Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…


    Les tops de Terri(s)toires
    Les tops de Terri(s)toires Artistes locaux, endroits flippants, jolies plages, lieux aux noms insolites...  La rédaction de Terri(s)toires explore les territoires de l'Ouest à la recherche de perles, et dresse des…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Mémoire d'un club – Le Stade Brestois, ép. 3/3

    Les tribulations d'un président breton en Colombie

    François Yvinec, ancien président du Stade Brestois François Yvinec, ancien président du Stade Brestois

    En 1987, transférer un joueur de foot étranger pouvait devenir un vrai parcours du combattant. Pour faire venir à Brest l'international paraguayen Roberto Cabañas, François Yvinec a ainsi connu des séjours mouvementés en Colombie… Dernier extrait du livre Le Stade Brestois, issu de la collection Mémoire d'un club et écrit par le journaliste Georges Cadiou.

    Souvenez-vous. Nous sommes au mois de décembre 1987. L'Empire soviétique donne des signes de faiblesse, mais personne n'imagine alors une prochaine chute du Mur de Berlin ! D'ailleurs, en Islande, les "deux Grands" se rencontrent pour parler coexistence pacifique, désarmement. Gorbatchev, l'homme de la pérestroïka et Ronald Reagan, le président cowboy. Et puis, sur vos écrans télés, la "une" du 20h, ce n'est pas cette rencontre de Reykjavik, non pas du tout, mais bel et bien l'aventure d'un président breton, sorte de Tintin du ballon rond, qui connaît une curieuse situation du côté de Cali, en Colombie !

    Yvinec en Colombie. Il faudra sans doute un jour écrire cette histoire où il existe encore bien des mystères et des points d'ombre, peut-être en faire un roman, un film. Ce n'est pas notre propos ici, même si, comme beaucoup de confrères journalistes, nous avons alors suivi de près cette affaire, mais il nous faut bien sûr l'évoquer assez largement car elle a fait les grands titres durant près de trois mois au début de la saison 1987-88.

    Retraçons la chronologie.

    22 août 1987 : de retour d'un premier séjour en Colombie, François Yvinec annonce la prochaine arrivée à Brest de l'international paraguayen Roberto Cabañas. Depuis plusieurs mois le club breton est à la recherche d'un attaquant pour remplacer Buscher. On a, tour à tour, annoncé le Yougoslave Cvetkovic, le Brésilien Garéca... Mais ce sera donc Cabañas, un Paraguayen qui a joué au Cosmos de New-York, participé au Mundial mexicain de 1986 et qui évolue à l'América de Cali, un bon club colombien. Mais Cabañas est peu connu. Le soir même de cette annonce, au stade Francis le Blé, Marc Pascal, arrivé à Brest depuis quelques semaines, marque quatre buts contre Lens !

    Courant septembre, Cabañas n'est toujours pas en Bretagne. José Klopakowski, un journaliste colombien dont nous avions fait la connaissance lors du Tour de France, nous confie sur RBO que le joueur... ne viendra pas à Brest ! Les propos du journaliste colombien sont repris par la presse. Panique. Yvinec, fidèle à lui-même, repart pour Cali. Il revient sans le joueur, mais avec la promesse qu'il sera là fin octobre. Ça commence à faire désordre.

    3 novembre : troisième départ du président brestois pour la Colombie. Le président de l'América, Juan José Bellini, semble de moins en moins décidé à lâcher son joueur. Mais Yvinec, fort de contrats signés, insiste et reste à Cali où il loge à l'Intercontinental où nous lui téléphonons régulièrement dans le cadre professionnel. Le président brestois nous dit sa confiance mais les rumeurs circulent de plus en plus, mettant en cause les "mœurs" d'un football colombien où les parrains du cartel de la drogue de Cali, en l'occurrence les frères Rodriguez, sont tout puissants. On parle alors de blanchiment de l’argent de la drogue à l'occasion de transferts de joueurs de football ! Bref, à Brest, on s'inquiète de l'absence du président, d'autant plus que, sur le terrain, l'équipe n'est pas au mieux. Yvinec est bientôt bloqué en Colombie car Bellini porte plainte contre lui pour... fausse signature et tentative d'escroquerie ! Voilà le président du Stade Brestois assigné à résidence dans son hôtel de Cali, autant dire prisonnier !

    "Dans le contrat de Cabañas, expliquera plus tard François Yvinec, il y avait une signature qui n’était pas la bonne visiblement. Mais il y avait la mienne qui était à la bonne place." Le président brestois évoquera même la signature d’un chauffeur de taxi en lieu et place des dirigeants du club de Cali, lesquels, désormais décidés à garder Cabañas pour jouer la finale de la Copa Libertadores à la suite de la blessure d’un autre de leurs attaquants, se montraient prêts à toutes les manœuvres frauduleuses. Et surtout à faire monter les enchères ! Ils ne demandaient plus 550 000 dollars à Brest pour Cabañas mais un million ! Yvinec se retrouve donc prisonnier, flanqué tout de même de deux gardes du corps fournis par l’ambassade de France (le monde politique breton s’était ému de la situation) pour sa protection rapprochée. "Pour me déplacer, ajoute encore Yvinec, j’étais systématiquement installé à l’arrière au centre de la voiture, derrière des vitres de douze millimètres d’épaisseur".

    À Brest, la direction du club s'affole. Plusieurs petits et moyens industriels de la ville ont formé la SODIBA, la Société d'investissement du Brest-Armorique, pour aider le club. Yvinec, lui, insiste : il veut rentrer avec Cabañas, mais à Brest, sur l'initiative notamment de Jean-Paul Tixier, dont le pouvoir grandit en l'absence du président en titre, on décide, par l’intermédiaire de l’agent Marcelo Open, d'engager l'Argentin de Boca Junior Carlos Daniel Tapia comme joker. Contraint par la justice colombienne (la juge Elizabeth Amaya) de rester à Cali jusqu'à son procès, François Yvinec décide de quitter clandestinement la Colombie. "Je vais prendre un ribin"  nous déclare-t-il, en breton, sur l'antenne de RBO, pour tromper les écoutes de la police colombienne. Un "ribin", ce chemin étroit à travers un talus pour passer inaperçu ! On ne dira jamais assez l'utilité d'une langue difficile à comprendre pour des latinos américains dans ces cas-là... Flanqué de Roberto Cabañas ("Il mérite une terre de liberté", dira le président brestois), François Yvinec va tromper la vigilance de ses geôliers. Il avait repéré quelques failles (à l’époque !) dans le système des contrôles dans les aéroports colombiens. Il quitte Bogotá sur un vol régulier intérieur pour Baranquilla où il échange son billet avec un avocat qui était dans le coup. Le président brestois embarque pour Panama puis rejoint, à Caracas, Roberto Cabañas qui avait pris un vol régulier pour la capitale du Venezuela ! Le coup était joué.

    François Yvinec et Roberto Cabañas prennent un vol pour l’Espagne et débarquent à Saint-Jacques de Compostelle où les attend un avion "Falcon 10" piloté par Albert Cam, le PDG de Rallye, pour rentrer au plus vite sur Brest.

     

    Extrait de Mémoire d'un club – Le Stade Brestois, de Georges Cadiou, éditions Wartberg, 96 pages, 14 € 90. Achat en ligne sur le site de la Fnac.

     

     

    Lire tous les épisodes de Mémoire d'un club - Le Stade Brestois

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...