Actualités :

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Nos partenaires

    

    Nantes est un zoo, ép. 2/3

    Des poulpes, une cigale et des abeilles

     "Nantes est un zoo", de Stéphane Pajot. "Nantes est un zoo", de Stéphane Pajot.

    Des œuvres poulpeuses, une cigale qui caresse les papilles et des abeilles qui butinent à travers la ville, parfois même en traversant les siècles… Deuxième épisode de Nantes est un zoo, de Stéphane Pajot.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le poulpe

    à la Vierge Marie

    Galerie Albane, 1 rue Suffren

    Voici une Vierge Marie au Poulpe ou, plus exactement, Notre-Dame du Poulpe, comme l’a conçue et intitulée l’artiste Soasig Chamaillard. D’une hauteur de 57 centimètres, Notre-Dame du Poulpe compte, avec ses 8 tentacules, pas moins de 663 ventouses. Originaire de Nantes, Soasig Chamaillard, 40 ans, expose régulièrement dans des galeries. En 2015, la plasticienne a décroché pour la première fois une place dans un centre d’art contemporain, Le Radar, situé à Bayeux (Calvados) près de Caen. En dix ans de création, elle a ainsi détourné une quarantaine de statuettes de la Vierge Marie. Certaines de ses œuvres sont exposées à la galerie de Caroline Tresca à Paris et le sont régulièrement à la galerie Albane de Nantes.

    Le poulpe à la Vierge Marie.

    Un poulpe

    dissimulé sur l’île de Nantes

    Hangar à bananes

    Cette tentacule qui porte la ville de Nantes, ses atouts, ses cicatrices, son passé et son futur appartient forcément à un poulpe ! Où est-il ? Non loin de cette fresque, qui a été réalisée par une dizaine de lycéens de la Joliverie en compagnie de leur professeur Béatrice Loudéac, du studio Katra (design multidisciplinaire), d’Antoine Gripay et du graffeur Ador. Il fait référence au poulpe que rencontre le Nautilus dans Vingt mille lieues sous les mers, de Jules Verne. "L’intérêt, c’était de réaliser une image collective, ce côté fédérateur est super. On a raconté une histoire tous ensemble", indique ce grand nom du graff nantais. Nous sommes ici au milieu du Hangar à bananes, face à la discothèque LC Club. Ce mur appartient au port autonome qui a vu d’un très bon œil et accepté ce projet nommé La fresqu’île de Nantes.

    Un poulpe dissimulé sur l’île de Nantes

    La cigale

    qui chante place Graslin

    Place Graslin

    Impossible de louper la Cigale de Nantes, qui existe depuis le 1er avril 1895. Un café a même choisi de s’appeler Et la fourmi, rue Gretry, non loin de la place Graslin. Cette cigale est omniprésente sur le fronton de l’établissement conçu par l’architecte-céramiste Émile Libaudière, qui a eu l’intelligence de détruire le plafond du premier étage pour donner de la hauteur à ce lieu de style art-nouveau devenu monument historique en 1964. Trois ans plus tôt, Jacques Demy y avait tourné Lola avec la comédienne Anouk Aimée. Les amateurs de cigales n’entendront hélas pas leurs chants en allant se restaurer, comme ce serait le cas en Avignon, mais retrouveront partout cet insecte fétiche à six pattes sur les murs intérieurs et les menus. De beau produits dérivés célèbrent aussi celle qui chante tout l’été.

    La cigale qui chante place Graslin

    L’abeille

    d’Élie-Vincent Delaunay

    Rue de la Fosse

    Ce bas-relief est situé juste en face de la librairie Coiffard. Il a été sculpté en hommage à ÉlieVincent Delaunay, cirier. Son fils, Jules-Elie, né le 13 juin 1828, était un artiste qui a délaissé les abeilles pour devenir peintre et a obtenu le grand prix de Rome en 1856. Par ailleurs, saviez-vous qu’en ville certains toits possèdent des ruches ? C’est le cas pour le théâtre Graslin. Cette ruche appartient à l’Union des Apiculteurs de Loire-Atlantique (UNAPLA), qui a son siège à Chantenay. Ouverte au public depuis 2002, elle accueille des ruches et des apiculteurs. Une belle façon de découvrir l’univers des abeilles qui vivent parmi nous au quotidien. Plus de cinq cent personnes adhèrent aujourd’hui à cette union d’apiculteurs proposant des ruchers-écoles qui enseignent comment, un jour, devenir à son tour l’ami des abeilles.

    L’abeille d’Élie-Vincent Delaunay

     

    Nantes est un zoo, Stéphane Pajot, éditions D'Orbestier, 2015, 192 pages. Achat en ligne sur Amazon.

     

    Carte des des emplacements où se trouvent les animaux du livre :

     

    L’auteur : Stéphane Pajot

    Passeur des petites histoires nantaises

    Stéphane PajotUn physique d'éternel adolescent et des airs de Tintin, dont il partage la profession de journaliste. Stéphane Pajot, 47 ans, collectionne, partage et raconte l'Histoire et les petites histoires de Nantes. Une véritable passion née au détour d'une rencontre surprenante...

    En 1998, l'auteur déniche des cartes postales de personnages du Vieux Nantes dans la boutique de Jean-Claude Lemoine, figure du marché de la place Viarme. Journaliste à Presse Océan et encarté depuis 1991, Stéphane Pajot propose à sa rédaction de les publier. Le succès est au rendez-vous, et la série se prolonge durant plusieurs mois. Il réunit ensuite l'ensemble dans un ouvrage, Personnages pittoresques de Nantes et Loire-Atlantique.

    Depuis, l'iconographie est toujours le point de départ de ses livres. Et, en vrai cartophile, il apprécie sillonner les brocantes et fouiller les bacs poussiéreux. Mais son grenier préféré est l'internet, où il trouve la majeure partie de ses illustrations. C'est aussi l'occasion pour lui d'échanger avec les autres et de recueillir des témoignages. Il publie d'ailleurs régulièrement ses trouvailles sur Facebook et Twitter.

    Au travers de la quarantaine de ses ouvrages, Stéphane Pajot raconte l'histoire nantaise. Tous les scénarios de ses romans se déroulent dans la cité des ducs et font intervenir des anciennes figures nantaises : en redonnant vie à ces personnages pittoresques oubliés, l'auteur leur rend hommage. Son dernier polar, Deadline à Ouessant (2013), se passe dans le Finistère... mais une partie de l'intrigue se déroule tout de même dans sa ville chérie. Décidément, Stéphane Pajot ne fait jamais d'infidélité à Nantes.

    Corentin Vital

     

    Lire tous les épisodes de Nantes est un zoo

     

     

     

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...