Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Alter pédagogies

    Dossier sur les pédagogies alternatives Dossier sur les pédagogies alternatives - © terristoires.info

    Lycée expérimental de Saint-Nazaire, écoles Diwan, Freinet, Steiner, Montessori... l'éducation n'est pas toujours aussi formelle qu'on veut bien le croire : tour d'horizon des enseignements alternatifs dans l'Ouest.

    C'est le début de sa révolte contre le système. Gabriel Cohn-Bendit était alors professeur d'allemand au lycée "classique" de Saint-Nazaire. Un jour, "particulièrement en colère" contre ses collègues qui n'acceptaient pas que l'on puisse faire la classe différemment, il a distribué dans leur casier le poème "À propos d'Horace", extrait des Contemplations de Victor Hugo. Tous ont cru que c'était de lui ! Depuis, il le distribue régulièrement à de jeunes élèves. "coTous adorent", dit-il. Le voici ci-dessous, dans sa version contractée par Gaby.

     

     

    Marchands de grec ! marchands de latin ! cuistres ! dogues!
    Philistins ! magisters ! je vous hais, pédagogues !
    Car, dans votre aplomb grave, infaillible, hébété,
    Vous niez l'idéal, la grâce et la beauté !
    Car vos textes, vos lois, vos règles sont fossiles !
    Car, avec l'air profond, vous êtes imbéciles !
    Car vous enseignez tout, et vous ignorez tout !
    Car vous êtes mauvais et méchants ! -- Mon sang bout
    Rien qu'à songer au temps où, rêveuse bourrique,
    Grand diable de seize ans, j'étais en rhétorique !
    Que d'ennuis ! de fureurs ! de bêtises ! -- gredins ! --
    Que de froids châtiments et que de chocs soudains !
    «Dimanche en retenue et cinq cents vers d'Horace !»
    Je regardais le monstre aux ongles noirs de crasse,
    Et je balbutiais : «Monsieur... -- Pas de raisons !
    Vingt fois l'ode à Panclus et l'épître aux Pisons !»
    Or j'avais justement, ce jour là, -- douce idée
    Qui me faisait rêver d'Armide et d'Haydée, --
    Un rendez-vous avec la fille du portier.
    Grand Dieu ! perdre un tel jour ! le perdre tout entier !
    Je devais, en parlant d'amour, extase pure !
    En l'enivrant avec le ciel et la nature,
    La mener, si le temps n'était pas trop mauvais,
    Manger de la galette aux buttes Saint-Gervais !
    Rêve heureux ! je voyais, dans ma colère bleue,
    Tout cet Éden, congé, les lilas, la banlieue,
    Et j'entendais, parmi le thym et le muguet,
    Les vagues violons de la mère Saguet !
    O douleur ! furieux, je montais à ma chambre,
    Et, là, je m'écriais :

     

    -- Horace ! ô bon garçon !
    Qui t'eût dit
    Que tu faisais ces vers charmants, profonds, exquis,
    Pour servir, dans le siècle odieux où nous sommes,
    D'instruments de torture à d'horribles bonshommes,
    Mal peignés, mal vêtus
    Grimauds hideux qui n'ont, tant leur tête est vidée,
    Jamais eu de maîtresse et jamais eu d'idée !
    Puis j'ajoutais, farouche :
    Eunuques, tourmenteurs, crétins, soyez maudits !

     

    Car vous êtes les vieux, les noirs, les engourdis ;
    L'ombre, le plomb, la mort, la tombe, le néant !
    Nul ne vit près de vous dressé sur son séant ;
    Et vous pétrifiez d'une haleine sordide
    Le jeune homme naïf, étincelant, splendide ;
    Et ma rage croissant, je reprenais :

    - Maudits, je hais l'affreux tas des vils pédants iniques !
    Confier un enfant, je vous demande un peu,
    A tous ces êtres noirs! autant mettre, morbleu !
    La mouche en pension chez une tarentule !
    Vieux dadais à l'air rogue, au sourcil triomphant,
    Qui ne savent pas même épeler un enfant !
    Ils en sont à l'A, B, C, D, du cœur humain ;

    Ils sont l'horrible Hier qui veut tuer Demain ;

    Leur vieux viscère mort insulte au coeur naissant.
    Ils le prennent de haut avec l'adolescent,
    Et ne tolèrent pas le jour entrant dans l'âme
    Sous la forme pensée ou sous la forme femme.
    Le monologue avait le temps de varier.
    J'étais alors en proie à la mathématique.
    Pauvre oiseau qui heurtait du crâne mes barreaux,
    On me livrait tout vif aux chiffres, noirs bourreaux ;
    On me faisait de force ingurgiter l'algèbre ;
    On me tordait, depuis les ailes jusqu'au bec,
    Sur l'affreux chevalet des X et des Y ;
    Et je me débattais, lugubre patient

    De là mes cris.
    Un jour, quand l'homme sera sage,
    Lorsqu'on instruira plus les oiseaux par la cage,
    Savoir étant sublime, apprendre sera doux.
    C'est en les pénétrant d'explication tendre,
    En les faisant aimer, qu'on les fera comprendre.
    L'aube vient en chantant, et non pas en grondant.
    Alors, le jeune esprit et le jeune regard
    Se lèveront avec une clarté sereine
    Vers la science auguste, aimable et souveraine ;
    Alors, tout sera vrai, lois, dogmes, droits, devoirs.

    Retrouvez la version intégrale ici

     

     

    Au sommaire :

     

    Gabriel Cohn-Bendit, pédagogue dissident

    "Scolariser les exclus de l'école"


    Gabriel Cohn-Bendit, "Gaby", c'est bien sûr le frère de Dany. Son "ersatz", comme il dit en rigolant. Mais c'est surtout l'instigateur du lycée expérimental de Saint-Nazaire en 1981 : un établissement différent pour les "décrochés du système". "Pédago dissident", professeur d'allemand formé à la philosophie, il n'a jamais pu supporter de voir des enfants exclus [...]

    Lire la suite



    Lycée expérimental de Saint-Nazaire

    Assumer sa liberté, le défi du lycée alternatif


    Administration, ménage, cuisine, contenu des cours, choix des intervenants… Au lycée expérimental de Saint-Nazaire, les élèves gèrent eux-mêmes leur établissement de A à Z depuis presque 30 ans. Un exercice démocratique qui s'accompagne d’une liberté hors norme, mais aussi d’une charge de travail supplémentaire [...]

    Lire la suite

     



    L’école en breton, c’est tendance. Grâce à la pédagogie de l’immersion des écoles Diwan, de plus en plus d’enfants apprennent chaque année à lire, écrire et compter dans cette langue celtique. "Le bilinguisme français-breton facilite l’apprentissage d’autres langues et des mathématiques", souligne le linguiste Claude Hagège, professeur au Collège de France. [...]

    Lire la suite



    Pédagogie Freinet à l'école primaire Ange Guépin de Nantes

    Professeurs au pays des élèves

    Développer l'autonomie des élèves en les replaçant au centre du système, s'autoriser un "tâtonnement expérimental", favoriser l'expression et la communication, laisser à chacun la possibilité de décider de son rythme d'apprentissage... Depuis 1947, la pédagogie Freinet* offre une grande liberté aux enseignants qui décident de l'appliquer [...]

    Lire la suite

    -

    Le penseur autrichien Rudolf Steiner (1861-1925) était un touche-à-tout, aussi bien attiré par la philosophie que par la médecine et la géométrie. Il prônait une vision du monde axée sur la spiritualité et la sensibilité individuelle. Il a ainsi donné son nom à un mouvement pédagogique international qui compte une vingtaine d’établissements en France [...]

    Lire la suite

    -

    Marie Le Bras, cofondatrice de l’école Montessori de Larmor-Baden

    "Une école différente pour nos enfants"


    Janvier 2011. La journaliste Marie Le Bras rencontre Manuella Radenne, commerçante à Larmor-Baden. Toutes deux souhaitent trouver un système alternatif pour scolariser leur enfant. Elles décident alors d’ouvrir une école Montessori, dont la pédagogie repose sur l’éducation sensorielle de l’enfant. Huit mois plus tard, leur pari est gagné : 28 enfants ont fait leur rentrée [...]

    Lire la suite

     

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...