Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…


    Les tops de Terri(s)toires
    Les tops de Terri(s)toires Artistes locaux, endroits flippants, jolies plages, lieux aux noms insolites...  La rédaction de Terri(s)toires explore les territoires de l'Ouest à la recherche de perles, et dresse des…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Mémoire d'un club – En Avant de Guingamp, ép. 1/3

    Du club laïc au club de l’usine Tanvez

    L'une des premières équipes de l'En Avant de Guingamp, en 1916. L'une des premières équipes de l'En Avant de Guingamp, en 1916.

    La genèse des clubs de sport en dit long sur la société de l'époque. Ainsi, la Société d’Éducation Physique "En Avant" qui deviendra le principal club de foot de Guingamp est née sous l'impulsion d'instituteurs laïcs. Des "Hussards noirs de la République", alors en pleine bataille idéologique contre les structures catholiques. Premier extrait du livre En Avant de Guingamp, issu de la collection Mémoire d'un club et écrit par le journaliste Georges Cadiou.

    La Société d’Éducation Physique "En Avant" de Guingamp – c’est son nom d’origine – est créée en 1912 à l’école primaire supérieure des garçons des cantons. Sur l’initiative du directeur de l’école, Henri Deschamps. C’est un club omnisports. On y pratique le football bien sûr, mais aussi l’athlétisme, la natation, le tir et le … scoutisme. Plus tard on y pratiquera aussi le basket et le cyclisme. Les premiers statuts précisent les buts de l’association : "le développement physique de ses membres par la pratique rationnelle des exercices de plein air, des jeux et sports athlétiques." Les couleurs d’En Avant sont déjà le rouge et le noir.

    Henri Deschamps est suivi dans son initiative par les instituteurs laïcs du canton, des instituteurs de tendance radicale et socialiste qui donnent une orientation bien précise à la société.

    La première équipe de l'En Avant de Guingamp, en 1916, avec Henri Deschamps à droite. La première équipe de l'En Avant de Guingamp, en 1912, avec Henri Deschamps à droite.

    La Bretagne vit alors pleinement une "guerre scolaire et sportive" avec, d’un côté les patronages catholiques, notamment le Stade Charles de Blois créé à Guingamp la même année qu’En Avant et, de l’autre, les clubs laïcs, voire même, dans les grandes villes comme Nantes ou Brest, les clubs ouvriers. Cette émulation entre les curés et les instits, comme on disait, en football mais aussi dans d’autres sports comme l’athlétisme et, bientôt, le basket (car tous ces clubs étaient au départ omnisports) va beaucoup faire pour l’essor en général du sport breton !

    Dans certaines villes, c’est plutôt le club catho qui prendra l’avantage (ce fut le cas par exemple à Brest avec le Stade Brestois par rapport à l’ASB, l’Association sportive brestoise, le club laïc de la ville longtemps prédominant). En revanche, à Guingamp, c’est le club laïc qui prend le dessus, sur le Stade Charles de Blois. Au premier tour de la Coupe 1972-73, En Avant avait d’ailleurs sorti son rival local !

    Dès le début, En Avant est fortement lié à la municipalité de Guingamp, une municipalité radicale socialiste avec André Lorgeré, président du club depuis 1920 et qui devient maire de la ville en 1925, plus tard député. Son adjoint Yves Jaguin prend aussi des responsabilités dans le club. Il sera plus tard président. C’est lui qui loue un terrain à Montbareil, à Pabu une petite commune voisine, pour y bâtir un stade qui porte aujourd’hui son nom et où En Avant jouera pendant de longues années. Georges Voisin, qui mourra en déportation, devient le secrétaire général du club. Lui aussi va jouer un rôle capital à En Avant dans l’entre-deux-guerres.

    En 1929, En Avant accède à la DH, la division d’honneur, alors le plus haut niveau du football régional. En 1933, c’est le premier grand rendez-vous avec la Coupe de France. Au cinquième tour de la compétition, Guingamp reçoit le prestigieux Racing Club de Paris avec ses vedettes comme le gardien international autrichien Rudi Hiden, Raoul Diagne, un Sénégalais qui fut le premier joueur africain noir à évoluer en équipe de France, Edmond Delfour, capitaine de l’équipe de France, Emile Veinante et quelques autres. En Avant marque d’entrée par Fichou et mène 1 à 0 ! Mais le Racing réagit et gagne 5-1. Qu’importe, le public a vibré et Guingamp a encore marqué les esprits.

    Parmi les joueurs guingampais qui se distinguent à l’époque il y a déjà un nommé Guivarc’h, prénommé François ! Il y a aussi Le Bivic, un gardien, René Milon, Pierre Mordelet et Paul Guézennec qui, tous, marqueront l’histoire du club ainsi qu’Albert Briand qui restera toute sa vie un pilier d’En Avant comme, après lui, son fils Jean-Paul.

     

    Extrait de Mémoire d'un club – En Avant de Guingamp, de Georges Cadiou, éditions Wartberg, 96 pages, 14 € 90. Achat en ligne sur Amazon.

     

    L'auteur :

    Georges Cadiou, la voix du sport breton

    Portrait de Georges Cadiou, auteur de "Mémoire d'un club - Le stade Rennais"

    Une quinzaine de Tour de France et plus de 1 200 matchs de foot de haut niveau : peu d'amateurs de sport ont le "palmarès" de Georges Cadiou, grand reporter et journaliste radio pendant 35 ans. Né à Brest, ce "Breton de la Bretagne bretonnante" a d'abord travaillé à Paris, notamment pour le magazine sportif Miroir sprint. En 1982, il profite du développement des stations locales de Radio France pour intégrer Radio Bretagne Ouest, à Quimper, où il passera les trente dernières années de sa carrière.

    En parallèle de son activité sur les ondes, il prend alors la plume pour de nombreux ouvrages. "En additionnant les œuvres collectives auxquelles j'ai participé et ceux que j'ai écrits seul, j'en suis aujourd'hui à 25 bouquins. Plus deux avec mon épouse, sur l'histoire du Huelgoat dont je suis originaire." La majorité de ses livres traite des grandes heures du sport breton. Son objectif : "dresser un petit monument" aux héros qui ont porté haut les couleurs de la Bretagne, comme Éric Tabarly et Bernard Hinault, "qui sont connus comme Bretons à l'international".

    Mais Georges Cadiou n'est pas uniquement un chroniqueur de performances sportives. Adjoint au maire de Quimper de 2008 à 2014, il s'attache à préserver un patrimoine immatériel qui a une vraie valeur historique. "Le sport, en particulier le foot, est un miroir de la société. Par exemple, ce qui s'est passé avec l'Islande lors du dernier Euro dépasse le cadre du football. Il n'y a pas que le résultat qui compte, et je pense que traiter l'histoire à travers le prisme sociétal du sport est important."

    En savoir plus : https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Cadiou

    Thibaut Angelvy

     

    Lire tous les épisodes de l'ouvrage En avant Guingamp

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...