Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Stop aux ravageurs dans mon jardin, ép. 2/4

    Limace et escargot

    Escargots Petit gris Escargots Petit gris - © Denis Pépin

    Deuxième extrait du livre Stop aux ravageurs dans mon jardin, récemment publié aux éditions de la scop Terre vivante. Denis Pépin y donne des conseils avisés pour lutter contre les limaces et les escargots. Ils vont en baver !

    Ces mollusques sont la principale cause de problèmes au jardin d’ornement et au potager en s’attaquant aux fleurs, légumes, arbustes… Ils consomment les graines germées, les racines, les plantules et jeunes plants, et s’attaquent souvent en priorité aux jeunes plantes transplantées. Plusieurs espèces de limaces cohabitent au jardin. La grosse limace orange (Arion rufus) est plus fréquente près des espaces boisés et bocagers. La petite limace noire (Arion hortensis) est très présente et vit plutôt dans le sol, où elle commet des dégâts aux racines (radicelles, carottes, pomme de terre) et aux plantules. La petite limace grise ou loche (Deroceras reticulatum) vit davantage à la surface du sol.

    Les mollusques ne sont pas les seuls à grignoter des feuilles, mais à la différence des chenilles, ils laissent des traînées brillantes de mucus sur leur passage. Dans le doute, il faut inspecter les plantes le soir à la nuit tombée ou à l’aube.

    Pour éviter leur prolifération, tous les moyens préventifs et curatifs possibles doivent être déployés simultanément et toute l’année.

    Lutte préventive

    Loche sortant d'une pomme de terre - crédit : Denis Pépin

    • Favoriser les nombreux petits ennemis naturels des mollusques, principalement les carabes et staphylins (les plus efficaces), les grives et merles et, si possible, les vers luisants, hérissons, batraciens.
    • Éviter d’arroser par aspersion le soir. Préférer l’arrosage le matin ou en fin d’après-midi afin que le feuillage et le sol sèchent avant la nuit et l’arrosage au goulot au pied des plantes.
    • En période humide, éviter de pailler avec des matériaux frais et appétants (tontes fraîches, restes de légumes…). Préférer des paillis rugueux et secs (feuilles mortes et tiges sèches broyées…).
    • Éviter de planter des végétaux sensibles à proximité de lieux pouvant servir d’abris aux mollusques : muret de pierres sèches, tas de bois, tas de compost, prairie, ruisseau. Laisser une distance suffisante (quelques mètres) bien entretenue et dégagée (tondue régulièrement, paillée de feuilles mortes ou de brindilles broyées…) entre ces lieux et les cultures sensibles.
    • Planter des fleurs et vivaces peu sensibles.
    • Utiliser les barrières contre les limaces.
    • Travailler la terre en surface avec un croc au printemps et en automne, lors de belles journées sèches et chaudes, pour l’assécher et tuer les oeufs et les bébés limaces (surtout les limaces noires).
    • Éviter de bêcher la terre en grosses mottes pouvant servir d’abris aux mollusques.
    • Favoriser une structure grumeleuse de la terre, beaucoup moins favorable aux limaces qu’une terre compacte et motteuse.
    • Réchauffer la terre avant de semer ou de planter (pose d’une bâche noire ou d’un tunnel plastique) afin que la germination et l’enracinement soient rapides et vigoureux.

    Lutte curative

    • Poser des pièges : planches de bois, tuiles plates, cartons épais, demi-pamplemousse retourné… sous lesquels les limaces trouveront refuge. Retourner ces pièges pour ramasser les limaces ou les couper avec un couteau tranchant. Éviter les pièges à bière.
    • Épandre du Ferramol (phosphate ferrique, page 120) dans les parcelles infestées avant les semis et les plantations, afin de laisser au produit le temps d’agir. Respecter la dose indiquée.
    • En cas d’infestation, épandre, au printemps ou en automne, des nématodes spécifiques (Phasmarhabditis hermaphrodita), surtout contre les limaces noires qui restent dans le sol.

     

    Le rôle écologique des mollusques

    Dans la nature (forêt, prairie…), les limaces et escargots sont à la fois des herbivores, des mangeurs de champignons et des recycleurs. Ils contribuent, comme beaucoup d’autres organismes qui décomposent la cellulose, au recyclage des plantes mortes. Certaines limaces apprécient même les cadavres d’animaux, y compris de leurs congénères. Mais dans un jardin, surtout au potager, ce bon côté de leur activité écologique est largement obscurci par leur appétence pour les graines, plantules, racines, tiges, feuilles… de nombreuses plantes cultivées qu’ils peuvent détruire en un temps record, ruinant tous vos efforts en vous privant de bons légumes à manger. Au potager, c’est elles ou vous.

     

    Extrait du livre Stop aux ravageurs dans mon jardin de Denis Pépin, Éditions Terre vivante, mars 2016, 144 pages, 14 € 90. Achat en ligne sur le site de l'éditeur.

     

    L'auteur

    Denis Pépin, tuteur de jardinage biologique

    Portrait de Denis Pépin

    D'habitude, un pépin pose problème. Denis Pépin, au contraire, excelle à proposer des solutions. Expert du jardinage biologique qu'il pratique depuis 40 ans, ingénieur en écologie et en agronomie, chargé de mission Environnement à l’Agence d’urbanisme de l’agglomération rennaise pendant un quart de siècle, il transmet désormais son savoir-faire depuis le "Jardin des Pépins" qu'il fait fleurir avec la complicité de sa femme biologiste...

    Lire la suite...

    Tous les épisodes de Stop aux ravageurs dans mon jardin

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...