Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…


Le FC Nantes
Le FC Nantes De la montée en première division avec la philosophie du beau jeu de José Arribas aux demi-finales de la…


Peau de peinture
Peau de peinture Paul, 30 ans, se retrouve au chômage. Entre deux verres au comptoir du bar de son quartier, il rencontre…




  • Les feuilletons à la Une


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…


    Les tops de Terri(s)toires
    Les tops de Terri(s)toires Artistes locaux, endroits flippants, jolies plages, lieux aux noms insolites...  La rédaction de Terri(s)toires explore les territoires de l'Ouest à la recherche de perles, et dresse des…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Coworking en milieu rural : Mon autre Bureau, prototypage de solutions locales

    Une matinée de coworking à la médiathèque de Carentoir Une matinée de coworking à la médiathèque de Carentoir - © Medefi

    Le coworking n’est pas qu’un phénomène urbain. Les nouvelles formes d’organisation du travail touchant également les campagnes, les acteurs locaux cherchent des solutions et créent des rencontres… productives. L’enjeu : la mise en relation de tous ceux qui sont concernés. Zoom sur l'initiative pilote Mon autre Bureau à Redon.

    Les tiers lieux et le coworking sont en plein boom. Le rapport au travail, et aux lieux de travail, sont en train de changer, et cela touche tous les territoires. La Medefi (Maison de l’emploi, du développement, de la formation et de l’insertion) en Pays de Redon s'est lancée en 2013 dans une démarche innovante pour animer cette dynamique*.

    Quand l’aventure débute, il s’agit avant tout de s’intéresser aux usages. La fameuse "expérience utilisateur". Pour partir du besoin réel, la Medefi a identifié une centaine d'usagers potentiels (solo-entrepreneurs, télétravailleurs, travailleurs nomades…) en faisant jouer différents réseaux locaux et en partenariat avec la Coopérative d’Activité et d’Emploi Inter’activ.

    Fanny Barcat, chargée de mission Mobilités à la MEDEFI Pays de Redon – Bretagne sud Fanny Barcat, chargée de mission Mobilités à la MEDEFI Pays de Redon – Bretagne sud

    Des matinées de coworking ont ensuite été organisées afin d'affiner les besoins. L’agence nantaise Grrr a été mobilisée pour élaborer neuf scenarii d’usages, et un label a été créé, "Mon autre Bureau". Il permet d’identifier et mobiliser des lieux dont la vocation est déjà d’accueillir du public (médiathèques, points accueil emploi…) afin de mettre à disposition un espace pour les coworkers sur un créneau donné.

    Enjeux et limites du collectif

    Le succès est tout de suite au rendez-vous, et la démarche est récompensée en novembre 2015 par un Trophée du développement durable (catégorie acteur public) de la région Bretagne. Et puis… la dynamique s’essouffle dans ces premiers lieux dédiés. Fanny Barcat, chargée de mission mobilité au sein de la Medefi, explique : "Au départ, les personnes se retrouvent pour sortir de chez elles, mais aussi pour faire du réseau. Une fois les contacts pris, s’il n’y a pas de renouvellement, les personnes ne voient plus forcément l’intérêt de fréquenter ces lieux."

    Redon, la CinéManivel et son CinéCafé, lieu de coworking labellisé « Mon autre Bureau » Redon, la CinéManivel et son CinéCafé, lieu de coworking "Mon autre Bureau"

    D’autant qu’ils présentent parfois des contraintes. Il existe aujourd’hui six lieux dans le Pays de Redon proposant des plages horaires de coworking (voir encadré). À Redon même, il y a le choix entre deux lieux. Le café du CinéManivel, où c’est le bruit qui dérange, et la médiathèque, où le silence est de rigueur et… où l’on ne peut donc pas passer de coup de téléphone.

    Fanny Barcat est bien consciente de ces limites, car elle est sortie de son bureau avec son ordinateur pour vivre le coworking in situ. Mais ce qu’elle en retient, c'est avant tout la "fertilisation croisée" (cross-fertilization) que permettent les tiers-lieux. "On y vient pour quelque chose, et finalement, dans l’échange, d’autres idées émergent."

    Un printemps des projets

    Six espaces de travail "partagés, connectés et ouverts à tous"

    Logo du dispositif Mon autre bureau

    Six espaces sont labellisés dans le Pays de Redon. Entrée libre et gratuite.

    Pipriac : Point Accueil Emploi – Le mardi de 13h30 à 17h / mercredi 9h-12h30 et 13h30-17h

    • Redon :

    ○ Ciné Café du CinéManivel – Lundi, mardi, mercredi et dimanche 13 h 30-21 h 30 / Jeudi 19 h 30 – 21 h 30 / Samedi 13 h 30-23 h

    ○ Médiathèque de Redon – Le jeudi 14 h 30-18 h 30

    • Carentoir : Médiathèque – Un vendredi sur deux de 9 h à 12 h 30

    • Guéméné-Penfao : Maison de l’Emploi – Le mardi matin de 9 h à 12 h 30

    • Bains-sur-Oust : Espace Multimédia – Le vendredi matin de 9 h à 12 h 00

    La démarche Mon autre Bureau a permis de mettre en lumière un besoin et de répondre à une attente. Les personnes mobilisées dès le début de l’expérimentation sont parfois à l’origine d’autres projets qui prennent forme aujourd’hui. Accompagnés par Fanny Barcat et la Medefi, ils rassemblent sur leurs territoires respectifs les énergies, les idées, parfois en partenariat avec la Cades.

    Ainsi, à Peillac, un espace partagé est en train de voir le jour : sept pièces dans un ancien hôtel qui seront louées au-dessus du Café le Relais. Le collectif avait au départ l’idée de construire un bâtiment basse-consommation : trop ambitieux, trop cher… et trop difficile de mobiliser les fonds publics. Anthony Serazin, comédien, une des chevilles ouvrières du projet, s’en console, car le projet semble bien parti : "On voulait aller vite, alors on a décidé de trouver des solutions de notre côté. Le collectif Le Fauteuil à ressort vient de se constituer en association et la participation mensuelle des dix personnes concernées va permettre dans un premier temps de financer les travaux, avant de payer le loyer". Le projet rassemble avant tout des métiers de la culture et des arts vivants… "Mais on reste ouverts !", assure Anthony.

    D’autres espaces de coworking pourraient être créés : quelques initiatives privées sont en train de s’articuler, mais surtout, maintenant que le sujet a été mis sur la table, la question de proposer des espaces dédiés est prise en compte quand de nouveaux lieux voient le jour. À Fégréac, par exemple, la mairie réfléchit à mettre à disposition un lieu dans l’enceinte de l’ancien presbytère, où sont déjà prévus la nouvelle médiathèque et des espaces associatifs. Le maire, Yvon Mahé, précise : "Ce ne sera pas au sein de la médiathèque, mais un espace en soi, qui aura pignon sur rue. Pour les entreprises et auto-entrepreneurs de la commune, mais aussi des environs : on joue la carte communautaire." Une dynamique de territoire, donc : affaire à suivre…

     

    * Financée à 50 % par le projet européen Rural Alliance.

     

    En savoir plus : www.medefi.fr/mon_autre_bureau.asp

     

    Présentation du projet sur le site des Trophée bretons du développement durable

     

    Coworking dans le Vignoble nantais : des initiatives connectées

    Samuel Gautier est arrivé dans le Vignoble nantais en 2010. Très vite, il lance sur les réseaux sociaux l’idée d’un espace de coworking sur ce territoire rural. Il est aussi à l’origine d’une communauté en ligne de télétravailleurs qui compte aujourd’hui une centaine de personnes.

    "Les échanges avec la Medefi du Pays de Redon nous ont donné l’idée d’utiliser des lieux déjà existants pour se voir et travailler ensemble. On se réunit donc une journée par mois dans les locaux de la communauté de communes. C’est trop peu, on aimerait augmenter la fréquence à une fois tous les 15 jours, mais ça permet de conserver les gens mobilisés d’ici la mise à disposition d’un lieu." En effet, en 2017, une Maison de l’économie et du numérique sera sortie de terre au pied de la gare de Clisson et comportera un espace dédié au coworking situé à 15 minutes de Nantes…

    Samuel Gautier insiste sur le fait que ces dynamiques ne sont pas isolées. "Nous avons besoin de construire des passerelles entre les initiatives. Je pense au Pays de Redon et au Vignoble nantais, mais aussi à La Gacilly avec son Grenier numérique, à Nantes, à Vannes... Et ces lieux sont utiles lorsqu'on est en déplacement : pourquoi ne pas construire un réseau, avec des tickets d’accès pour ses utilisateurs ?". L'idée est lancée.

    En savoir plus : la communauté Télétravailleurs du Vignoble nantais

     

    Tous les épisodes du feuilleton La ruralité en mutations

    Alexandra Fresse-Eliazord - Journaliste
    Alexandra Fresse-Eliazord - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...