C'est vous qui le dites ! #5

Entreprise : tous coupables, tous responsables !

Tribune de Joël Morin, Président de Quaternaire Tribune de Joël Morin, Président de Quaternaire

Dans l'entreprise, la tentation la mieux partagée est trop souvent de baisser les bras, voire du "laisser-faire puisque je n’y peux rien". Je le déplore. Car nous sommes toutes et tous, collectivement et individuellement, responsables de ce qui s'y passe. À quelque rôle ou poste que ce soit, c'est notre responsabilité d'agir pour faire de nos entreprises ce que nous voulons qu'elles soient. Notre responsabilité, notre devoir. Sans échappatoire ni excuse. (par Joël Morin)

Mesdames et messieurs, pas une fois où je passe la porte d'une entreprise sans vous entendre râler, critiquer… Je vous entends râler sur les patrons, sur les grands et les petits chefs, mais aussi sur les salariés, sur les jeunes, sur les vieux, sur les cadences, sur les syndicats… En fait, vous râlez, nous râlons, ils râlent, tous et toutes, sur… tout, et surtout sur tous les autres !

"Et moi, et moi, et moi…"

C’est soi-disant une tradition française… Mais trop d'alibis ont cours ces jours-ci - les autres font ci ou ne font pas ça… ; agir, oui mais, comment faire, on n'a pas le pouvoir… ; je voudrais bien, vous comprenez, mais je ne peux pas bouger… ; mon job, ma maison, mon train de vie : je suis coincé… ; un problème de génération : les vieux ne lâchent pas, ou les jeunes ne font rien, n’ont pas envie de bosser -, bref des alibis qui justifient autant de compromissions, petites et grandes, qui annihilent toute envie de faire. Une posture individualiste, sans doute construite par notre système depuis deux ou trois décennies, où l'on a déstructuré le lien social, où l'on a égaré le sens de l'entreprise, où nous avons foncé en développant nos egos : ma carrière, mon patrimoine, ma famille… et moi, et moi, et moi !

Compromissions, petites et grandes

Parce que les bonnes idées se partagent…

… et parce que nous croyons qu'il faut toujours favoriser le partage des idées, Terri(s)toires ouvre ses pages aux prises de parole des acteurs des territoires. Notre rubrique "C'est vous qui le dites !" est une chronique où nous souhaitons accueillir les points de vue les plus divers, ceux de simples particuliers et ceux d'experts patentés, parlant en leur nom propre ou pour le compte d'une organisation, d'une association ou d'un groupe… pour en tout cas provoquer le débat.

Parmi les thématiques que nous privilégions, il y a celles qui intéressent la communauté des "Terri(s)toriens" : les initiatives sociétales de tous ordres, les modes de vie, et la culture dans son sens le plus large. Nous choisissons cependant de ne pas limiter les sujets potentiels, car c'est bien la nouveauté ou l'originalité des analyses, des opinions et des points de vue qui nous intéresse… et qui intéressera les lecteurs de Terri(s)toires.

La rédaction se réserve le droit d'agréer les propositions qui lui seront faites. Pour proposer un texte, il suffit de nous contacter sur Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

Mesdames et messieurs les salariés… Il ne faut pas être grand clerc pour pointer que cette posture est totalement inefficace, vaine et stérile. Certes, il est plus facile de râler que de tenter de faire bouger. Et tant pis si la première conséquence de ces récriminations récurrentes, même avec de bonnes raisons, est de pourrir l'ambiance et la motivation, la sienne et celle de ses collègues !

Mesdames et messieurs les cadres et managers... N'avez-vous pas oublié que c'est votre job de donner envie à vos équipes, de "guider" et de "former", et pas seulement d'espérer bénéficier, au plus vite, d'une rente grâce à un diplôme de "grande" école ? Être cadre, agent de maîtrise est une mission, un devoir, en premier vis-à-vis de ses équipes : les entraîner et les défendre, se battre pour atteindre les objectifs, individuels et collectifs, et donc les objectifs de l’entreprise.

Mesdames et messieurs les patrons et dirigeants des grandes entreprises… Êtes-vous sûrs de refuser cette caricature, trop souvent bien réelle, des coureurs de stock options et de rémunération parachute qui gagnent plus en papillonnant d’entreprises en entreprises, voire en se faisant virer, qu'en pilotant le développement d’une activité dans la durée ?

Mesdames et messieurs les patrons et dirigeants des PME/PMI… Vous êtes les champions du développement de l’activité et de l’emploi, mais cela vous exonère-t-il de créer les conditions maximum de réussite pour vos équipes ?

Coup de gueule

Mesdames et messieurs les managés et les managers, excusez donc ce coup de gueule, qui m'amène aujourd'hui à ces mots un peu crus. Mais, bon dieu, il faut que ça change ! Pour nous, pour l’avenir de nos enfants… rien que cela !

La performance et le bien-être sont intimement liés. Le bien-être génère de l’envie, des idées et de la richesse, c’est un fait largement partagé. Mais hélas peu ou pas assez appliqué.

Pourquoi s’agit-il de l’avenir de nos enfants ? Tout simplement pour que l’entreprise ne soit pas ou plus vécue comme uniquement utile pour y prendre un salaire, mais comme partie intégrante de la vie, au service de l‘épanouissement de chacun et du développement d’activité au service du collectif. L’entreprise doit revenir au cœur du tissu économique et social de notre société.

Arrêtons de faire les aveugles, ce ne sont pas les autres qui vont faire changer les choses mais nous tous, en bougeant, en arrêtant de regarder nos nombrils.

Oui, il est possible de bouger et de changer, de faire bouger l'entreprise et de la faire changer par la bonne volonté et la confiance, par l'exemple donné, par la vision partagée… Mille exemples positifs en sont la preuve.

Oui, il y a urgence à bouger, en revenant au bon sens et au respect de l'Homme, à la performance de l'entreprise avec et pour ses salariés, performance qui naît par la synergie des intelligences et la force du collectif…

Dans le même bateau

Et oui, mesdames et messieurs les dirigeants, vous êtes en première ligne de ce mouvement. Si vous donnez une vision et du sens, puis des moyens pour structurer et du temps pour faire, oui, vous ferez bouger l'entreprise.

Et oui, mesdames et messieurs les managers, vous êtes, vous aussi en première ligne de ce mouvement. Si vous revendiquez et pratiquez le management à temps plein, oui, vous ferez bouger l'entreprise.

Et oui, mesdames et messieurs les managés, vous aussi êtes non seulement en première ligne, mais les acteurs de ce mouvement. Si vous vous impliquez, en contrepartie ou non de sens et d'actes, dans la durée, oui, vous ferez bouger l'entreprise. Réagir, dire "non", est une posture de base pour engager le changement.

Plaisir, écoute et confrontation constructive

Les solutions ne sont pas si loin, tout entières dans ce qu'on appelle… le "management" ! Au sens fort, et vrai, du mot. Concrètement, c'est l'animation - entre le manager et son équipe, à tous les niveaux - qui donne le sens et qui permet d'analyser, ensemble, chaque jour / chaque semaine / chaque mois, les résultats obtenus, les raisons des écarts aux objectifs, mais et surtout, qui déterminent les actions d’amélioration, du progrès continu.

Au total, ce n'est pas si compliqué : il y faut un dirigeant qui donne une ambition, un manager qui veut travailler avec et pour son équipe et chacun de ses membres, et des managés qui s'impliquent et ne laissent rien passer, dans l'exigence de qualité des rapports humains.

En développant du plaisir, de l'écoute et de la confrontation constructive.

Avec un zeste de ce courage qu'il a fallu à nos pères et grands-pères pour construire notre monde de confort. Dans le respect de l'autre et de ses visions différentes, tendus vers l'obligation de construire ensemble… nous pouvons agir et faire évoluer en bien l'entreprise et la réinsérer dans le territoire.

Osons. Agissons.

Donnons envie.

Redonnons-nous envie d'entreprendre.

Ensemble.

 

Parce que les bonnes idées se partagent…

… et parce que nous croyons qu'il faut toujours favoriser le partage des idées, Terri(s)toires ouvre ses pages aux prises de parole des acteurs des territoires. Notre rubrique "C'est vous qui le dites !" est une chronique où nous souhaitons accueillir les points de vue les plus divers, ceux de simples particuliers et ceux d'experts patentés, parlant en leur nom propre ou pour le compte d'une organisation, d'une association ou d'un groupe… pour en tout cas provoquer le débat.

Parmi les thématiques que nous privilégions, il y a celles qui intéressent la communauté des "Terri(s)toriens" : les initiatives sociétales de tous ordres, les modes de vie, et la culture dans son sens le plus large. Nous choisissons cependant de ne pas limiter les sujets potentiels, car c'est bien la nouveauté ou l'originalité des analyses, des opinions et des points de vue qui nous intéresse… et qui intéressera les lecteurs de Terri(s)toires.

La rédaction se réserve le droit d'agréer les propositions qui lui seront faites. Pour proposer un texte, il suffit de nous contacter sur redaction@terristoires.info.

 

Joël Morin, Président de Quaternaire Joël Morin

Président de Quaternaire, société de conseil spécialisée dans le développement

de la performance durable par le management basée à Orvault (44)

www.viadeo.com/fr/profile/joel.morin1 / www.quaternaire.fr

Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Commentaires  

 
0 #1 benedicte j 05-10-2011 17:49
excellentes remarques et conclusion ... et ça marche aussi pour les ... entreprises publiques ... !
Signaler à l’administrateur
 

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...