Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Prête-moi ta plume, ép. 3/3

    Après la pluie, le beau temps

    La couverture de Prête-moi ta plume de Raymond Penblanc. La couverture de Prête-moi ta plume de Raymond Penblanc.

    Printemps 1944. La France est occupée, et les convois de prisonniers acheminés vers les camps nazis s'enchaînent dans l'incrédulité générale. Mais la situation se complique pour les Allemands ; la libération et les Trente Glorieuses pointent leur nez. Et après avoir traversé plusieurs drames, la famille de Jeanne renoue elle aussi avec les bonnes nouvelles. Dernier extrait de Prête-moi ta plume, de Raymond Penblanc.

    Ainsi, après avoir été amputée de la fille aînée, puis du père, puis du grand-père, la famille s’agrandit. Bertrand a sa Marie, et depuis peu une petite fille, Jeanne a son joueur de banjo, Suzanne son merle siffleur, tandis qu’Yves hésite encore entre celles à qui il fait tourner la tête et celles qui la lui font tourner, beaucoup moins nombreuses. Du coup, la maison risque de devenir trop petite. Depuis quelque temps Suzanne a rejoint la mère dans la chambre du bas, Christophe et Jeanne occupant l’une des deux du haut, Yves conservant la sienne, qu’il cède à Bertrand et Marie quand le couple est de passage, pour aller dormir chez son copain Corentin, le Dénicheur, celui qui gobe les œufs des pies et des corbeaux qu’il va cueillir au péril de sa vie à la cime des hêtres et des châtaigniers. Qu’il en profite. Bientôt les allemands le prendront en chasse et il se sauvera sous leur nez, comme un lapin. C’est qu’il se croit encore invincible, n’ayant évidemment pas prévu la rafale qui le crible de balles sur tout le corps, des pieds à la tête, on n’a jamais vu ça, un tel massacre. Des malades de la gâchette en pleine déconfiture.

    Il faut dire qu’en ce printemps 44 les allemands sont devenus nerveux et ne font plus de cadeaux. Tout leur échappe. Des trains déraillent, des wagons de munitions explosent, des prisonniers s’évadent. Des profiteurs, ces rois du marché noir qui les ravitaillent, sont abattus sous leurs yeux. Si les nouvelles circulent lentement, elles finissent tout de même par arriver. C’est ainsi qu’on apprend que les alliés se sont rendu maîtres de l’Afrique du Nord, que sur le front de l’Est les soviétiques ne cessent de progresser, que Roosevelt, Churchill et Staline se sont réunis en Iran afin de dessiner ce que sera le monde d’après la victoire.

    Cependant l’ennemi n’en continue pas moins de consolider sa défense côtière, à Brest, Lorient, Saint-Nazaire. La base de sous-marins de Lorient, réputée imprenable, se montre fidèle à sa réputation, que les bombardements successifs ne parviennent pas à endommager véritablement. Qu’on lui écrase la queue, et le serpent se rebiffe, siffle, crache son venin. Tous les prisonniers ne se sauvent pas, certains sont abattus avant même que prennent corps leurs projets d’évasion, d’autres sont déportés. Non seulement les trains ne désemplissent pas, mais le rythme des convois s’accélère. Depuis un certain temps on se pose des questions. Où vont ces trains, et que deviennent ces voyageurs qui ne reviennent jamais ? Beaucoup préfèrent encore ne pas s’attarder, refusent de s’interroger. On ignore, on feint d’ignorer, alors que dans le fond on sait. On sait qu’il ne s’agit pas de prisonniers ordinaires, en rade quelque part dans les usines, au fond des campagnes allemandes. On a entendu parler des rafles, on sait également pour les juifs. On a entendu parler des camps, des barbelés, des miradors. Que cachent ces baraquements sinistres où sont perpétrés des meurtres à grande échelle, où ceux qui ne sont pas tués crèvent de faim et de maladies, avant de disparaître en fumée ? En même temps, on ne veut pas y croire. Pas ça, pas comme ça. Même les loups, même les monstres, même le diable. Mais le diable allemand, si. Mais le monstre germanique, mais les loups d’outre-Rhin, oui.

    On peut toujours choisir de s’en moquer. Ce matin, à la pause de 10 heures, face à l’atelier n°1, Bernard et Jean-Marie ont improvisé devant les ouvriers ravis une mise à mort drolatique. Un balai sur lequel une veste de pyjama verte a été enfilée fait figure d’officier allemand. Bernard et Jean-Marie le tiennent chacun par une manche et ils défilent, jambes levées, au pas de l’oie. La nouvelle du débarquement en Normandie, qui vient de parvenir en début de matinée, a entraîné un déferlement de joie. Alors on se déchaîne. On lève la jambe, on lève le bras, et le balai forcément suit. Quelqu’un propose de lui coller une tête en papier froissé, avec petite moustache et longue mèche tombante, et allons-y, en avant la zizique, flonflons et boum-boum, la marche déglinguée du fou furieux ivre de chair et de sang, ivre de lui-même, le pantin ridicule qu’on envoie en l’air et qu’on rattrape, puis qu’on lance à nouveau, qu’on secoue comme un prunier avant de le jeter plus haut, toujours plus haut, jusqu’à ce qu’on décide de se mettre à plusieurs pour lui flanquer l’ultime impulsion qui l’arrachera définitivement à l’attraction terrestre. Désormais on est tranquilles, il ne retombera plus, en tout cas pas ici, car le voilà parti pour accomplir plusieurs fois le tour de la terre, avant l’explosion finale, là-bas, dans le ciel incendié de Munich, de Brême, de Hambourg, de Berlin, au-dessus de la verte et grise Allemagne. Raus!

     

    Extraits de Prête-moi ta plume, de Raymond Penblanc, éditions Lunatique, octobre 2015, 204 pages, 20 €. Achat en ligne sur le site de l'éditeur.

     

    Tous les épisodes de Prête-moi ta plume

     

    L'auteur

    Raymond Penblanc : une plume en héritage

    Raymon Penblanc, auteur de "Prête-moi ta plume".

    À huit ans, Raymond Penblanc tombe sur un cahier épais. À l'intérieur, des textes rédigés par sa mère. L'enfant se plonge avec délice dans leur lecture, et cela lui donne l'envie de prendre la plume à son tour. "J'ai réécrit Les Trois Mousquetaires en mélangeant le livre et le film à 10 ans, plagié Chateaubriant à 15, puis je me suis mis à la poésie." Devenu professeur de lettres, le Breton revient au roman à 30 ans. "Le registre est plus vaste et plus complexe, et peut aussi intégrer la poésie, la musicalité de la langue."

    Cinq de ses romans ont été publiés depuis 1990 : L’Age de Pierre, La Main du Diable, Miroir des Aigles, Phénix et Prête-moi ta plume. À travers une écriture charnelle, rythmée et exigeante, ils explorent le monde de l'enfance et de l'adolescence. Dans Prête-moi ta plume, mélange de fiction et d'éléments biographiques, c'est la jeunesse de sa mère, Jeanne, qui est à la base du récit. Désormais grand-père et septuagénaire, Raymond Penblanc a en effet souhaité dédier une œuvre à celle qui lui a transmis la passion de la littérature et des arts en général : "C'est un roman que je n'aurais pas pu écrire avant, mais j'avais besoin de "payer ma dette" en lui rendant hommage. Elle m'a prêté sa plume, et c'est une manière de lui rendre…"

     

    Thibaut Angelvy

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...