Festival premiers plans

Berceau du septième art

Festival de cinéma Premiers Plans - entréeFestival de cinéma Premiers Plans - entrée Festival de cinéma Premiers Plans - entréeFestival de cinéma Premiers Plans - entrée

L'histoire de premiers plans se conjugue au futur. Le festival du cinéma émergent et des réalisateurs de demain entretient une relation spéciale avec son public et son territoire... pendant les 10 jours de la manifestation, mais aussi tout au long de l'année.

Angers, fin des années quatre-vingt. L'entrepreneur Claude-Éric Poiroux souhaite organiser un festival de cinéma à Angers. Pas un ersatz de celui de Cannes, mais un festival de la découverte, de l'émergence. Avec une spécificité : accueillir de jeunes réalisateurs qui présentent leur tout premier film. Jean Monnier, maire d'Angers, rejoint l'aventure en assurant à la manifestation le soutien de la ville dès la première année. Ancien compagnon du tour de France, il est notamment séduit par l'ambition "d'aider les jeunes gens à faire de grandes choses." Près d'un quart de siècle plus tard, la belle histoire dure encore, et premiers plans a acquis ses lettres de noblesse sans pour autant renier ses valeurs.

Cinéma d'auteur

Claude-Éric Poiroux, fondateur de premiers plans, n'a pas installé le festival à Angers par hasard. "En 1975, avec quelques amis, j'ai acheté "Le Club", une petite salle de quartier de 200 places, à Angers. L'ambition était de lancer une vraie salle de cinéma d'art et d'essai qui diffuse notamment des films en version originale et sous-titrés. Le succès a très vite été au rendez-vous, puisque nous avons fait tripler le nombre d'entrées !" Boosté par cette réussite, l'entrepreneur rachète un entrepôt désaffecté dans lequel quatre salles de cinéma sont construites. Les 400 Coups ouvrent en 1982 et connaissent aussi un beau succès : face à l'augmentation de la demande, trois autres salles apparaissent, portant leur nombre à sept. En parallèle, Claude-Éric Poiroux développe quatre salles indépendantes à Paris, qui, depuis, ont été revendues : il s'agit aujourd'hui de l'UGC Ciné Cité Les Halles.

Dans les années quatre-vingt, Claude-Éric Poiroux passe de la diffusion à la distribution. Il est notamment à l'origine de l'arrivée sur le marché français des premiers films de quelques réalisateurs aujourd'hui considérés comme des maîtres du genre : Lars von Trier, Gus Van Sant, Jim Jarmusch... En s'associant avec Richard Branson et le Virgin de Londres, il prend une nouvelle casquette, celle de producteur, et participe notamment au premier film d'Olivier Assayas,

Europa Cinémas

La toile du ciné européen

En 1992, Claude-Éric Poiroux crée la fondation Europa Cinémas. Réseau de salles de cinéma qui programment une majorité de films européens, il est soutenu par le programme Média de l'Union européenne et le Centre national de la cinématographie (CNC). Aujourd'hui étendu au niveau international, il compte pas moins de 2 800 écrans sur tous les continents, et est présidé par le réalisateur français Claude Miller.

www.europa-cinemas.org

Désordre (1986). Au début des années quatre-vingt-dix, il abandonne ces activités, mais s'impose définitivement comme un des acteurs majeurs du cinéma d'auteur avec la création du festival premiers plans et la fondation Europa Cinémas (cf. encadré).

Cinéma découverte

Promoteur d'un cinéma exigeant, difficile et atypique, aux antipodes du mainstream hollywoodien, Claude-Éric Poiroux a souhaité faire de premiers plans une vitrine de la découverte cinématographique. "Je pense qu'il y a encore plus de plaisir à découvrir un film dont on n'a jamais entendu parler et qui n'a pas fait l'objet d'un matraquage publicitaire. Le cinéma est un art populaire, accessible, et à premiers plans, le public se prend dans la figure des films auxquels il ne s'attend pas." Et si la programmation ne présente pas de grands noms, les stars sont souvent dans le public. "Beaucoup de grands acteurs n'ont qu'une envie : attirer la curiosité des jeunes réalisateurs qui peuvent leur amener quelque chose de différent. Et même des réalisateurs réputés nous surveillent de près. Claude Chabrol m'avait dit que lorsqu'il venait à premiers plans, il découvrait des films qu'il ne ne voyait nulle part ailleurs. Il s'agit d'un creuset incitatif, d'une expérience un peu excitante."

Festival de cinéma Premiers Plans - Claude-Eric Poiroux et Yves-Gérard Branger Mais la découverte est aussi pour le grand public. Claude-Éric Poiroux cite Godard : "voir un film, c'est déjà faire du cinéma..." Dès sa naissance, premiers plans a donc été étroitement associé au monde de l'éducation, d'abord avec le lycée Chevrollier et son proviseur Yves-Gérard Branger, puis avec des filières spécialisées dans le cinéma, et plus largement avec tous les élèves du département, de la maternelle au lycée. Quitte à lancer des vocations. "Éric Garandeau, le président actuel du CNC, est Angevin. Il m'a dit avoir usé ses fonds de culotte sur les bancs des 400 Coups et de premiers plans", sourit Claude-Éric Poiroux (cf. encadré). Il y a une vingtaine d'années, Christophe Honoré, président du jury de l'édition 2012, était quant à lui un jeune réalisateur qui présentait son premier film...

Passerelle entre les professionnels du cinéma et leur public, premiers plans fêtera ses 25 ans l'année prochaine. C'est aussi l'âge moyen des réalisateurs qui y sont présentés, mais le festival n'est, lui, plus un jeune premier. Et à force de se pencher sur le berceau de cinéastes d'avenir, on lui prête même les pouvoirs d'une fée bienveillante lorsque ses protégés percent au premier plan...

 

24e édition du festival premiers plans

Angers (49), du 20 au 29 janvier 2012

Programmation et infos pratiques sur http://premiersplans.org/festival/index.php

 

Les premières fois

Premiers plans compte un supporter de marque : depuis janvier 2011, l'Angevin Éric Garandeau est président du Centre national de la cinématographie (CNC). Extraits de l'éditorial qu'il a consacré au festival.

"Un long voyage commence par un premier pas et il est souvent décisif. Le festival premiers plans se concentre depuis 23 ans sur ce moment unique. […] Angers est devenu le lieu de la découverte, de la reconnaissance. […] La source vive qui envahit les allées du festival embrasse toutes les formes de la création cinématographique. Une véritable explosion de vie, d’imagination, d’expérimentations et d’expériences, d’avant-gardes audacieuses qui stimulent à la fois le public, les professionnels et les artistes les plus aguerris. Sur les rives du "dernier fleuve sauvage d’Europe", il est heureux d’y voir aussi des auteurs libres et des films sauvages, puisque cultiver ne veut pas dire domestiquer. En revitalisant notre curiosité, le festival premiers plans nous ramène aussi à nos propres "premières", à nos doutes depuis rassurés, à nos énergies aujourd’hui maîtrisées. Il nous rappelle à quel point tout ce que nous faisons désormais de neuf est rare et combien nos "premières fois" ont pu compter."

 

Au sommaire :

Le festival de cinéma Premiers Plans à Angers

L'année prochaine, le festival angevin premiers plans fêtera son quart de siècle. L'âge de la maturité. Solidement implanté sur le plan national, il affirme désormais ses ambitions internationales. Un changement de dimension symbolisé par une nouvelle gouvernance et un "mariage" chinois. [...]

Lire la suite



 

Christophe Honoré

Premiers plans en boucle

Le festival de cinéma Premiers Plans à Angers
Des livres pour enfants au film Homme au bain qui met en scène un acteur issu du porno gay, le Breton Christophe Honoré pratique le grand écart. Artiste exigeant et multifaçettes, l'auteur-scénariste-réalisateur-acteur-critique est président du jury de la 24e édition de premiers plans. Un retour aux sources, puisqu'il a été bénévole pour le festival angevin avant d'y recevoir un prix pour le scénario de son premier film. La boucle est bouclée. [...]

Lire la suite



Héléna Klotz, réalisatrice sélectionnée à Premiers Plans

Le périple jeune

Le festival de cinéma Premiers Plans à Angers

Ils sont l’œil d'une époque. À Premiers Plans, de jeunes cinéastes sont sélectionnés par des jeunes et pour un public jeune. Héléna Klotz, prometteuse cinéaste française, tourne sa génération en trilogie. Le premier opus, L'âge atomique, est dans la sélection officielle de la 24e édition du festival angevin. [...]

Lire la suite



Le cinéma à la classe

Le festival de cinéma Premiers Plans à Angers

Premiers plans n'est pas qu'un événement. L'association éponyme mène un travail de fond sur le territoire du Maine-et-Loire tout au long de l'année, et notamment avec le jeune public. [...]

Lire la suite

 

En coulisses : le festival côté pro

Le festival de cinéma Premiers Plans à Angers

Carrefour créatif, premiers plans est un temps d'échange privilégié pour les professionnels du cinéma et de l'audiovisuel d'ici et d'ailleurs. À Angers, les rencontres, tables rondes, débats et conférences rythment les projections de films locaux et révèlent les coulisses du grand écran.

Lire la suite


Un projet qui pourrait faire le bzzz

Les essences naturelles qu’offre la flore du campus pourraient bientôt permettre à l’Ecole des métiers de l’environnement d’accueillir des ruches d’abeilles sur les toits de son enceinte. Coordinatrice de l’Agenda 21 de l’école, Mélanie Bezard a en effet entamé une recherche d’apiculteurs à la rentrée dernière. Sur les conseils de Philippe Thomas, chargé de mission développement durable à la Ville de Bruz, elle s’est alors rapprochée de la famille Charpentier, apiculteurs bruzois. "Le modèle économique est déjà défini : les apiculteurs demeureraient propriétaires des ruches. Nous achèterions le miel, qui pourrait par exemple devenir un produit-cadeau lorsque l’on reçoit un invité sur le campus. Nous serions donc limités à une fonction d’accueil. Notre seul but est d’améliorer le cadre de vie en favorisant la biodiversité", détaille l’enseignante. Prochaine étape : sécuriser les toits de l’école pour en limiter l’accès aux seules personnes chargées du suivi des abeilles. Affaire à suivre…

Thibaut Angelvy - Journaliste, webmaster et rédaction en chef
Thibaut Angelvy - Journaliste, webmaster et rédaction en chef

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...