Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    En Vendée

    Lamazuna : du bon, du bio pour la salle d’eau !

    Laëtitia Van de Walle Laëtitia Van de Walle - © Lamazuna

    Un dentifrice sans tube, un shampooing sans flacon et bientôt, une salle d’eau sans poubelle ! C’est l’objectif de Laëtitia Van de Walle : cette jeune écolo vendéenne a créé sa marque de produits naturels qui fait le buzz, du business et de l’emploi. Tout ça, grâce à une serviette...

    Zut, plus de coton démaquillant. Ce soir de 2010, Laëtitia Van de Walle met la main sur une serviette en microfibres. La jeune habitante de Belleville-sur-Vie (à côté de la Roche-sur-Yon) réalise que le tissu est aussi efficace qu’un coton pour éliminer le maquillage, le côté doux en moins.

    C’est le début de l’histoire de Lamazuna ("jolie jeune fille" en géorgien), une marque de beauté pleine d’innovations bio et véganes* qui vise le zéro déchet pour la salle de bain. De degré en degré, l’idée est montée en température : en 2016, la marque vendéenne a permis de créer six emplois et affiche 100 000 € de produits naturels vendus chaque mois dans toute l’Europe.

    Innover et préserver en toute chose...

    Les cosmétiques ludiques 100 % naturels et véganes de la marque Lamazuna © Lamazuna Des cosmétiques ludiques 100 % naturels, véganes, faits à la main dans le sud de la France © Lamazuna

    "L’écologie, je suis dedans depuis toute petite", dit-elle. "Mais à l’origine, je voulais être libraire !" La vocation de la Bellevilloise a trouvé à "se recycler". La serviette en microfibre aussi. Le bout de tissu a atterri dans un laboratoire et au bout de six mois, une lingette démaquillante 100 % écologique – et toute douce ! - en est sortie. Sa particularité : elle est lavable en machine et peut être réutilisée jusqu’à 300 fois.

    "J’en ai vendu 100 puis 1 000, dans un sachet en plastique sur des marchés. Au fur et à mesure, j’ai vu l’impact environnemental grandissant des emballages... Alors j’ai imaginé un coffret en bois naturel, avec un filet de lavage en coton bio." La suite ? "J’avais la ligne directrice, donc c’était assez facile. Il m’a suffi de regarder le reste des déchets dans la poubelle."

    Cosmétiques solides, mochi-mochis et oriculis

    Le shampooing solide : l’un des produits phare de la marque. © Lamazuna Le shampooing solide : l’un des produits phare de la marque. © Lamazuna

    Tubes de dentifrice, flacons de shampooings, déodorants... Une manne entière de produits à réinventer pour fabriquer mieux, et surtout, sans générer de déchet. "Pour mettre au point le shampooing solide 100 % végan, j’ai travaillé avec un savonnier pour formuler un "cannelé" fabriqué à la main, à frotter sur cheveux humides."

    Sur la même lancée, sont apparus le dentifrice solide à la menthe poivrée, les mouchoirs en tissu design et solidaires (mochi-mochis**), les cure-oreille écologiques en bambou (oriculi), l’éponge nettoyante en racine de konjac... Encore fallait-il, pour chaque produit, trouver le bon matériau, s’assurer de la provenance, concevoir, tester... Idem pour les emballages, tous 100% recyclables. "J’ai démarré avec 2 000 € en poche. Pas grand chose, mais pour autant, j’ai pris le temps pour chaque produit. Il m’a fallu cinq an pour créer mon job."

    Après Paris, une deuxième vitrine en vue

    Le temps a fait son œuvre. Le marketing viral aussi. Laëtita Van de Walle a diffusé ses produits auprès des blogueuses mode et beauté, qui vantent volontiers ces innovations green et féminines. Chaque pas est soigneusement calculé : "Après m’être lancée avec une logistique externe pour les colis, j’ai repris cette partie à mon compte pour réduire les coûts. Et comme d’autres petites marques beauté qui ont peu de moyens, j’ai refusé de souscrire au label Ecocert : trop cher, et de toute façon, trop souple sur la composition."

    Laëtitia Van de Walle a ouvert sa première boutique à Paris en janvier, et vise la création d’une seconde, dans un lieu encore indéfini. "L’implantation se fera avec l’avis de nos followers sur les réseaux sociaux, dans un esprit participatif..." Avec quelles nouveautés ? "Regardez ce qu’il reste dans la poubelle, et vous aurez la réponse !", dit-elle en souriant. Sur sa page Facebook, Lamazuna vient de dépasser les 10 000 fans. Autant d’ambassadeurs qui, en allégeant leurs poubelles, pèsent pour la montée en puissance d’une beauté éthique.

     

    * Ne contenant aucune matière d’origine animale.

    ** "Pour chaque lot de Mochi-mochis vendu, nous reversons 1 € à l’ONG Surfrider Foundation Europe pour l’entretien des plages", précise Laëtitia Van de Walle.

     

    En savoir plus : www.lamazuna.com

    Annie Rapin - Journaliste
    Annie Rapin - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...