Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…


    Les tops de Terri(s)toires
    Les tops de Terri(s)toires Artistes locaux, endroits flippants, jolies plages, lieux aux noms insolites...  La rédaction de Terri(s)toires explore les territoires de l'Ouest à la recherche de perles, et dresse des…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Les Savons de Toutlemonde : Anthony Carneiro dans sa bulle

    Anthony Carneiro dans son atelier d'artisan savonnier. Anthony Carneiro dans son atelier d'artisan savonnier.

    Anthony Carneiro peut se frotter les mains de sa reconversion professionnelle. Depuis six mois, cet ancien cariste fabrique des savons naturels et artisanaux dans son atelier de Toutlemonde, près de Cholet. Exemple d'un "nouveau savonnier" qui utilise la méthode de saponification à froid, plus qualitative que celle des industriels.

    On en mangerait presque. De l’huile d’olive avec macérât de calendula, de l’eau, de l’huile de coco, de la glycérine végétale naturelle, de l’argile rouge et du lait de brebis… voilà pour les ingrédients. Chut ! Tablier autour du cou et concentration maximale, Anthony Carneiro, est en pleine cuisine. Faitout, balance, mixer et autres ustensiles sur le plan de travail, le trentenaire ne réalise pas une recette de cuisine, mais une recette de savon : le savon de M. et Mme Toutlemonde.

    La pesée doit être minutieuse, tout comme l’ordre des ingrédients et la température, qui doivent être respectés sous peine de rater sa recette. "Il faut travailler vite, car les ajouts de liquides peuvent accélérer la trace* et la saponification du mélange, c’est-à-dire la réaction entre la soude et de la matière grasse qui permet d'obtenir un produit solide, le savon". La préparation est ensuite coulée dans un moule en bois, et c’est parti pour 24 h de séchage. Le savon est alors démoulé, coupé et mis en cure pendant 4 à 6 semaines afin que la saponification se termine lentement et que les savons sèchent. Pour conserver leur caractère authentique, Anthony découpe les savons à la main. "Chaque pain de savon est une pièce unique", observe t-il.

    Anthony Carneiro est présent tous les samedis matins sur le marché de Cholet. On le retrouve également sur celui de Vallet ou de Chemillé. Pour compléter sa gamme de savon, Anthony propose également des accessoires, porte-savon, blaireau, éponge luffa, pierre ponce… Anthony Carneiro est présent tous les samedis matin sur le marché de Cholet. On le retrouve également sur celui de Vallet ou de Chemillé. Pour compléter sa gamme de savon, Anthony propose également des accessoires, porte-savon, blaireau, éponge luffa, pierre ponce…

    Anthony consacre généralement les trois premiers jours de la semaine à la fabrication. Il faut compter trois heures pour réaliser 4 kg de savons. Avec des ingrédients différents, mais une méthode identique, le savonnier décline sa gamme en six recettes : Mr et Mme Toutlemonde (peaux sensibles), savon du Barbier (rasage), savon Tea tree (peaux grasses), pavot-menthe (exfoliant), avoine-citron (exfoliant doux), amande douce-orange (peaux sèches). À terme, il envisage de proposer une dizaine de savons. Des savons qu’il vend pour l’instant sur son site, sur les marchés, mais aussi dans le réseau La Ruche qui dit Oui.

    "Marre d'utiliser des produits néfastes pour la santé"

    S’il a bien failli disparaître avec des gels douche et autres savons liquides aux packagings et noms prometteurs, le savon en pain n’a pas dit son dernier mot. Encouragé par la tendance du Do it yourself (fait maison), mais aussi par le retour aux produits naturels et plus économiques, le métier d’artisan savonnier est en train de renaître depuis quelques années un peu partout en France. Les professionnels sont regroupés dans l’association des nouveaux savonniers, ADNS (voir encadré).

    Après 15 ans comme cariste dans l’industrie, Anthony Carneiro, habitant de Toutlemonde, près de Cholet (49), a décidé il y a un an de se lancer comme artisan savonnier. Titulaire d’un bac pro commerce, il a eu envie de revenir à ses premières amours. Depuis trois ans, en plus de son travail, il vendait d’ailleurs des arbres fruitiers sur le marché le samedi matin "pour se faire la main". Mais ce dont il avait envie, c'était vendre un produit qu’il fabriquerait lui-même.

    Portugais d’origine, Anthony a naturellement pensé en premier à l’huile d’olive, le produit phare de son village. "C’est la base dans la fabrication des savons, et on en avait marre d'utiliser des produits néfastes pour la santé. Ma fille avait des problèmes d'eczéma. On s'est dit qu'on allait fabriquer nos savons. Je me suis mis à les faire, et l'entreprise a démarré...", se souvient-il.

    Saponification à froid

    Contrairement aux industriels, dont les savons sont cuits à haute température, Anthony Carneiro a choisi la saponification à froid. Une méthode de fabrication ancestrale, mais inexploitable au niveau industriel et abandonnée au profit de la saponification par bondillon (base de savon préparée sous forme de petits cylindres à fondre), une méthode plus rentable.

    La SAP, c’est un procédé de fabrication qui préserve au mieux les qualités des huiles végétales et essentielles utilisées, et produit un savon très doux pour la peau et respectueux de l’environnement. Les savons sont ainsi naturellement riches en glycérine végétale, un agent hydratant naturel. "Ce sont aussi les seuls savons réalisables sans faire de chimie. C’est de la cuisine : on pèse les ingrédients, les huiles, les argiles...", résume Anthony.

    Après s’être longuement documenté sur le sujet, et avoir fait une formation en février 2015 chez un maître savonnier à Burgaronne, dans les Pyrénées Atlantiques, il se lance à son tour en décembre dernier. Dans son garage, il aménage son atelier avec une cuisine. Il crée ses propres recettes.

    "Certifiés bio, c’est-à-dire naturels, sans additifs chimiques, les savons de Toutlemonde ne contiennent pas de paraben, phtalates, parfums de synthèse, EDTA ...", détaille Anthony. "Nos savons sont aussi surgraissés au minimum à 6 %, ce qui permet de préserver le film hydrolipidique de la peau et donc de ne pas la dessécher".

    Si l’huile d’olive vient du Portugal, Anthony privilégie les productions locales autant que possible et se fournit principalement à Chemillé, capitale française des plantes médicinales. Plusieurs projets sont dans les cartons. Le jeune entrepreneur envisage ainsi de répondre à la demande de clients en développant un shampooing, et un partenariat original pourrait voir le jour : "Récemment, j’ai été contacté par une productrice de safran de la région qui souhaite que je lui réalise un savon !".

     

    * La trace, c’est le moment où la pâte à savon commence à épaissir au point que si l’on relève le mixeur (éteint !), il va rester une trace pendant quelques instants à la surface de la pâte à savon.

     

    Les savons de Toutlemonde

    Il est possible de rencontrer Anthony Carneiro dans son atelier (33 avenue du Trézon).
    Contact : 06 03 36 19 89.
    En savoir plus :
    www.lessavonsdetoutlemonde.fr

     

    Nouveaux savonniers et fabrication à froid


    Logo ADNSL'Association des nouveaux savonniers (ADNS) est la première association professionnelle de savonniers par saponification à froid. Créée il y a quatre ans, elle regroupe 70 membres.

    En savoir plus : www.saponification.org

     

     

     

    Logo Saf

    Comment reconnaître un savon fabriqué à froid ? Généralement, le plus simple est de demander. Le savonnier qui utilise la saponification à froid ne s’en cache pas, bien au contraire. Le procédé est également précisé sur les étiquettes et identifiable grâce à un petit logo.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Catherine Richard - Journaliste
    Catherine Richard - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...