Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…


    Les tops de Terri(s)toires
    Les tops de Terri(s)toires Artistes locaux, endroits flippants, jolies plages, lieux aux noms insolites...  La rédaction de Terri(s)toires explore les territoires de l'Ouest à la recherche de perles, et dresse des…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Mémoire d'un club – Le FC Lorient, ép. 2/3

    1967 : la naissance du troisième club pro en Bretagne

    L'équipe du FC Lorient en 1966/1967 L'équipe du FC Lorient en 1966/1967

    Deuxième extrait du livre Le FC Lorient de Georges Cadiou. Le journaliste revient sur la création du troisième club professionnel breton en 1967. Une aventure menée notamment par Antoine Cuissard, le fils prodige qui revient en tant qu’entraîneur avec l'ambition de proposer un jeu offensif.

    Au mois de mai 1967, le conseil municipal de Brest ne vote pas la subvention nécessaire pour la naissance du football professionnel dans la capitale du Ponant ! Qu’on ne s’y trompe pas ! C’est l’ASB, et non le Stade Brestois, qui avait envisagé de passer pro, l’ASB, l’Association Sportive Brestoise qui était alors le club n° 1 à Brest !

    Depuis plusieurs années, la question d’un troisième club pro breton, un club situé à l’ouest de la péninsule par rapport à l’axe de l’est Rennes-Nantes, se posait. Et c’est Brest qui paraissait la ville la mieux armée pour franchir le pas. Après le refus brestois, ce fut au tour de Lorient de se prononcer. Et là, le vote fut différent. Le conseil municipal de Lorient dira banco. Une SA est créée avec un capital de 300 000 francs, dont 100 000 de subvention municipale. Avec une prévision de 4300 spectateurs par match, l’aventure pro commence chez les Merlus. Daniel Carpentier laisse son poste d’entraîneur à un revenant : Antoine Cuissard. Toute l’histoire du FCL avec ce retour aux sources de Tatane. Il a alors 43 ans. Son court passage au Stade Rennais n’a pas été un franc succès. Pourtant, il avait commencé à inculquer aux joueurs rennais l’esprit du football offensif alors que le monde du ballon rond était en pleine querelle "idéologique", le football offensif contre le "catenaccio" italien, le béton représenté en France par des équipes comme Bordeaux et Strasbourg alors que les deux Grands de Bretagne, Nantes et Rennes, pratiquaient un football tourné vers l’attaque. Cuissard n’eut pas le temps de mettre totalement en œuvre ses théories à Rennes, une question d’incompatibilité d’humeur avec certains joueurs sans doute. C’est son successeur à Rennes, son ami Jean Prouff, qui mènera la logique jusqu’au bout. Avec succès, Rennes remportant deux Coupes de France.

    Lorient était à l’étage en-dessous, la deuxième division professionnelle. Mais avec de grosses ambitions. D’emblée, l’ancien demi de l’équipe de France prévient : il exigera de ses joueurs beaucoup de sérieux. En ce mois de juillet 1967, alors que le monde sportif subit le choc de la mort du cycliste britannique Tom Simpson sur les pentes du Ventoux pendant le Tour de France, l’équipe lorientaise doit se renforcer. En signant son contrat d’entraîneur à la fin du mois de juin, Cuissard a déclaré : "Il va falloir faire vite, car si Boutet, Larnicol et Ibrahim ont donné leur accord, l’équipe demande à être complétée même si quelques amateurs du FCL seront utilisés."

    Au cours de cet été, de nouveaux joueurs, et pas des moindres, vont rejoindre les Merlus. Brucato, Donoyan, Sbaïz, Darchen, Globez et, surtout, Mahi et Guillas ! Du coup, elle a fière allure cette équipe de Lorient qui débute l’aventure du professionnalisme ! Les matches amicaux de préparation sont de bonne qualité, notamment contre Rennes et le SCO d’Angers, deux rencontres qui se terminent sur des scores de parité. Jean Prouff, l’entraîneur du Stade Rennais, déclare espérer que Rennes soit une motivation pour Lorient.

    La section pro du FCL est présidée par Henri Ducassou. Originaire de Saint-Nazaire, c’est un capitaine d’industrie comme il y en a beaucoup en Bretagne. Il est le PDG d’une entreprise de construction qui emploiera plus de 2 000 personnes. Il préside aussi la CCI du Morbihan. Ducassou se veut prudent à l’orée de cette première saison professionnelle : "Nous attendrons raisonnablement cinq ans pour dresser le bilan de l’expérience du football professionnel à Lorient", déclare-t-il à la presse.

     

    Extrait de Mémoire d'un club – Le FC Lorient, de Georges Cadiou, 96 pages, octobre 2016, 14,90 €. Achat en ligne sur Amazon.


    L'auteur :

    Georges Cadiou, la voix du sport breton

    Portrait de Georges Cadiou, auteur de "Mémoire d'un club - Le stade Rennais"

    Une quinzaine de Tour de France et plus de 1 200 matchs de foot de haut niveau : peu d'amateurs de sport ont le "palmarès" de Georges Cadiou, grand reporter et journaliste radio pendant 35 ans. Né à Brest, ce "Breton de la Bretagne bretonnante" a d'abord travaillé à Paris, notamment pour le magazine sportif Miroir sprint. En 1982, il profite du développement des stations locales de Radio France pour intégrer Radio Bretagne Ouest, à Quimper, où il passera les trente dernières années de sa carrière.

    En parallèle de son activité sur les ondes, il prend alors la plume pour de nombreux ouvrages. "En additionnant les œuvres collectives auxquelles j'ai participé et ceux que j'ai écrits seul, j'en suis aujourd'hui à 25 bouquins. Plus deux avec mon épouse, sur l'histoire du Huelgoat dont je suis originaire." La majorité de ses livres traite des grandes heures du sport breton. Son objectif : "dresser un petit monument" aux héros qui ont porté haut les couleurs de la Bretagne, comme Éric Tabarly et Bernard Hinault, "qui sont connus comme Bretons à l'international".

    Mais Georges Cadiou n'est pas uniquement un chroniqueur de performances sportives. Adjoint au maire de Quimper de 2008 à 2014, il s'attache à préserver un patrimoine immatériel qui a une vraie valeur historique. "Le sport, en particulier le foot, est un miroir de la société. Par exemple, ce qui s'est passé avec l'Islande lors du dernier Euro dépasse le cadre du football. Il n'y a pas que le résultat qui compte, et je pense que traiter l'histoire à travers le prisme sociétal du sport est important."

    En savoir plus : https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Cadiou

    Thibaut Angelvy

     

    Lire tous les épisodes de Mémoire d'un club - Le FC Lorient

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...