Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Du monstre qui creusa les marais, ép. 1/2

    La naissance de Pimpenelle, l'anguille géante de Brière

    La couverture du livre Du monstre qui creusa les marais La couverture du livre Du monstre qui creusa les marais

    Premier extrait du livre Du monstre qui creusa les marais, de Gérard Guillet et JC Kiarkk. Gourc’h, un krapados conteur, raconte l'histoire de Pimpenelle, cette anguille gigantesque qui serait à l'origine des marais de Brière…

    Cric, crac : Écoutez comment naquit, comment grandit, Pimpenelle l’anguille géante ?

    Son berceau flotte pour toujours de l’autre coté de la terre, au milieu d’une prairie de sargasses que personne ne peut fouler au pied. Qui essaye s’y noie ! Croyez, ne croyez pas, mieux vaut croire que d’aller voir !

    Son père, sa mère ? Bien malin qui peut le dire. Sans doute des géants des mers : leur bébé, long comme dix hauts peupliers, est plus lourd que les portes de l’écluse de Rozé.

    Les pêcheurs de Méan n’ont jamais vu civelle pareille !

    Du monstre qui creusa les marais

    Voilà ce que moi, krapados conteur, j’en sais.

    Translucide et flasque, l’énorme poupon gluant se déplace au gré des flots. La nuit, immobile entre les eaux, dans ses langes d’algues. Silencieux, bercé par la houle, réchauffé par les courants profonds, il patiente !

    Ni crocs ni pinces, ni flagelles de feu, ni tentacules mortels, sans os, sans carapace ni écailles, sans repaire ni ruse, tel un fragile œuf sans coquille, il tient étrangement à distance tous les rapaces : calamars, requins ou crabes, dentus, géants, affamés, aucun n’ose l’approcher.

    Du monstre qui creusa les marais

    Au premier soleil, la jeune créature, gourmande de lumière, reprend sa course.

    Soyez en certains, le roulis des surfaces, les gouffres caverneux, les roches d’aplomb : rien ne l’arrête. Attirée sans cesse, son corps s’affine, prend de la vitesse. Sous sa peau claire, un organe violacé lance une pulsation, puis une autre. Ce rythme crée des veinules bleues, des artérioles rosées. Ondulante, plus opaque, plus consistante, elle accélère encore.

    Voilà qu’en avant deux yeux s’ouvrent. Puis un premier souffle perce des lèvres. Une bulle s’échappe. Elle gicle vers la surface, crève : le cri originel, puissant, éclate dans le ciel. L’immense reptile émerge insensiblement.

    Son échine épineuse trace un sillage colossal. De hautes vagues déferlent sur les côtes. La grosse civelle hésite à remonter la Loire. Ses yeux de braise contemplent le soleil couchant sur l’estuaire. Éprise de l’endroit, elle choisit ce lieu à jamais, la rive nord, vers Méan. Frétillante de joie, elle déchaîne les vents et l’eau !

    Croyez si vous voulez, cette nuit là les vivants des berges, à plumes, à poils, à écailles, à coquilles et carapaces se bouissent, s’enfouissent, effrayés par la tempête fabuleuse qui pétrit les forêts, les buttes et les dunes… Plus aucun ne court, ne rampe ne nage ni ne vole, pas même la chauve-souris ! L’anguille géante défonce, taraude, creuse. Le fracas de bois brisé claque jusqu’à cent pas sous la terre…

    Repliés sur la rive sud, les géants Porte-pierres jettent leur fardeau, s’aplatissent face contre le sol. Leurs énormes carcasses vibrent au rythme du cœur phénoménal de l’envahisseur, inconnu, irrésistible. Leurs pierres prennent racines. Elles y sont encore, à la prée de Bodon, à Mindin, à Boivre !

    Du monstre qui creusa les marais

     

    Du monstre qui creusa les marais, de Gérard Guillet (textes) et JC Kiarkk (illustrations), 32 pages, 15 €. Achat en ligne sur le site de la Fnac.

     

    Gérard Guillet : un océan de mots et des mots sur l'océan


     Portrait d'Gérard Guillet.

    "Je crois que j'écris depuis que je sais écrire". Gérard Guillet, 65 ans, se plonge avec délice dans ses souvenirs d'enfance. "L'aventure a vraiment commencé lorsque j'étais collégien, grâce à un prof qui m'a mis en selle." Né à Saint-Nazaire, le romancier vit aujourd'hui à Nantes. "J'ai toujours été un gars du bord de mer. J'aime voir un grand horizon dégagé". L'océan est d'ailleurs très présent dans ses romans. "Au début, j'écrivais pour moi, sans chercher vraiment à avoir des lecteurs. Et puis, vers l'âge de trente ans, je me suis demandé quel était le sens de cette action solitaire." Avec des amis qui partagent la même passion que lui, il créé alors l'Association des poètes du pays nantais. Leur premier recueil est publié aux éditions Traces, en 1974. Après avoir été enseignant, en particulier auprès d'enfants déficients intellectuels, il décide de se consacrer totalement à sa passion pour l'écriture. Son ouvrage Entre Sel et Tourbe sort en 1983. Trois ans plus tard, Les Faneurs de la mer est publié aux éditions Flammarion. Suivront ensuite Le village enfoui, puis Le Bateau Maudit, toujours aux éditions Flammarion. "Cet ouvrage est mon best-seller. Il est réédité régulièrement depuis 20 ans. J'ai ensuite rédigé Bricolo Héritier en Haïti en m'inspirant de mes séjours au Nord de l'île." Gérard Guillet est en effet fondateur de l'association nantais Afhad (Association France Haïti Artibonite Desdunes), créée il y a 20 ans. Aujourd'hui marié et père de trois enfants, il participe toujours activement à des actions de développement, particulièrement en république d'Haïti. "J'y étais au moment du tremblement de terre", indique-t-il. Il reste aussi très attaché au pays nantais et en particulier à la Brière. Il conserve précieusement les marques de son enfance rurale. Son dernier livre, Contes et légendes de Brière, a été publié aux éditions Sutton, en 2013. Il est aussi l'auteur de nombreux ouvrages de poésie, notamment Poézoo, "Un bouquin que je trimballe partout, une sorte de bestiaire dont les sujets sont les animaux d'ici : les grenouilles, les hérissons… J'écris des petits textes courts, anthropomorphiques, puis je dessine à l'encre de Chine mes petits animaux. J'en attrape un par la patte et je lui fais son sort !

    Pauline Jahan

     

    JC Kiarkk : culture pub et cœur d'artiste


     Portrait de jean-Claude Chiariello (JC Kiark)

    À 56 ans, Jean-Claude Chiariello a perdu son accent de Marseillais… mais pas son goût pour la créativité. Après trois ans d'arts appliqués dans sa ville natale, puis trois ans à la prestigieuse école Estienne à Paris, il a longtemps travaillé dans la publicité. En 2001, il quitte la capitale pour s'installer à Nantes et travaille en tant que directeur artistique pendant une dizaine d'année pour Bertaud et Associés, agence de communication rachetée par Mazédia en 2010.

    Fin 2012, changement de cap. Jean-Claude quitte son poste et décide de consacrer plus de temps à des projets artistiques (sous le pseudo JC Kiarkk, il exerce ses talents dans des registres aussi différents que ses inspirations, qui vont "de Dürer à Mœbius en passant par Andrew Wyeth") et à l'enseignement. "La pub, ce n'est plus ce que c'était… et les événements ont fait que j'ai pu concrétiser ce rêve. J'enseigne désormais à l'école Pivaut, et à partir de l'année prochaine j'interviendrais également à la Joliverie pour les Romanciers nantais."

    Car, de fil en aiguille, Jean-Claude Chiariello est devenu le graphiste officiel de l'association et a notamment créé son logo et la couverture de recueils comme Nantes Voyage ou Douze pour un. "Pour la couverture du prochain recueil, qui sera réalisé en partenariat avec la Folle journée, nous avons décidé d'organiser un concours : je vais donc chapeauter une quinzaine d'élèves de la Joliverie. Le vainqueur aura une belle référence à mettre dans son portfolio, et nous pensons organiser une exposition avec toutes les créations."

    En savoir plus : www.jc-chiariello.com / www.jc-chiariello.com/kiarkk

    Thibaut Angelvy

     

    Lire tous les épisodes du livre Du monstre qui creusa les marais

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...