Actualités :

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Nantes : la chaussure durable Art-h-pied trace sa route

    Hugo Lambert et Lucie Gabillard dans leur atelier. Hugo Lambert et Lucie Gabillard dans leur atelier.

    Élégantes, personnalisables, sur mesure, réparables et locales, les chaussures Art-h-pied ont tout pour plaire. Elles sont dessinées et conçues de toutes pièces dans un atelier au nord de Nantes, et à quatre mains. Car derrière la marque Art-h-pied se cachent Hugo Lambert et Lucie Gabillard, deux jeunes talents qui dépoussièrent la cordonnerie à grands coups de pompes. Garanties deux ans et entièrement réparables, ces chaussures ont été conçues pour durer, et ça marche.

    Perdu dans un quartier résidentiel au nord de Nantes, "Le 67" est un espace collectif qui regroupe des ateliers où artistes et artisans expriment leurs savoir-faire. C’est là qu’ Hugo Lambert (29 ans) et Lucie Gabillard (31 ans) imaginent les souliers du futur.

    Entourés de rubans colorés, de machines à coudre, de cuirs et d’outils en tout genre, les deux artisans commencent la journée du bon pied. Voix chaleureuse et sourire aux lèvres, Lucie est très volubile, quand son compère est plutôt mystérieux. Complice, le duo "partage tout sauf l'intimité" déclare Lucie, et Hugo renchérit : "Un couple d'artisans, quelle horreur !".

    La Scop Alter Shoes

    l'atelier Art-h-pied

    Moins bavard ce matin que sa coéquipière, c'est pourtant lui, Hugo, le jeune cordonnier qui, à seulement 20 ans, décide de lancer sa propre marque de chaussures. Adolescent en quête d’utilité sociale, il cherche un métier, ou plutôt un savoir-faire, réalisable sans consommer d'énergie. Chez son père sculpteur, il se réveille un matin avec l'idée du nom "Art-h-pied" en tête. S'ensuit une formation de patronnier* et un premier atelier. En 2005, il présente ses chaussures pour la première fois en salon. Du bouche à oreille aux médias locaux, il n'y a qu'un pas. Art-h-pied commence à se faire connaître.

    Pendant ce temps, Lucie travaille à Nantes comme podo-orthésiste**. Fille de cordonnier, la jeune femme ne se satisfait plus de l'orthopédie : "En 2010, j'avais envie d'aller vers de la création. C'est à ce moment-là qu'on m'a parlé d'Hugo. Je suis allée à sa rencontre", raconte la brunette aux yeux verts. Hugo est alors en pleine réflexion pour lancer Gino Ginette, sa première collection mixte. Lucie tombe à pic. De cette rencontre naîtra la Scop Alter Shoes et une belle harmonie. "Quand on a décidé de travailler ensemble, on a voulu opter pour le statut de Scop. Nous sommes aujourd'hui tous les deux salariés d'Alter Shoes et détenons chacun 50 % des parts. Mais si d'autres personnes viennent travailler avec nous, elles auront aussi leur mot à dire. On ne veut pas d'un chef d'entreprise qui ait les pleins pouvoirs. On veut de la démocratie", explique Hugo.

    Des pompes qui bottent... longtemps !

    l'atelier Art-h-pied

    Pour fille ou garçon, les modèles sont faits à quatre mains. Lucie et Hugo apportent tous deux leur touche de créativité. Entièrement personnalisables (couleur, forme, etc.), les chaussures Art-h-pied peuvent aussi être faites sur mesure en atelier ou sur les salons d’art.

    Côté influences, ils citent les designs industriels comme El Naturalista. Mais les chaussures Art-h-pied ont l'avantage d'être fabriquées et suivies par des artisans locaux qui assurent à leurs chaussures une espérance de vie bien plus élevée que la moyenne.

    Pour qu'elles soient plus robustes, toutes les chaussures sont doublées en cuir. "L'idée, c'est d'avoir des chaussures qui durent dans le temps, et c'est réussi. Les clients reviennent au bout de huit ans et leurs chaussures sont encore en très bon état", raconte Hugo.

    Fini les chaussures qu'on jette à cause d'une fermeture cassée ou de coutures qui sautent. Il suffit d'un passage chez les créateurs pour redonner une jeunesse à ses grolles et les user jusqu'à la semelle encore et encore. Garantie deux ans sur l'usure, ressemelage et réparation en atelier, une paire coûte entre 200 et 250€, avec une possibilité de paiement en quatre ou cinq fois. Un prix élevé qui ne l'est pourtant pas, tant au regard du temps passé, de l'esthétique, de la qualité et du service après-vente assuré par les deux créateurs.

    Les petits composants comme le tissu, les lacets, les rivets, les renforts... viennent des environs, de Cholet, notamment. Mais cuirs et semelles en caoutchouc sont originaires d'Espagne : "En France, on a du mal à trouver des fournisseurs qui vendent du cuir en petite quantité. C'est pour cela que l'on passe par l'Espagne", se défend Lucie. "C'est beaucoup de temps et d'investissement pour choisir des fournisseurs de confiance. On travaille en réseau et on s'est rapprochés des différents acteurs de la filière. On anime notamment le collectif nantais Émergence qui regroupe des créateurs de mode et des artisans".

    Direction Japon ?

    l'atelier Art-h-pied

    La vente se fait un peu en atelier et beaucoup sur les salons de métiers, d'art, de créateurs, dans les différents points de vente allant de Nantes jusqu'à Montréal et aussi sur internet.

    Et quand on demande de quoi demain sera fait, Hugo répond, amusé mais sérieux : "On aimerait partir au Japon et y présenter Art-h-pied. On fait un métier qui ne nous permet pas vraiment de prendre des vacances, alors pour partir il faut un vrai projet professionnel. Mais je suis convaincu qu'Art-h-pied peut plaire là-bas. D'ailleurs, on a même commencé à traduire le site en japonais. Ça peut paraître contradictoire avec notre image très locale, mais on assume, c'est un projet qui nous tient à cœur".

     

    * Met au point et réalise, à partir d'un dessin ou d'un modèle, les patrons de chaussures

    ** Spécialiste de l'appareillage du pied qui conçoit et fabrique des chaussures, des semelles et des prothèses orthopédiques sur mesure.


    En savoir plus : www.Art-h-pied.com

     

    Le reportage sur Art-h-pied de notre partenaire Consommer responsable :

     

    Capucine Saez - Journaliste
    Capucine Saez - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...