Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…


Le FC Nantes
Le FC Nantes De la montée en première division avec la philosophie du beau jeu de José Arribas aux demi-finales de la…


Peau de peinture
Peau de peinture Paul, 30 ans, se retrouve au chômage. Entre deux verres au comptoir du bar de son quartier, il rencontre…




  • Les feuilletons à la Une


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…


    Les tops de Terri(s)toires
    Les tops de Terri(s)toires Artistes locaux, endroits flippants, jolies plages, lieux aux noms insolites...  La rédaction de Terri(s)toires explore les territoires de l'Ouest à la recherche de perles, et dresse des…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Rennes : la maison Bakwa a trouvé un toit pour ses meubles en carton

    Nkita Mapumba, cartonniste rennais. Nkita Mapumba, cartonniste rennais.

    La maison Bakwa, portée par Nkita Mapumba, propose des meubles en carton recyclé et forme les amateurs à la technique. Elle vient de boucler avec succès une campagne de financement participatif qui va lui permettre d’emménager dans de nouveaux locaux à Rennes.

    Nkita Mapumba ne sera bientôt plus "SAF", l’acronyme qu’il utilise pour décrire ses deux dernières années professionnelles "sans atelier fixe". En juillet, le cartonniste rennais emménagera dans la cité artisanale Pierre Louail. "Avoir cet espace de 170 m² va me permettre de vivre de mon projet, se réjouit-il. Je pourrai accueillir du monde pour les formations, mais aussi produire et stocker les meubles."

    Son premier contact avec le carton remonte à son enfance africaine, notamment à Kinshasa (République démocratique du Congo), où il le sculptait avec son oncle. Il l’a redécouvert plus de 20 ans plus tard en Europe : "J’ai appris la technique de fabrication de meubles en carton, puis j’ai élaboré mes propres méthodes."

    Tout est produit sur mesure ou en série limitée. Il donne à ses créations des lignes assez simples et y ajoute une touche d’exotisme dans la finition avec des tissus africains ou des washi, papier japonais en fibre de mûrier à papier. Le carton est quant à lui récupéré auprès de commerçants ou d’industriels du carton.

    Des formations et un concours de tabourets

    À côté du mobilier, relativement cher à l’achat, Nkita Mapumba a souhaité démocratiser sa pratique à travers des formations à la fabrication de meubles en carton. Il s’adresse à plusieurs types de public : écoliers (ateliers périscolaires), personnes en souffrance physique, psychique ou sociale (art-thérapie), ou tout simplement bricoleurs avides de découvrir une nouvelle technique. À terme, le jeune créateur souhaiterait également former des jeunes de quartiers populaires du Sénégal, son pays d’origine, afin de développer le métier de cartonniste en Afrique centrale et de l'ouest.

    Il organise également des concours de tabourets : lors d’expositions ou de salons, il fournit aux participants le matériel et les explications et, en 20 minutes, ils repartent chez eux avec un tabouret de méditation. De retour chez eux, il leur reste à le décorer et à envoyer la photo à La maison Bakwa. Ensuite, c’est à celui qui aura réalisé le plus beau tabouret.

    4 000 € grâce au crowdfunding

    La maison Bakwa a fourni quatre lettres géantes lors de la récente conférence TEDx de Rennes. La maison Bakwa propose enfin de la location de mobilier ou de décor aux professionnels pour habiller leur stand ou leur scène lors d’événements. C’est ainsi que les participants au récent TEDx Rennes pouvaient voir à la tribune quatre lettres géantes de 2,5 mètres de haut, formant le nom de la conférence. La location pourrait aussi intéresser des particuliers, par exemple pour les mariages.

    En intégrant un volet social et environnemental, l’entreprise a séduit 24 investisseurs sur la plateforme de financement participatif nantaise WE DO GOOD, dédiée aux projets socialement utiles. Pour financer l’aménagement de la nouvelle maison Bakwa à la cité artisanale, ils ont participé à hauteur de 4 050 €. Soit 107 % de la somme demandée : c'est ce qui s'appelle faire carton plein.

     

    En savoir plus : www.lamaisonbakwa.com

    Jean-Sébastien Moizan - Journaliste
    Jean-Sébastien Moizan - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...