Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    À Rennes, des capteurs citoyens contre la pollution de l'air

    Les Rennais pourront bientôt mesurer eux-même la qualité de l'air. Les Rennais pourront bientôt mesurer eux-même la qualité de l'air.

    "C'est en faisant qu'on apprend". Rennes s'est inspiré du célèbre adage pour sensibiliser ses habitants à la pollution atmosphérique. Ils pourront bientôt mesurer eux-mêmes la qualité de l'air grâce à des capteurs citoyens. Un projet qui mêle écologie, numérique et do it yourself.

    C'est une pollution invisible, inodore, souvent mal identifiée en dehors des panneaux d'alerte sur la rocade. Difficile, dans ce contexte, de changer de comportement. Mais qu'en serait-il si je constatais cette pollution chez moi, sur mon balcon, dans ma rue ? Laisserais-je la voiture au parking pour enfourcher mon vélo ?

    C'est en pariant sur ce type de prise de conscience que la mairie de Rennes a décidé de développer un projet de capteurs citoyens. Le principe ? Un boîtier composé de capteurs, installé chez des habitants volontaires ou dans des bâtiments publics, capable de mesurer la qualité de l'air. L'originalité, c'est que ces capteurs ne seront pas distribués mais fabriqués par les volontaires eux-mêmes.

    L'esprit do it yourself appliqué à la santé

    Le projet n'en est encore qu'à ses prémices. Les capteurs ne devraient voir le jour qu'en septembre prochain. Mais les objectifs sont fixés. "Nous souhaitons créer une communauté de volontaires, comme cela existe par exemple pour le défi Familles à alimentation positive. Avec ce groupe, nous fabriquerons les capteurs afin que les volontaires s'approprient ces connaissances", explique Charlotte Marchandise-Franquet, adjointe à la santé.

    "Mais on ne laissera pas ces habitants seuls face au constat de pollution. L'objectif est de trouver des solutions ensemble", promet l'élue écologiste. Par exemple ? "Si des habitants constatent de la pollution devant l'école de leurs enfants, on peut imaginer de remettre en place un pédibus, de mobiliser les élèves de CM2 pour réaliser un sondage auprès des automobilistes, de réfléchir à l'usage du vélo...", énumère-t-elle.

    Logiciel libre et réseau ouvert

    Le défi, cependant, est de rendre la fabrication de ces capteurs compréhensible par tous… C'est là qu'intervient le labfab de Rennes, temple des bidouilleurs et autres makers. C'est lui qui, a priori, aidera les futurs volontaires à fabriquer les boîtiers hébergeant les capteurs. "Ils pourraient être basés sur la plateforme Arduino (une carte avec circuit imprimé sous licence libre, ndlr), car c'est facilement abordable par différents publics, que ce soient des adultes, des enfants, des technophiles ou non", explique Thomas Meghe, le manager du labfab.

    Qui dit capteur, dit aussi réseau. L'objectif, en effet, étant que ces capteurs puissent communiquer entre eux et fournir des données que l'on puisse utiliser à l'échelle locale. Pour cela, ils devraient utiliser un nouveau réseau baptisé LoRa Fabian, développé entre autres par les chercheurs de Télécom Bretagne.

    Gratuit et ouvert à tous, ce réseau utilise les ondes radio et permet "d'émettre très loin en utilisant peu d'énergie, avec une infrastructure légère et peu coûteuse", explique Laurent Toutain, maître de conférences à Télécom Bretagne. L'autre avantage ? Contrairement au wifi, la portée des ondes radio est grande et permet d'élargir la couverture réseau des futurs capteurs citoyens. Mais surtout, ce réseau est libre. Ce qui permet à ses utilisateurs d'être maîtres de leurs données, un privilège de plus en plus rare en ces temps de surveillance massive comme en témoignent les pratiques de la NSA ou des géants d'Internet.

    Une initiative pilote

    Les premiers capteurs devraient voir le jour en septembre prochain. Ils seront expérimentés dans deux maisons de quartier rennaises avant d'être étendus au reste de la ville en 2017. Mais avant cela, il va falloir prototyper ces capteurs pour qu'ils soient notamment compatibles avec les mesures d'Air Breizh, l'association qui surveille la qualité de l'air en Bretagne, également partenaire du projet.

    "On veut garantir l'équité, la valeur scientifique des données et leur confidentialité", explique Charlotte Marchandise-Franquet. Car au-delà de l'enjeu environnemental, il est aussi question de service public et d'indépendance. La mesure de la qualité de l'air est, en effet, en train de devenir un juteux business pour des startups qui développent des applications à destination du grand public.

    Si des projets de capteurs citoyens existent déjà ailleurs, comme La Montre Verte à Paris ou Smart Citizen à Barcelone, celui de Rennes semble être le premier à être initié par une collectivité locale.

     

    Amélie Cano

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...