Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…


    Les tops de Terri(s)toires
    Les tops de Terri(s)toires Artistes locaux, endroits flippants, jolies plages, lieux aux noms insolites...  La rédaction de Terri(s)toires explore les territoires de l'Ouest à la recherche de perles, et dresse des…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Art et immigration

    Posture Imposture, d'Annick Sterkendries : un voyage au cœur des "jungles" d'Europe

    L'immigration vue par la métaphore de l'oiseau L'immigration vue par la métaphore de l'oiseau - © Annick Sterkendries

    En journalisme, en politique, dans les milieux associatifs, l'immigration est aujourd'hui un thème récurrent sur toutes les bouches. Cette problématique, très complexe et hautement polémique, la plasticienne Annick Sterkendries a choisi de la traiter par le prisme de l'art : durant plusieurs mois, elle est partie à la rencontre de migrants pour leur faire porter une cagoule en forme d'oiseau. Nommé Posture Imposture, ce projet singulier sera bientôt présenté à Nantes.

    Entre poésie, humour et surréalisme, les clichés pris par l'artiste Annick Sterkendries surprennent. On y voit des individus figés, presque hébétés, nippés d'une cagoule en forme de tête de volatile, le tout planté dans des paysages portuaires comparables à des bidonvilles. Mais l'étonnement des premières secondes laisse très vite place à un sentiment de malaise : ces personnes sont en réalité des réfugiés syriens, saoudiens, égyptiens… en situation de transit.

    Entre 2014 et 2015, Annick Sterkendries, artiste plasticienne installée à Joué-sur-Erdre (44), a sillonné l'Europe et ses pays voisins afin d'y réaliser son projet artistique. "Tout a commencé en 2013, durant la médiatisation du naufrage de Lampedusa. Je regardais des oiseaux dans le ciel lorsque le parallèle est devenu évident : l'un est perçu comme naturel, l'autre comme invasif, mais ces deux phénomènes sont pourtant très proches. Après recherche, j'ai remarqué que migrants et volatiles se regroupaient souvent aux mêmes endroits."

    Aborder l'immigration par la métaphore

    L'artiste décide donc d'approcher le sujet difficile de l'immigration par la métaphore de l'oiseau. Elle a pour cela conçu une cagoule rudimentaire en forme de tête de volatile, puis est partie à la rencontre de réfugiés et les a photographiés avec cet accoutrement devant des endroits significatifs. Durant son voyage, elle a aussi saisi un grand nombre de scènes de vie dans l'optique de les reproduire ensuite en dessin.

    "Mes débuts ont été laborieux. J'ai commencé mon projet par la fameuse "jungle" de Calais. À l'époque, le sujet n'était pas aussi médiatisé qu'aujourd'hui et les images filtraient beaucoup plus… Cela a donc été un vrai choc pour moi ! Comment réaliser mon projet, si futile devant ces scènes d'horreur ? La stupéfaction passée, j'ai intégré l'association L'auberge des migrants, où je me suis liée d'amitié avec des bénévoles. Leur dynamisme et leur détermination m'ont redonné confiance pour franchir le pas."

    Une expérience au-delà du cadre artistique

    Lampedusa, Almeria, Tanger, Fez… Après Calais, Annick Sterkendries a sillonné quelques-unes des plus grandes places de transit migratoire en Europe et à ses portes. Au Maroc, elle a ainsi fait l'objet de pressions policières, a vu des camps incendiés et entendu des histoires terribles. En Sicile, elle a sympathisé avec un prêtre rebelle assigné à résidence, car accusé d'avoir réalisé de faux papiers pour les réfugiés. Néanmoins, elle garde en tête de très bons souvenirs, à l'image des nombreuses rencontres et des liens qu'elle a pu créer avec les migrants. Toujours en contact avec eux, elle continue de les informer sur l'avancée du projet. Projet qui d'ailleurs, pour la plupart, les amusait.

    "Mon approche, à la fois pudique et originale, les changeait des traditionnels journalistes qui viennent quotidiennement les interviewer, sans pour autant prendre le temps de s'intéresser à eux… Pour moi, cette expérience a de toute évidence dépassé le cadre artistique. Encore plus aujourd'hui, je suis horrifiée et révoltée par ce contexte. Pour moi, la Terre appartient à tout le monde et ces frontières, finalement fictives, n'ont pas lieu d'être dans ces moments-là !" Un message qu'Annick Sterkendries espère faire passer lors de la présentation de Posture Imposture, en mai prochain à l'espace Cosmopolis de Nantes, puis en juin à Madrid à l'occasion de l'exposition Aux portes du Paradis.

     

    Présentations publiques de Posture Imposture :

    • Du 13 mai au 5 juin à Nantes, à l'espace Cosmopolis, en partenariat avec les associations Pirates production et Médecins du monde.

    • Du 1er juin au 28 août à Madrid, dans le cadre de l'exposition Aux portes du Paradis – Essai photographique sur le migrant, le nomade, l'exilé, le réfugié, l'apatride…

     

    "Créer, c'est résister"

    L'artiste Annick Sterkendries, auteur de l'oeuvre Posture Imposture À travers son œuvre, Annick Sterkendries interroge une problématique centrale : un artiste peut-il avoir un travail de création engagé ? Une question à laquelle la plasticienne répond de toute évidence par l'affirmative.

    Artiste depuis plus de 20 ans, elle est une habituée des sujets complexes et polémiques. Originaire de Belgique et diplômée des beaux-arts de Bruxelles, elle s'intéresse aux faits de société, qu'elle traite par une approche in situ et par l'utilisation de la métaphore, en introduisant ainsi une double lecture dans ses réalisations. Au cours de sa carrière, elle a abordé des thèmes tels que la crise linguistique en Belgique, les problèmes liés aux quotas européens pour les pêcheurs ou les scandales provoqués par l'entreprise Monsanto.

    Engagée sur plan artistique, Annick Sterkendries l'est aussi dans sa vie de tous les jours. L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et la déchéance de nationalité sont par exemple des débats auxquels elle participe activement. Habitant la Loire-Atlantique depuis près de 25 ans, elle s'implique également sur ce territoire : elle a notamment créé en 2007 l'association le Temps d'un moment (TDM) à Joué-sur-Erdre, avec pour but de rendre accessible l'art contemporain en milieu rural au travers d'expositions d'artistes internationaux. Une belle aventure qui s'est terminée en 2014.

    Alors qu'elle présentera prochainement son œuvre Posture Imposture, à Nantes en mai prochain et à Madrid en août, Annick Stekendries souhaite poursuivre son exploration des questions migratoires. Elle s'intéresse actuellement à la problématique des squats de mineurs à Nantes.

    www.annicksterkendries.fr

     

    Cliquer sur l'une des images pour l'afficher en grand.

     

    Corentin Vital - Journaliste & Community manager
    Corentin Vital - Journaliste & Community manager

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...