentin et Florentin de l’association Wattasond

    (concerts reggae-dub)

    "L’union fait la force"

    "Dans le collectif, on retrouve un vrai melting-pot de styles musicaux. Il y a une vraie entraide entre les bénévoles des différentes associations. Le collectif apporte toutes les solutions à nos problèmes : on mutualise les énergies pour pouvoir communiquer au maximum sur nos événements, avoir de la technique, des bénévoles.

    Icroacoa, c’est l’union fait la force. Au début, on ne se connaît pas trop. On découvre le collectif et, finalement, on devient amis. Ici, c’est un peu une grande famille qui permet à qui veut s’engager au niveau culturel ou social de trouver une force. Et puis, il y a aussi un côté intergénérationnel. Il est possible d’échanger avec des gens beaucoup plus âgés que nous, qui ont de l’expérience."

     

     

     

    Collectif Icroacoa - Olivier et Paul

    Paul et Olivier de Bungalow Bunker

    (conception de décors de spectacles vivants, gestion de "l’atelier ouvert" Yves Rizio)

    "Une éthique, une façon de voir les choses, un partage"

    "Icroacoa, c’est une éthique, une façon de voir les choses, un partage. On se retrouve totalement dans cet état d’esprit avec notre asso, notamment avec l’atelier Yves Rizio, du nom d’un artiste plasticien du coin disparu cette année. On souhaite faire perdurer l’œuvre d’Yves à travers son atelier, que l’on veut ouvrir au maximum d’artistes, comme il le souhaitait. Ce sera un atelier ouvert, collaboratif, participatif et mutualisé.

    Montaigu est une commune assez unique. Depuis bientôt 40 ans, il y a une vraie énergie en musiques actuelles. Ce n’est pas rare de faire un concert un mardi au Zinor et d’avoir 40 personnes, avec un groupe américain qui fait une seule date en France et qui a souhaité venir à Montaigu."

     

     

     

    Collectif Icroacoa - Anna et Lionel

    Anna et Lionel de l’Atelier du 3 bis

    (concerts, sérigraphie, restauration pour festivals)

    "On n’est pas obligé d’aller à Nantes pour accéder à la culture !"

    "Icroacoa, c’est une opportunité unique d’organiser des concerts facilement au Zinor. Beaucoup de gens gravitent autour du collectif. En tant qu’asso, c’est très agréable. Dès qu’on a des questions d’ordres juridiques, matérielles, on a des interlocuteurs. C’est un vivier de compétences et d’idées énorme. C’est une force d’action musicale, culturelle, tout en restant sur nos principes alternatifs, "do it yourself".

    Le fait de proposer des choses à la campagne offre une liberté de manœuvre qu’on n’a pas forcément en ville. Et puis, ce serait dommage de laisser mourir ce territoire alors qu’il y a des habitants et qu’on peut faire des choses tous ensemble. On n’est pas obligé d’aller à Nantes pour accéder à la culture !"

     

     

     

    Collectif Icroacoa - Agathe

    Agathe, responsable communication d’Icroacoa

    "Le premier PTCE culturel en pays de la Loire"

    "Ici, les assos sont elles-mêmes à l’initiative des projets. Icroacoa est seulement là pour les aider à les concrétiser. Nous n'avons pas vocation à organiser un festival ou un concert, sauf à l’ouverture de saison, pour dynamiser notre vie associative et montrer la pluridisciplinarité de nos assos. Certaines sont spécialisées dans les jeux, la sérigraphie, l’échange de savoirs, la décoration, l’insertion…

    Le collectif est porteur depuis le début de l’année du premier PTCE (Pôle territorial de coopération économique) culturel en Pays de la Loire. L’idée, c’est de lancer une nouvelle dynamique sur le territoire, du côté social et économique. Pour la communication, on a par exemple un partenariat avec une imprimerie locale. On imprime tout chez eux, et en échange, il nous font des prix comparables à ceux qu’on trouve sur Internet. Cela permet de travailler localement, plutôt qu’à l’autre bout de l’Europe. Ce genre d’initiatives, mises bout à bout, peuvent redynamiser l’économie locale…"

     

    En savoir plus :

    Matthieu Chauveau - Journaliste
    Matthieu Chauveau - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...