Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Ker Lann

    Campus à part

    Le campus de Ker Lann, à Bruz (35), à côté de Rennes Le campus de Ker Lann, à Bruz (35), à côté de Rennes - © Terristoires.info

    En 1990, le conseil général d’Ille-et-Vilaine décide de la création d’un site dédié à l’enseignement supérieur, à la recherche et aux activités de pointe. Un an plus tard, les travaux débutent à Bruz, commune de 17 000 habitants. En 1992, les premières écoles du campus de Ker Lann ouvrent leurs portes au sein d’un cadre verdoyant comme il en existe peu dans la sphère éducative française. Elles sont progressivement rejointes par des entreprises. Certains évoquent un campus à l’américaine.

    165 hectares. Des étangs. Une multitude d’espaces verts. L’identité du campus de Ker Lann, c’est avant tout ce qu’il offre à voir, comme ce maillage de chemins sablonneux reliant les secteurs aménagés du campus. Dix-huit établissements d’enseignement sont actuellement en activité, parmi lesquels la faculté des métiers qui rassemble plus d’un tiers des quelque 6 000 scolarisés du campus. "Associer établissements publics et privés, enseignement supérieur et professionnel, c’était à la fois novateur et sujet à polémique, à l’époque", se souvient Alain Charraud, président du collège des établissements du campus. "Avant de bénéficier d’une période de délocalisation de l’enseignement, le projet n’avait pas spécialement le soutien de l’Éducation nationale. À l’heure actuelle, c’est quasiment la seule solution foncière pour de nouveaux établissements ; les autres campus sont saturés."

    Le campus de Ker Lann, à Bruz (35), à côté de Rennes - Terristoires.info Gestion collégiale

    "Le conseil général est le père biologique du campus. Tout en assumant cette paternité, il a décidé d’ouvrir la gestion à d’autres acteurs." En résulte la création, en 2008, d’un syndicat mixte d’aménagement réunissant le conseil général, donc, et Rennes Métropole. Si de nombreux espaces sont la propriété du CG35, "Rennes Métropole affiche une volonté de développer le campus avec des ajouts d’écoles, d’entreprises. Et, à terme, pourquoi pas des commerces, des logements pour particuliers, un véritable espace de vie autour de la halte ferroviaire… de ce point de vue, nous sommes encore loin du fameux campus à l’américaine." En sa qualité de vice-président de Rennes Métropole, le maire de Bruz, Philippe Caffin, est également membre du syndicat d’aménagement. La ville est elle-même un véritable acteur du campus. Situé entre le parc des expositions et un quartier bruzois qui n’était encore que champs inexploités voilà vingt ans, Ker Lann a longtemps été perçu comme un territoire purement rennais. "La municipalité a décidé de considérer Ker Lann comme le campus de Bruz, et de s’y investir. Bien sûr, cela représente un coût, mais si la mayonnaise prend durablement, si le campus devient le pôle d’attraction espéré, ce sera un atout indéniable." De plus, Ker Lann est une zone d’aménagement concerté (ZAC) : "progressivement, Bruz récupère ainsi des thèmes de gestion pour ce qui constitue un quartier de son territoire à part entière."

    Depuis 2006, le campus est officiellement l’un des sites de Rennes Atalante, technopole portée par la Région pour encourager la création d’entreprises innovantes. À Ker Lann, elles sont près d’une cinquantaine, axant leur quotidien autour d’activités aussi variées que les fibres optiques, la microbiologie, les implants chirurgicaux orthopédiques, ou encore l’analyse de radioactivité dans l’environnement.

    Les étudiants au cœur du campus

    Des écoles, des entreprises, deux restaurants, sept résidences universitaires, des terrains de sport… "Mais le cœur du campus demeure les étudiants", analyse Alain Charraud. Des étudiants qui ont ravivé l’Adek (association des étudiants de Ker Lann), instance en perdition ces derniers temps. "Cet organisme représentatif doit leur permettre d’exprimer leurs envies auprès des collectivités. Il doit être le point de départ de temps forts collectifs, culturels… Les étudiants doivent également être de véritables acteurs du Plan Vert." Le Plan Vert ? Un ensemble d’initiatives individuelles et collectives qui fleurissent pour faire de cet espace singulier une terre durable et solidaire. Voire, à l’horizon 2012-2013, un campus labellisé…

     

    www.campuskerlann.com


    L’enseignement en détail

    Près de 6 000 étudiants reçoivent un enseignement au sein du campus. 1 000 d’entre eux bénéficient d’une formation en alternance auprès de l’un des établissements suivants : AFPE (formations aux professions éducatives et sociales), AFPI (formation professionnelle de l’industrie en Bretagne), IFTE (formations tertiaires en entreprise), Promotrans (transports et logistique) et INHNI (secteurs hygiène, propreté, environnement).

    Le reste des effectifs se répartit entre la faculté des métiers et des écoles aux champs d’action divers : l’ECAM Louis de Broglie (formation d’ingénieurs ; prononcer "Louis de Breuil"), l’EDAGO (école des avocats du Grand Ouest), l’EME (métiers de l’environnement), l’ENS Cachan (école normale sup’), l’ENSAI (statistiques et analyse de l’information), l’IHECF (comptabilité et finances), l’ICR (institut catholique de Rennes), l’I-O Rennes (institut d’ostéopathie), l’IME Le Triskell (institut médico-social) et l’ENI, qui reçoit plus de 4 000 stagiaires par an pour des formations en informatique.

    -

    Au sommaire :

     

    Le Plan Vert de Ker Lann

    Campus durable

    Campus universiaire de Ker Lann à Bruz (35) - Plan vert pour le développement durable

    Dans le texte de loi consacré à l’application du Grenelle de l’environnement, l’article 55 requiert des établissements scolaires qu’ils intègrent le développement durable à leurs activités et enseignements. Plutôt que de laisser chaque école de Ker Lann avancer seule, cinq établissements ont lancé le Plan Vert en 2009. Gérard Huillery, membre du comité [...]

    Lire la suite



     

    Campus high-tech


    À l’heure actuelle, on recense une cinquantaine d’entreprises sur la ZAC de Ker Lann. Une grande majorité y développe des activités de pointe. Le Verre Fluoré met ainsi au point des fibres optiques pour les plus grands télescopes de la planète ; Saltel Industries crée des structures gonflables pour les mastodontes de l’industrie pétrolière. Quant aux robots [...]

    Lire la suite



    Quel est le point commun entre les paniers bios de Charles, la banque alimentaire dirigée par Kevin et la centrale d’achats lancée en 2010 par trois étudiants en école d’ingénieurs ? Une idée a vu le jour en comité restreint avant de servir l’intérêt collectif. Ils démontrent ainsi que l’on peut être engagé dans des cursus où la compétitivité est de mise sans pour autant [...]

    Lire la suite




    Organisateur des premières Olympiades du campus, Aurélien Garnier fait partie de ces étudiants qui bougent et savent porter un regard critique sur leur environnement. Après plus de deux ans de vie à Ker Lann émaillés par de nombreuses démarches et rencontres, cet élève ingénieur est donc à même de nous éclairer sur le fonctionnement du campus. [..]

    Lire la suite


    Un projet qui pourrait faire le bzzz

    Les essences naturelles qu’offre la flore du campus pourraient bientôt permettre à l’Ecole des métiers de l’environnement d’accueillir des ruches d’abeilles sur les toits de son enceinte. Coordinatrice de l’Agenda 21 de l’école, Mélanie Bezard a en effet entamé une recherche d’apiculteurs à la rentrée dernière. Sur les conseils de Philippe Thomas, chargé de mission développement durable à la Ville de Bruz, elle s’est alors rapprochée de la famille Charpentier, apiculteurs bruzois. "Le modèle économique est déjà défini : les apiculteurs demeureraient propriétaires des ruches. Nous achèterions le miel, qui pourrait par exemple devenir un produit-cadeau lorsque l’on reçoit un invité sur le campus. Nous serions donc limités à une fonction d’accueil. Notre seul but est d’améliorer le cadre de vie en favorisant la biodiversité", détaille l’enseignante. Prochaine étape : sécuriser les toits de l’école pour en limiter l’accès aux seules personnes chargées du suivi des abeilles. Affaire à suivre…

    Arnaud Roizen - Journaliste
    Arnaud Roizen - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Commentaires  

     
    0 #5 Alain Rennais 14-01-2012 10:43
    Avez-vous vu ça ? Oui les autres campus rennais se bouge le c... www.meltybuzz.fr/.../
    Signaler à l’administrateur
     
     
    0 #4 Thibaut Angelvy - Journaliste, webmaster et rédaction en chef 12-01-2012 10:12
    Bonjour Totoche,
    Nous avons décidé de consacrer un dossier au campus de Ker Lann car il s'agit d'une initiative particulièrement innovante et atypique. Nous ne parlons pas ici d'autres universités car tel n'est pas l'objet, mais nous souhaitons évidemment nous intéresser à d'autres campus par la suite. D'ailleurs, n'hésitez pas à nous suggérez des idées de sujet si vous en avez...
    Et si à sa création Ker Lann a fait l'objet de polémiques, on ne peut le réduire aujourd'hui à un regroupement "d'écoles de riches", puisque de nombreuses formations sont publiques et ouvertes à tous.
    Signaler à l’administrateur
     
     
    0 #3 Totoche 12-01-2012 07:16
    :sad: :sad: :sad:
    Et pendant ce temps là l'université tradi se meurt, Rennes I et II, UBS, UBO et Nantes plafonnent, sans moyen ni perspective. Pourquoi cette valorisation de ker lann quand vous ne parlez pas de ce qu'essaient de faire les autres facs ? Vivent les écoles de riches ??? Terristoires m'a tuer
    Signaler à l’administrateur
     
     
    0 #2 Arnaud Roizen - Journaliste 10-01-2012 14:08
    Effectivement, le thème des déplacements et par conséquent celui des activités disponibles sont problématiques sur le campus. Je vous invite d'ailleurs à consulter la suite du dossier qui apporte quelques éléments supplémentaires sur le sujet. Du côté des transports en commun, rien n'a changé pour le moment: les mêmes bus à 21h30, 23h et 00h30 pour rentrer de Rennes. En lien avec votre exemple du cinéma, on peut noter la probable arrivée d'un complexe multisalles à Bruz courant 2012. Une salle classée "Art et essai" y propose d'ailleurs des entrées à 4€50 depuis des années mais il est rare de voir des étudiants de Ker Lann se tourner vers Bruz au détriment de Rennes. C'est d'ailleurs l'un des enjeux des années à venir...
    Signaler à l’administrateur
     
     
    0 #1 ex kerlannais 10-01-2012 12:40
    "Certains évoquent un campus à l’américaine."

    En repensant aux 3 années que j'ai passées sur le campus, ça m'évoque surtout un profond ennui...il y a encore 3 ans il était impossible en tant que résident du campus d'aller au ciné le soir sans avoir de voiture, la faute à une liaison vers Rennes pathétique en terme de transports en commun. Ca a peut être changé depuis, mais quand j'y étais j'étais jaloux des vrais campus Rennais.
    Signaler à l’administrateur
     

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...