Actualités :

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Nos partenaires

    

    Vie de com' avec un aime, ép. 3/3

    Thierry Saussez, communicant politique : "Manifeste pour l'optimisme"

    Couverture de l'ouvrage Vie de com', avec un "aime". Couverture de l'ouvrage Vie de com', avec un "aime".

    Jean Amyot d'Inville se définit comme un optimiste qui aime rire. "J'en ai marre des gens qui râlent !", s'exclame-t-il. Alors lorsque le conseiller en communication Thierry Saussez lance son Manifeste pour l'optimisme, il ne peut que l'applaudir des deux mains… Et rédiger son portrait.

    Son passage au CCO en avril 1988 reste un excellent souvenir. Spécialiste de la communication politique – avec des clients plutôt à droite – Thierry Saussez est toujours convaincant : teint bronzé, belle diction, discours facile, arguments percutants. Sa très belle carrière peut faire pâlir d’envie ses confrères de plus en plus nombreux. Expérience de terrain comme élu, création de son entreprise, direction de l’information du Gouvernement pendant deux ans et demi de 2008 à 2010, rédaction d’une dizaine d’ouvrages dont Politique séduction, paru en 1985. Comparé à Jacques Séguéla, il est habitué à intervenir avec l’ancien conseiller de François Mitterrand. La politique les sépare peut-être. Non la nécessité d’imaginer, d’informer, de dialoguer. D’ailleurs ils ont écrit ensemble en 2007 La Prise de l’Élysée paru chez Plon.

    Quelle mouche le pique donc de rédiger et de lancer un Manifeste pour l’optimisme en 2011 ? Au fond, il est très agacé par le succès de l’ouvrage de Stéphane Hessel. Trente pages où le respectable auteur nous invite à nous indigner de tout : l’argent-roi, les inégalités, la dictature des marchés financiers, la mondialisation, la Sécurité sociale et les retraites bradées, les féodalités économiques, etc. Alors Thierry Saussez pousse à son tour un coup de gueule en faveur de... l’optimisme. Il reconnaît que nous, les Français, sommes les champions du pessimisme. Cette défiance est héritée de notre histoire religieuse et politique. Elle est entretenue par un système médiatique anxiogène. Il rappelle que, qu’on le veuille ou non, l’argent est la clé d’une chaîne cohérente : commerce, crédit, investissement, innovation, progrès scientifique et technique. La prospérité en France est donc affaire de mentalité et la nôtre s’est construite sur la méfiance. Il n’est vraiment pas pour l’étatisme qui reviendrait à asphyxier la société civile, l’économie de marché, le dialogue social.

    Il évoque naturellement les problèmes de l’information qui circule à la vitesse de la lumière. Cette primauté de l’instant empêche tout recul, bannit l’analyse, quand elle ne foule pas aux pieds la vérification des sources, le respect de la vie privée, le fonctionnement de la justice, la séparation des faits et des commentaires autrefois considérée comme un axe central de la déontologie. Il s’emporte sur les comportements : parler le premier, chercher le scoop, trouver l’exclusivité, donner la priorité au sensationnel et, faute d’y parvenir, reprendre en boucle la même information.

    Quelle bouffée d’oxygène ! Je réponds à son manifeste. Regrettant qu’il ait eu moins d’écho que pour le best-seller d’Hessel. Avec cette proposition : consacrer au moins 20 % de chaque grand journal télévisé ou radio à des bonnes nouvelles. Elles existent dans la presse écrite. Et dans la vie. On sait qu’il y a chaque jour des milliers de catastrophes, accidents et problèmes dans le monde. Ces informations négatives proviennent des agences et de partout via internet. Pourquoi les 30 ou 40 nouvelles qui sont présentées en reportage ou en studio sont-elles toutes négatives et déprimantes ? Pourquoi ne pas donner des informations qui, sans être forcément drôles, soient heureuses ou sympathiques ? Bref donner un peu d’éclaircies dans le ciel assombri de l’information !

    Sur le canapé, en regardant la télévision, le soir avec Chantal, je ressens cette même rage : il n’y a quasiment rien de réjouissant. Alors je peste. Elle me dit : Te voici contaminé. Toi aussi tu es en train de râler.

     

    Vie de com', avec un "aime", de Jean Amyot d'Inville, Éditions d'Orbestier, 2013, 359 pages, 22 €. Achat en ligne sur le site de l'éditeur ou sur celui de la Fnac.


    L'auteur : Jean Amyot d'Inville

    "On a le devoir de plaisanter dans la vie"

     Portrait de Jean Amyot d'Inville, auteur du livre Vie de com' avec un "aime".

    "Comment qualifier Jean ? Éclaireur, passeur, entremetteur ?" s'interroge Philippe Gildas, dans la préface du dernier ouvrage de son ami Jean Amyot d'Inville. Certainement un peu tout ça à la fois. Dans Vie de com', avec un "aime", Jean Amyot d'Inville présente les portraits de centaines de personnes qui ont croisé sa route. Place, maintenant, à son portrait à lui. Celui d'un communiquant espiègle à l'optimisme contagieux. [...]

    > Lire la suite

     

    Lire tous les épisodes de Vie de com', avec un"aime"

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...