Actualités :

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Nos partenaires

    

    Un projet photovoltaïque financé par des internautes à Menomblet (85)

    Nucleosun : l'énergie solaire à l'aube du prêt participatif

    Nucleosun : une centrale photovoltaïque sur le toit d'un bâtiment agricole. Nucleosun : une centrale photovoltaïque sur le toit d'un bâtiment agricole.

    Faire fructifier son argent en le prêtant à une entreprise ? C'est nouveau depuis octobre 2014. Zoom sur le fonctionnement du financement participatif en prêts rémunérés avec un exemple issu de l'économie verte et collaborative. Un projet lumineux qui réunit l'idée d'un ingénieur, une plateforme web, l'argent de 1 000 prêteurs et le toit d'un éleveur à Menomblet (85).

    Depuis octobre 2014, une petite révolution agite la sphère du financement participatif et produit, au passage, une onde de choc dans le monde de la banque. Désormais, les entreprises françaises peuvent en effet permettre à des particuliers, en toute légalité, de leur accorder des prêts rémunérés pour financer un projet.

    Du crowdfunding (financement participatif) – notamment utilisé dans le domaine artistique (par exemple avec My Major Company pour l'aide à la réalisation d'un film, d'un album ou d'un livre) –, cette évolution légale permet de passer au crowdlending (prêt participatif). Une véritable brèche dans le monopole bancaire, qui a de quoi en attirer plus d'un. Comme cet ingénieur vendéen.

    Crowdlending au service du développement durable

    À Menomblet, les gens se sont intéressés et m'ont même demandé comment faire.

    "À Menomblet, les gens se sont intéressés et m'ont même demandé comment faire."

    En octobre 2014, Pascal Braud est à la tête de Nucleosun, société de Saint-Hilaire-de-Riez (85) spécialisée dans la production d'électricité à partir de panneaux photovoltaïques. Le nouveau cadre légal de financement est loin de lui échapper, surtout qu'à ce stade, il envisage l'installation d'une petite centrale solaire (36 kVA) sur la toiture d'un bâtiment agricole. Il s'agit en l'occurrence d'une surface que le propriétaire, Olivier Bazireau, éleveur et maire de Menomblet (85), cherche à optimiser du fait d'une exposition plein sud. Ne reste plus que le financement...

    "J'avais déjà rencontré plusieurs banques pour cet investissement de 54 000 €", se souvient Pascal Braud. "Mais le montage financier était au point mort." Il entend alors parler de Lendosphère : une plateforme numérique de collecte de fonds auprès des particuliers. Lancée en décembre 2014, celle-ci est dédiée aux projets de développement durable. Elle propose des opérations de crowdlending, autrement dit un prêt participatif rémunéré grâce au retour d'intérêts, variable de 3,3 % à 10 % selon le risque.

    "Pour mon projet, le risque était quasiment nul puisque l'accord de rachat de l'électricité était déjà signé par EDF", plaide Pascal Braud. En janvier 2015, il se lance. Son projet est mis en ligne avec un taux d'intérêt de 6,4 %, pour un prêt étalé sur 48 mois. Chaque internaute peut prêter de 50 à 1 000 €, comme Julien : "Je me suis inscrit à plusieurs plateformes", dit-il. "Lendosphere répondait le mieux au concept écologique, très important pour moi. J'ai choisi d'investir sur des projets d'un rendement de plus de 6 %." Au total, il investit 1 200 € sur Lendosphère, ce qui lui fera donc gagner 72 €. Mathieu, lui, prête le maximum à chaque fois : 1 000 €. "J'ai de l'épargne et le fait de pouvoir l'orienter vers une économie positive et maîtrisée me parle."

    54 000 € en 22 jours

    Pascal Braud, un ex-ingénieur du nucléaire converti à la production d'électricité solaire.

    Pascal Braud, un ex-ingénieur du nucléaire converti à la production d'électricité solaire.

    Rapidement, le projet de Pascal Braud fructifie : en 12 jours, il réunit la somme de 22 940 €. Et il lui faut seulement 22 jours pour atteindre son objectif de 54 000 €. "Les sommes prêtées ont commencé à être restituées avec les intérêts dès le premier mois qui a suivi la collecte. En tout, 1 000 prêteurs ont généré la réalisation du projet avec un prêt moyen de 500 à 600 €. Si la collecte n'avait pas pu aboutir, l'argent aurait été rendu aux prêteurs."

    L'éleveur peut commencer à louer sa toiture à Nucleosun, qui fait poser les panneaux et gère l'administratif et l'entretien. Dans la foulée, Pascal Braud rempile avec un emprunt de 40 000 € sur Lendosphère, pour financer trois réalisations de plus grande ampleur : deux centrales solaires de 100 kWc, situées sur la même exploitation, et une troisième centrale à La Roche-sur-Yon. Ce second emprunt vient compléter les prêts obtenus auprès des banques partenaires, sous l’égide de la Banque Populaire Atlantique, pour un montant total de 510 000 €.

    Dans la petite commune de Menomblet (650 habitants), ce projet participatif n'est pas passé inaperçu. "Un sacré pied de nez aux banques !", observe Olivier Bazireau. "Les gens se sont intéressés et m'ont même demandé comment faire. Il faut dire qu'ici, les habitants sont déjà sensibilisés aux enjeux environnementaux : beaucoup ont fait poser des panneaux photovoltaïques, la future Maison de Vie se construira sur un principe écologique..."

    Pour le prêteur, Mathieu, le concept de crowdlending ne demande qu'à se développer. "Je trouve seulement dommage que le cadre légal n'autorise pas à investir plus de 1 000 € par projet", dit-il. "Derrière cette loi, des lobbies bancaires font du forcing." Et Pascal Braud de donner le la : "Les banques ont évidemment senti le vent tourner. D'ailleurs, certaines se sont elles aussi mises au financement participatif..."


    En savoir plus : www.lendosphere.com / http://nucleosun.fr

    Annie Rapin - Journaliste
    Annie Rapin - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...