Actualités :

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Boutique Solidaire Bretagne

    La consommation responsable en tête de gondole

    Sylvie Mc Nally privilégie les rapports humains aux rapports marchands. Sylvie Mc Nally privilégie les rapports humains aux rapports marchands.

    Boutique Solidaire Bretagne facilite le quotidien des nombreux adeptes de la consommation responsable. Car lorsque l'on est un particulier, un professionnel ou une collectivité et que l'on souhaite privilégier des entreprises porteuses de valeurs éthiques, il n'est pas toujours aisé de savoir vers qui se tourner. Depuis 2008, les entreprises vertueuses du territoire breton sont répertoriées sur www.monique-solidaire.fr. Et ce n'est qu'un début...

    "Nous ne sommes pas des donneurs de leçons", prévient d'emblée Emmanuelle Fournil, directrice de Boutique Solidaire Bretagne. "Il ne s'agit pas de dire que les autres, c'est l'horreur, mais tout simplement d'expliquer que l'on peut mieux faire." Mieux faire dans le domaine de la consommation : Boutique Solidaire Bretagne s'y est engagée en 2008. À cette époque, le conseil général d'Ille-et-Vilaine souhaite créer une interface répertoriant les entreprises qui œuvrent pour l'insertion économique. Une démarche destinée à améliorer la lisibilité des marchés publics pour les collectivités. Sautant sur l'occasion, la Chambre régionale de l'économie sociale de Bretagne (CRES) s'est posée parmi les prestataires potentiels, avec une proposition nettement plus ambitieuse : l'interface ne s'adressera pas uniquement aux collectivités, mais également aux professionnels et particuliers. Il n'y sera pas seulement question d'une catégorie d'entreprises, mais de toute proposition commerciale estampillée responsable. C'est la naissance de Boutique Solidaire Bretagne, site web et association. Son but : promouvoir des achats contribuant à la préservation de l’environnement, au maintien de la cohésion sociale et à l’équité.

    Les adhésions en débats

    Pour Emmanuelle Fournil, "il y a surtout une nécessité de communiquer, pour ces entreprises porteuses de valeurs". La Boutique se fait d'abord la main sur le département d'Ille-et-Vilaine. Elle s'appuie sur le carnet d'adresses de la CRES, bien dotée en réseaux et fédérations de l'économie sociale et solidaire. Ils sont alors moins de dix à être sélectionnés pour devenir les premiers référencés et former le comité de pilotage. Agrobio35, Ingalañ ou encore la Maison de la consommation et de l'environnement sont chargés de définir les critères selon lesquels une entité sera acceptée -ou non- en tant qu'adhérente.

    Sur certains principes, l'intransigeance est de mise. Les enseignes nationales de grande distribution n'ont pas droit de cité. De même, toute activité impliquant des OGM est rédhibitoire. Au sein du comité de pilotage, devenu comité de sélection, les débats sont parfois enflammés. Et les décisions se prennent au cas par cas. "L'équité sociale d'un circuit qui part du Pérou n'est pas toujours évidente à vérifier", rapporte Emmanuelle pour illustrer des choix parfois cornéliens. Avoir une certaine part d'activités responsables dans son champ d'action peut suffire. A contrario, un postulant aux produits 100 % bio, argument a priori imparable, s'est déjà vu refuser l'adhésion. Motif : il s'affichait avec des marques partenaires peu recommandables. "Ce que l'on regarde avant tout, c'est la plus-value par rapport à l'offre traditionnelle. Le progrès." Pas seulement dans certains secteurs d'activité, mais dans tous les domaines : alimentation, habitat, habillement, santé, tourisme, loisirs... "Certains diront que le plus simple serait de se passer du café ou du chocolat. Mais nous ne prônons pas l'autarcie. On peut très bien être une petite structure locale et faire découvrir des produits du monde avec des circuits les plus vertueux possibles !"

    Une crédibilité par rapport au consommateur

    Emmanuelle Fournil, Boutique Solidaire Bretagne

    Commerçants rennais, Sylvie Mc Nally et Jacques Debomy sont établis rue Saint-Melaine, en plein centre historique. Ils se sont tous deux lancés dans le naturel et l'équitable sur un désir de reconversion professionnelle. Sylvie Mc Nally a créé Naïna, des produits naturels pour les tout-petits, après une reprise d'études voilà quelques années et la rédaction d'un mémoire sur les produits alimentaires biologiques. "La Boutique, j'en ai d'abord entendu parler sur le web lorsque j'ai ouvert, en 2009. Puis mon voisin m'a confirmé que c'était sympa. Effectivement, cela crédibilise notre activité par rapport au consommateur. Sans oublier qu'avec Emmanuelle, nous avons développé une relation amicale qui va au-delà de simples intérêts marchands."

    Ancien salarié d'une boîte parisienne en dépôt de bilan, "le voisin", Jacques Debomy a quant à lui rallié la capitale bretonne "au feeling", pour y créer Rêves d'harmonie en 2007 et se lancer dans le commerce équitable. "Pourquoi Rennes ? Pour ses étudiants, sa population multiculturelle, sa dimension sociale. J'ai senti que dans cette ville, le durable pouvait marcher." Le feeling a également guidé sa décision de rallier la Boutique. "Il est difficile d'en mesurer l'impact, mais je sais que le consommateur respectueux se rend sur le site et m'y voit." Natif de Madagascar, Jacques a ses adresses en Afrique Noire et donc une solide connaissance des réseaux. "Mais je n'ai jamais mis les pieds en Colombie, par exemple. Je sais que sur ces régions, je peux faire confiance à la Boutique et aux organismes à même de certifier le caractère durable d'un circuit."

    Se renforcer, oui. S'étendre, non.

    Jacques Debomy, commerce équitable en Afrique

    Après l'année pilote, la présence de la Boutique Solidaire s'est étendue aux quatre autres départements bretons, en comptant l'historique Loire-Atlantique. "Ce n'est en rien du militantisme", s'empresse de préciser Emmanuelle. "C'est simplement cohérent par rapport aux réseaux déjà constitués par les fédérations avant notre arrivée." On compte désormais 160 adhérents. Peut-on attendre de la Boutique qu'elle étende encore son influence géographique? "Nous préférons renforcer le réseau existant. Voir plus grand, ce serait perdre en connaissance du terrain." Or, c'est cette connaissance du terrain qui permet le suivi des engagements pris par ses adhérents. Avec le concours des réseaux, mais aussi des internautes, "qui n'hésitent pas à faire remonter une fausse note."

    La Boutique Solidaire Bretagne est désormais tournée vers l'avenir. Avec, dès 2013, la refonte du site web et sa scission en deux espaces distincts ; d'un côté le grand-public, de l'autre les entreprises et collectivités. "Si notre système est avant tout basé sur l'autofinancement via les adhésions, nous allons profiter de subventions récemment perçues pour mettre en place de meilleurs outils de diffusion et augmenter notre visibilité." À l'heure actuelle, on recense 6 000 visiteurs uniques par mois. Un nombre dont Emmanuelle a choisi de ne pas se satisfaire. "Le site est très probablement fréquenté par ceux qui ont déjà adopté un comportement responsable. Notre principal défi sur les deux prochaines années, c'est justement de convaincre les autres." Un challenge local à l'image de celui qui attend le monde de demain...

     

    Pour en savoir plus sur les critères de sélection de la Boutique, pour trouver un produit ou un service responsable : www.monique-solidaire.fr

    Arnaud Roizen - Journaliste
    Arnaud Roizen - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...