Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Médias et ESS : les experts se mettent à table

    Les intervenants de la table ronde sur les médias et l'ESS Les intervenants de la table ronde sur les médias et l'ESS

    Ce mercredi 18 juin, à l'occasion de l'assemblée générale de la Compagnie des territoires, un débat a réuni des spécialistes nantais de l'ESS et des médias locaux. Compte-rendu des temps forts des échanges... qui, bien sûr, ne rend pas totalement compte de la richesse du débat : que voulez-vous, les absents ont toujours tort !

     

     

    Pour débattre sur la thématique "Les médias locaux au défi de l'ESS", l'association de la Compagnie des territoires avait convié un panel d'experts :

     

     

    • Jean-Philippe Magnen, vice-président de la Région des Pays de la Loire (EELV). Auparavant élu à Nantes Métropole et chargé de l'économie sociale et solidaire durant 13 ans, il mène actuellement une mission sur les monnaies complémentaires pour le gouvernement.

    • Thierry Violland, conseiller politique de Johanna Rolland (maire de Nantes, PS). Fin connaisseur du territoire, il a notamment été directeur de l'Agence d'urbanisme de l'agglomération nantaise (Auran).

    • Marc Richard, directeur des Ecossolies et gérant de la Scic Ecossimo qui administre le Solilab. Spécialiste de l'ESS, il était délégué Loire-Atlantique et Maine-et-Loire de l'Union régionale ouest Scop.

    • Julien Kostrèche, cofondateur du cluster Ouest Medialab. Journaliste, il a travaillé pour des médias locaux et nationaux (Télénantes, Canal +, France 5) et a été rédacteur en chef Web de Terra eco pendant deux ans.

    • Charlotte Waelti, directrice de la Fédération des radios associatives en Pays de la Loire (Frap). Engagée au sein d'Animafac pendant ses études, elle a ensuite été présidente de Radio Campus France (réseau national des radios étudiantes).

    L'ESS : de mauvais communicants ?

    L'ESS est encore largement méconnue par le grand public. Philippe Le Boulanger, animateur du débat, lance un premier thème de discussion : les acteurs de l'ESS ne sauraient-ils pas communiquer ? Le secteur serait-il sous-médiatisé ? La loi actuellement en préparation va-t-elle changer quelque chose ?

    J-P. Magnen : "L'ESS s'est créée – puis s'est réveillée avec la crise – en réaction aux dérives de la financiarisation de l'économie. Les acteurs de l'ESS ont par contre connu un échec dans la communication sur leurs valeurs auprès du grand public qui ne réalise pas l'impact du secteur sur leur vie quotidienne. La loi sur l'ESS va permettre de reconnaître et consacrer des pôles de coopération économique et de labelliser les organisations qui répondent à des critères de qualité précis. Ces agréments officiels devraient permettre d'améliorer leur visibilité."

    M. Richard : "Il faut souligner la diversité des acteurs de l'ESS, des activités et des formes d'entrepreneuriat qui n'aide pas à la lisibilité du secteur. Il y a eu des progrès dans la communication, mais c'est encore difficile. Il y a sans doute encore un peu d'entre-soi et il faut poursuivre le décloisonnement, notamment avec d'autres acteurs économiques du territoire. Mais ce nouveau lieu dédié qu'est le Solilab permet de fixer les choses et de mieux faire connaître l'ESS au grand public."

    T. Violland : "La loi ne réglera pas toutes les problématiques de l'ESS, mais elle devrait avoir un impact très concret au quotidien, et il s'agit d'un beau coup de projecteur. Il faut prendre conscience que l'ESS est une vraie activité économique sur la métropole nantaise qui est un terreau favorable. Le secteur rassemble 15 % du total des salariés, et en valeur absolue cela représente 36 000 emplois."

    J. Kostrèche : "Je ne suis pas sûr de partager le constat initial. Il me semble que ces derniers temps, il y a eu de grandes séquences médiatiques autour de l'ESS – et du développement durable en général – avec le Grenelle, le sommet de Copenhague, etc. À des heures privilégiées d'écoute, y compris sur des chaînes télévisées très grand public, on pouvait entendre parler d'Amap, d'achats responsables ou de commerce équitable. Je ne pense donc pas que l'ESS soit sous-médiatisée, mais que le grand public n'a pas pu mesurer ses effets, notamment pour sortir de la crise économique. D'autant qu'on peut se poser des questions sur la dépendance de l'ESS par rapport aux subventions publiques..."

    L'ESS, secteur sous perfusion ?

    T. Violland : "L'ensemble de l'économie est subventionné, et ce n'est pas spécifique à l'ESS ! En revanche, l'innovation est un enjeu majeur pour les pouvoirs publics, et l'ESS, par ses valeurs, présente une forte capacité d'innovation, notamment sociale. S'il n'y avait que des entreprises comme Airbus, dont la présence sur le territoire est extrêmement importante, il manquerait peut-être quelque chose dans l'écosystème..."

    J-P. Magnen : "Je suis tout à fait d'accord. Durant la moitié des 13 ans pendant lesquels j'ai été élu à Nantes Métropole en charge de l'ESS, j'ai dû mener un combat auprès des autres élus pour les convaincre qu'il s'agissait d'une filière qui produit du dynamisme économique et crée de l'emploi."

    L'ESS et ses clichés

    C. Waelti : "Le problème est aussi que beaucoup d'acteurs de l'ESS ne réalisent pas qu'ils en font partie. À l'occasion de l'événement les 48 h du Solilab, la Frap a proposé de dédier l'émission collaborative Tout nouveau tout beau au thème de l'ESS. Les journalistes ont alors répondu "Ah, mais ce n'est pas sexy !". Il a fallu leur expliquer qu'en tant que radios associatives, les membres de la Frap font partie de l'ESS, et qu'il ne s'agit pas uniquement de hippies qui mangent des graines et mangent des légumes bio !"

    T. Violland : "Aujourd'hui, il est effectivement temps de dépasser cette caricature qui, malheureusement, est parfois encouragée par les acteurs eux-mêmes. Tout comme il est nécessaire de parvenir à sortir de l'expression "l'autre économie"..."

    J-P. Magnen : "Tout à fait. On utilise le terme d'économie sociale et solidaire pour un secteur précis, mais en réalité l'ensemble de l'économie devrait être social et solidaire ! Lorsqu'on a commencé à parler de l'ESS, les médias avaient du mal à en rendre compte et la réduisaient souvent à "l'économie des pauvres"."

    L'ESS et les médias

    Le débat s'ouvre aux spectateurs, permettant plusieurs prises de parole intéressantes. Franck Barrau, ancien journaliste, est secrétaire général du Spidh (Secrétariat international permanent des droits de l'Homme). La méconnaissance de l'ESS et la faiblesse du traitement médiatique relèvent selon lui d'un phénomène plus large : "le grand public ne connaît pas les règles de l'économie, sans même parler d'ESS. C'est un problème d'éducation. La complexité du monde, dans son ensemble, n'est pas assez expliquée."

    "Aujourd'hui, les gens sont pressés. Et les journalistes n'ont pas le temps de faire du travail qualitatif : ils doivent parfois traiter cinq sujets différents chaque jour. C'est impossible !", regrette Philippe Guiheneuf des Indignés du Paf.

    "Les politiques, qui souvent sont proches des journalistes, ont aussi leur part de responsabilité", complète Jean-Philippe Magnen. "D'ailleurs, à trop simplifier la complexité du monde, on encourage aussi l'émergence du Front National..."

    Samuel Tiercelin, cofondateur d'Open Odyssey, intervient alors pour passer un message d'optimisme : "les journalistes peuvent aussi devenir davantage acteurs de leur destin et réinventer les modèles. Il existe des médias qui défendent d'autres logiques, comme We Demain, Terri(s)toires ou Mediaterre."

    Des médias et des modèles

    De nouveaux médias apparaissent depuis quelques années, notamment avec l'émergence du Web, et y compris localement. Peu parviennent à trouver un modèle viable, mais c'est le cas par exemple de Fragil, magazine nantais contributif. Pascal Couffin, son cofondateur, explique le système mis en place : "Fragil génère son économie en faisant de l'éducation aux médias. Nous sommes désormais bien identifiés sur cette activité et nous avons beaucoup de demandes."

    Autre modèle de développement que la diversification : le regroupement qui permet de mutualiser des coûts, voire d'augmenter les recettes, notamment publicitaires. "À l'image de la Frap, les médias locaux doivent s'unir pour avoir plus de poids et les moyens de véhiculer une information de qualité", souligne Thierry Violland. "Il y a sûrement un espace possible pour les médias collaboratifs, et la mutualisation est à mon sens un enjeu majeur."

    Le débat se termine... mais de l'avis de tous, il aurait assurément pu durer plusieurs heures de plus :

     

    Afin de poursuivre la discussion, nous allons proposer aux intervenants de la table ronde ainsi qu'à d'autres experts d'approfondir l'une des parties du débat à travers une contribution écrite... et tous les avis nous intéressent : n'hésitez pas à réagir en commentaire, voire (si vous êtes inspiré !) à nous proposer un texte complet.


    Retrouvez la présentation du débat :
    www.terristoires.info/economie/les-medias-locaux-au-defi-de-leconomie-sociale-et-solidaire-1688.html

    Thibaut Angelvy - Journaliste, webmaster et rédaction en chef
    Thibaut Angelvy - Journaliste, webmaster et rédaction en chef

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...